GenMag n°306 octobre 2019
GenMag n°306 octobre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°306 de octobre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ville de Gennevilliers

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 10,0 Mo

  • Dans ce numéro : métro, auto, bobo...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
Union des Gennevillois-e-s d Nasser Lajili 48 k OCTObRE 2019 Ceux qui avaient 20 ans en 1961 ont aujourd’hui 78 ans. La guerre d’Algérie est encore trop présente dans les esprits pour être véritablement entrée dans l’histoire. Il aura fallu attendre 51 ans pour que la République reconnaisse avec lucidité « la répression sanglante » de la manifestation de Français musulmans d’Algérie à Paris, le 17 octobre 1961, par la voix du Président François Hollande. Des hommes, des femmes qui manifestaient dans le calme contre le couvre-feu imposé par le préfet de Paris, ont été massacrés, lors d’une sauvage répression. Le bilan des autorités de l’époque faisait état de 2 ou 3 morts. Aujourd’hui, on sait qu’il y a eu des centaines de morts et plus de 100 personnes disparues. Le préfet de Paris de l’époque n’était autre que le très controversé Maurice Papon. La vocation du souvenir est de soigner les blessures. d Jacqueline Marichez- Les républicains - divers droite Non à la densification excessive de notre ville ! « C’est épouvantable, sous l’impulsion du Grand Paris, le tissu urbain se densifie et on bétonne de partout. » Dans notre commune, Gennevilliers, le paysage se métamorphose à vitesse grand V. Des maisons en Cléro briques, cossues, comme on en construisait au temps où la ville avait une vocation ouvrière, se volatilisent, certaines fort belles, pour laisser place à des immeubles modernes d’une architecture futuriste contestable. A tel point que la trame urbaine, se densifiant et se verticalisant toujours davantage. D’ailleurs, la mairie de Gennevilliers, voici trois ans, lors d’un débat public aux Agnettes, avait promis que la ville ne dépasserait pas le cap des 45.000 habitants. A voir toutes ces tours qui poussent tels d Ahcen Meharga La France insoumise - Pour une ville unie au service de tous Le sursaut d’un massacre ! Citoyens écologistes démocrates et indépendants Un projet politique laisse une empreinte... Un projet politique pour une ville doit principalement répondre aux besoins des habitant-e-s et à l’amélioration de leur cadre de vie. Pour qu’il lui soit fait crédit, il ne peut en aucun cas se résumer à un catalogue de promesses (plus ou moins tenues) ou à une volonté idéologique de façonner l’urbanisme tel un architecte en « pleine création artistique ». Si nous sommes dans « l’ère de l’immédiateté », les édifices nous parlent toujours du temps passé. Ainsi, c’est à l’aune de leur splendeur ou de leur laideur que nous aimons aussi notre ville. Contribution non parvenue Le temps fait son œuvre, il nous offre le recul nécessaire pour tirer des drames du passé, les leçons de l’histoire. Beaucoup de Français originaires d’Afrique du Nord ont trouvé l’amour de la France et beaucoup de Français d’Afrique du Nord ont gardé, dans leur cœur, l’amour de cette terre qui fut celle de leurs pères. Pourtant, certains ont gardé de la rancœur et ils cultivent la haine. Ces gens sont suspicieux, ils stigmatisent la diversité. Lorsqu’ils voient deux Français issus de la diversité assis autour de la même table, ils crient au communautarisme. Ils ne supportent pas de voir ceux qui ne partagent pas leurs préjugés, revendiquer la souveraineté nationale. Cette attitude résonne comme un exemple, et ceux-là mêmes qui se sentent rejetés répondent à ce rejet par une forme de chauvinisme aiguë. Alors la spirale de la haine tourmente les esprits des individus les plus fragiles et le serpent de l’incompréhension finit par se mordre la queue. Chacun reste englué dans l’entre soi et ensemble ils sombrent dans l’instinct secret de la décadence. L’histoire ne doit pas être prise au piège des impératifs idéologiques et électoraux. Nul ne peut, sans se noyer dans l’humiliation, tenter de récupérer le drame sanglant d’une décolonisation ratée. Lorsque le politique tente une telle récupération, alors la commémoration officielle altère la mémoire et elle discrédite le passé. des champignons, on peut en douter… Promesses non tenues ? Nous qui aspirons à être proche du peuple, nous sommes persuadés que Gennevilliers, tout comme les villes limitrophes, souffre d’une certaine forme de ségrégation sociale toujours plus marquée. Les habitants des logements à caractère sociaux se sentent menacés par la muraille de tours, d’un aspect luxueux, qui les jouxtent désormais, accueillant des Parisiens qui ne peuvent plus supporter l’envolée des loyers dans la capitale. La ville, ainsi, se fragmente et le fameux « vivre ensemble » prétendument si cher à la gauche est remis en cause. Il est évident que si nous conquérons la mairie de Gennevilliers, nous procéderons à une étude de ce phénomène inquiétant et que nous nous emploierons à redonner à notre commune un aspect plus équilibré, faisant en sorte que ces populations fragilisées soient assurées de rester dans leur logement, alors que le Grand Paris s’assimile à une « grande manœuvre » destinée à repousser les plus vulnérables toujours davantage vers des banlieues lointaines, voire des régions autres que l’Ile-de-France. Depuis des décennies, fort de sa suffisance de vouloir faire le « bonheur » des Gennevillois-e-s, la majorité municipale continue de construire de grands ensembles. Dans les années 50 à 70, l’objectif affiché était de répondre aux besoins de la « crise du logement ». Conséquence directe des constructions massives, les années 80 voient la naissance d’une profonde crise sociale qui frappe durement et longuement les quartiers populaires. Ces dernières années, nous voyons l’émergence de nouveaux concepts lexicaux type « Écoquartier », mais visuellement, humainement, nous assistons aux mêmes résultats à venir  : la crise du bien-vivre ensemble. Fort de ce constat et de cette analyse, nous en tirons les enseignements qu’imposent le bon sens. Notre groupe garde à l’esprit cet impératif de penser un développement de notre ville qui tienne compte des exigences présentes au profit de la population, tout en ayant conscience de préserver l’héritage humaniste dans l’Histoire de notre ville.
Pharmacies de garde monpharmacien-idf.fr Dimanche 6 octobre RAJABALY pharmacie du parc 45 avenue du Ponant – Villeneuve-la-Garenne Dimanche 13 octobre REVEILLE 18 rue Paul-Vaillant-Couturier Dimanche 20 octobre ROHI-ADIL pharmacie des Agnettes 39 rue du 8-mai-1945 Dimanche 27 octobre STEIN-BERNARD 21 rue Louis-Calmel Vendredi 1 novembre BOUBIA 4 rue Chevreul Dimanche 3 novembre ABIDI 12 avenue Lénine LES Urgences Sapeurs-pompiers 18 Service médical d’urgence 15 Samu social (numéro gratuit) 115 Commissariat de police 01 40 85 14 31 Gendarmerie nationale 01 42 42 02 42 SOS médecins 92 01 47 07 77 77 CMS - Permanence médicale 15 de 20h à minuit, du lundi au vendredi ; de 16h à minuit, le samedi ; de 9h à 17h, les dimanches et jours fériés. SOS 92 (garde et urgences médicales) 01 46 03 77 44 Centre de consultations chirurgicales des Grésillons sans rendez-vous du lundi au samedi de 9 h à 20 h 01 46 88 33 33 Centre antipoison 01 40 05 48 48 SOS suicide 01 40 50 34 34 Secours adolescents suicidaires 01 44 75 54 54 Allô Enfance maltraitée (24h/24) 119 Écoute Enfance 92 (8h30/23h) 0800 00 92 92 Urgences dentaires 01 47 78 78 34 Femmes victimes de violences 92 (de 9h30 à 17h30) 01 47 91 48 44 Violences conjugales femmes info services (de 7h30 à 23h30) 39 19 EDF (urgence/dépannage) 0810 33 30 92 GDF (urgence/dépannage) 0800 47 33 33 SOS vétérinaires 01 47 45 51 00 Vétérinaires à domicile 01 47 46 09 09 (24h/24) Fichier canin (identification) 01 49 37 54 54 SPA 01 47 98 57 40 mairie de gennevilliers 01 40 85 66 66 les services de santé Centres municipaux de santé 3, rue de la Paix 01 40 85 66 50 80, avenue Chandon 01 40 85 48 20 Centre de planification et d’éducation familiale 66, rue Pierre-Timbaud 01 40 85 66 83 Espace santé-jeunes 66, rue Pierre-Timbaud 01 40 85 67 62 CeGIDD Centre gratuit d’information de dépistage et de diagnostic 01 40 85 66 50 Consultation médico psychologique 01 41 47 94 80 Vie libre 06 75 99 67 15 Drogues info service 0800 23 13 13 Centre Magellan (cure ambulatoire en alcoologie) 01 41 21 05 63 Sequanaciat (accueil, soins aux toxicomanes) 01 47 99 97 16 Siadpa (Service infirmier d’aide à domicile pour personnes âgées) 01 40 85 65 75 Hôpital Louis-Mourier 01 47 60 61 62 Hôpital Beaujon 01 40 87 50 00 Hôpital Max-Fourestier 01 47 69 65 65 Hôpital St-Jean 01 40 80 66 66 Centre médical Chandon 01 47 98 79 35 Les impôts Centre des finances publiques et trésorerie principale (1 e étage) 01 47 99 58 47 Impôts des entreprises (4 e étage) 01 40 85 43 00 Les Marchés aux Agnettes rue Roger-Pointard, > lundis et jeudis de 15h à 19h. aux Grésillons 39, avenue des Grésillons, > mercredis et samedis de 8h à 13h. au Village 62, rue Pierre-Timbaud. > mardis, vendredis et dimanches de 8h à 13h. au Luth parking du centre commercial, > lundis et jeudis de 15 h à 19h. numéros utiles Passeport, carte d’identité (affaires civiles, rez de chaussée) 01 40 85 60 90 Naissances, mariages, décès (affaires civiles) 01 40 85 60 90 Aide au logement (5 e étage) 01 40 85 62 76 Permis de construire (15 e étage) 01 40 85 63 84 Centres de loisirs maternels (7 e étage) 01 40 85 64 47 Centres de loisirs primaires (7 e étage) 01 40 85 65 37 Vacances 4-17 ans (7 e étage) 01 40 85 65 46 Club ados (8 e étage) 01 40 85 65 58 Jeunesse (8 e étage) 01 40 85 65 59 Conseil local de la jeunesse (Espace Mandela - 20, av. Chandon) 01 40 85 49 94 Affaires scolaires (9 e étage) 01 40 85 64 25 Activités sportives (8 e étage) 01 40 85 65 70 Action sociale (rez-de-chaussée, CCAS) 01 40 85 65 96 Action sociale autonomie (rez-de-chaussée) 01 40 85 65 97 Coordination gérontologique 01 40 85 68 68 Quotient familial, inscriptions scolaires (démarcherie) 01 40 85 62 52 Vaccinations gratuites 01 40 85 67 70 Maison des sportifs 01 40 85 49 88 Pôle emploi 01 41 47 22 40 Plie (Plan local pour l’insertion et l’emploi) 01 40 85 66 04 Boutique Club emploi 01 40 85 67 80 Mission locale 01 84 11 88 88 Circonscription vie sociale assistantes sociales 01 41 21 14 50 Maison du tourisme Otsi 01 40 85 48 11 OML 01 40 85 48 12 Déchèterie 93, rue des Cabœufs 01 40 13 17 00 ASVP (agents de l’environnement/surveillance de la voie publique) 0 805 010 300 OCTObRE 2019 k 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :