GenMag n°297 décembre 2018
GenMag n°297 décembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°297 de décembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ville de Gennevilliers

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : se garer sans s'égarer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Histoire 42 k DéCembre 2018, Depuis la création du parc, moue- Depuis la création du parc, les Gennevillois profitent des atouts du lac… les Gennevillois profitent des atouts du lac... Le petit train, déjà présent en 1991, traverse les époques. 1991 1991 2008 1997 2007 Le N°10 de Notre commune, ancêtre de GenMag, consacre son dossier à la présentation du futur « Parc nord 92 », en janvier 1979.
Ce grand coin de nature… Cela fait un peu plus de quarante ans que le parc des Chanteraines a commencé à voir le jour. Il fait désormais partie du poumon vert de la ville et des lieux de promenade préférés des Gennevillois. Dans les siècles où Gennevilliers et Villeneuve ne formaient qu’un seul territoire, il existait un lieu-dit les Chanteraines, parfois orthographié Chantereines, un lieu où chantent les grenouilles ou rainettes selon l’étymologie latine (« rana »). Ce lieu-dit était situé sur la commune actuelle de Villeneuve, dans ses limites issues de la séparation de 1929. Cependant le parc des Chanteraines, dans son projet initial de 1974, portait le nom de code de Parc départemental Nord 92 puisque sa réalisation incombait au Conseil général. Pas de quoi faire rêver ! L’idée d’un parc au nord de Gennevilliers, d’une « coulée verte qui s’articulerait notamment avec le parc de l’Ile-Saint- Denis », remonte à 1967… à une discussion entre Jacques Brunhes, futur député-maire, et Waldeck L’Huillier, alors député de Gennevilliers et Villeneuve. Cette idée fait son chemin jusqu’au Conseil général et à la Préfecture où un groupe d’études et de programmation de la direction départementale des Hautsde-Seine constate, en 1974, époque d’écologie balbutiante, que les habitants du nord du département ne disposent que de 0,8 m² de verdure par personne contre 25 m² au sud. Pourtant, ce même groupe d’études envisage un projet de parc quelque peu saugrenu  : un espace paysager du côté de Villeneuve et « un parc d’attractions type Foire du Trône ou Luna Park » du côté de la gare RER de Gennevilliers. Foin de la verdure ! Lucien Lanternier, maire de Gennevilliers, le rappelle vivement devant ses collègues du Conseil général en juin 1976  : « Ce parc ne sera pas une Foire du Trône. Il sera ce que les Gennevillois désirent qu’il soit  : un parc paysager. » Les « Ce parc ne sera pas une Foire du Trône. Il sera ce que les Gennevillois désirent qu’il soit  : un parc paysager. » Lucien Lanternier en 1976 instances départementales révisent leur copie et une première tranche du parc est inaugurée en juin 1978 sur le territoire de Villeneuve (soit les 15 ha des secteurs « des Fiancés » et « des Mariniers » ). Gennevilliers-plage En janvier 1979, à Gennevilliers, une exposition publique présente la maquette du futur parc, dans le hall d’honneur de l’Hôtel de Ville. Les habitants sont invités à donner leurs remarques par le biais d’un questionnaire qui leur est envoyé. En février 1982, deux nouvelles tranches du parc désormais dénommé des Chanteraines sont inaugurées, dont la première sur le territoire gennevillois. Mais une nouvelle question se pose  : que faire des anciennes carrières Rossignol, devenues plans d’eau sauvages puis dépotoir, situées dans l’enclave du parc ? Il est décidé d’en faire un lac de 9 ha dévolu à diverses activités nautiques dont la voile et la planche à voile. Suite à un impressionnant chantier de creusement et de terrassement, le lac est mis en eau en juin 1987 et ouvert au public l’année suivante. La dernière partie gennevilloise du parc des Chanteraines est inaugurée le 1er juillet 1991 par Charles Pasqua, président du Conseil général, et les élus gennevillois Jacques Brunhes, Jacques Bourgoin et Roland Muzeau. Ce parc occupe au total 70 ha, des berges de la Seine côté Villeneuve à la gare RER de Gennevilliers. Activités aquatiques et sportives, découverte de la flore et de la faune (espace ornithologique, la Ligue pour la protection des oiseaux y donne ses rendez-vous), promenade et détente commencent à y attirer des visiteurs. Un petit train en fait le tour sur 5,5 km « des Mariniers » (pont d’Epinay) à Gennevilliers RER. Entre 2010 et 2014, le parc s’est agrandi d’une douzaine d’hectares et des travaux de rénovation du patrimoine naturel commencent cet hiver… qui s’achèveront au printemps 2020. Le parc des Chanteraines est bien vivant quarante ans après l’ouverture de ses premiers espaces. jean-Michel Masqué Avec le précieux concours du service des archives municipales Janvier 1979 La maquette du futur parc des Chanteraines est présentée aux Gennevillois. Histoire DéCembre 2018 k 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :