GenMag n°272 septembre 2016
GenMag n°272 septembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°272 de septembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ville de Gennevilliers

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 9 Mo

  • Dans ce numéro : l'école... et après ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
Le JJJCG participe, en famille, à de nombreuses manifestations locales. Il était encore présent pour le carnaval 2016. J’ai dix ans… de judo ! Fruits d’années d’assiduité et d’entraînement (dix parfois !), plusieurs jeunes du club de judo de Gennevilliers ont brillé la saison dernière. Ils espèrent bien confirmer au niveau national cette saison. Le club est récompensé de son beau dynamisme. Ce matin de vacances, trois volontaires du service civique, licenciés du JJJCG (Judo ju-jitsu club gennevillois), encadrent des enfants qui s’initient au judo. Prisca, Adam et Marc assistent les professeurs du club pendant un an et touchent un salaire qui les aide dans leur vie d’étudiant. A l’évidence, ils sont contents de partager leur savoir faire et leur expérience. Le JJJCG fait tout son possible pour populariser le judo à Gennevilliers, le diffuser au plus grand nombre. Des cours féminins, pendant le temps scolaire, seront dispensés à partir de cette année au gymnase Langevin. Parmi les autres projets : créer une classe judo dans un collège, et ouvrir des cours de loisir pour les seniors. Les sections ju-jitsu brésilien, musculation et self-défense connaissent aussi un bel engouement. Depuis huit ans que Tarek Chahed en a pris la direction technique, le JJJCG a vu ses effectifs progresser de 180 à 500 adhérents. Cette progression s’appuie sur l’ouverture de créneaux de proximité au dojo des Grésillons, dans les gymnases Guimier et Caillebotte. En cette rentrée, le judo fait aussi son apparition au gymnase Langevin. « Nous refusons les cours de masse et nous ne mélangeons pas les âges, indique Tarek. Notre objectif est de prodiguer une bonne formation et de nous forger une bonne réputation. » Le responsable technique est par- Sherley Saïd Elysa
ticulièrement satisfait de ses jeunes compétiteurs, des catégories minimes à juniors, qui pratiquent pour la plupart le judo depuis au moins huit ans. Ils s’entraînent tous les jours et bénéficient du suivi d’un préparateur physique. Ils sortent d’une saison assez exceptionnelle où ils se sont approchés du meilleur niveau national. Entre raison et passion Imed Saoud (19 ans) s’est qualifié pour le championnat de France dès sa première année en juniors, en 2015, et a terminé au pied du podium cette année. Depuis dix ans au club, Imed a choisi le judo pour « la combativité, l’intensité et l’esprit respectueux ». Bachelier S cette année, il vise une médaille nationale pour sa troisième saison en juniors. « Le judo est une passion », dit-il. On veut bien le croire car, dès qu’il voyage à l’étranger, il cherche un club où s’entraîner ! Jaad Belgaid a lui aussi terminé cinquième des championnats de France juniors. Depuis plus de dix ans au club, Saïd Nasri (15 ans) est champion régional cadet 2016. Pensionnaire du pôle espoirs de Brétigny, mais de retour au lycée Galilée pour faire sa seconde, il vise un podium aux championnats de France cette saison. Naïm Hadjadj (cadet 2) a terminé cinquième du tournoi de France. « Il a le potentiel pour figurer parmi les meilleurs », estime Tarek. Le JJJCG est jumelé avec le club guyanais CSAB (Club de sport et d’animation de Bonhomme, un quartier de Cayenne) pour encadrer ses jeunes compétiteurs intégrés au pôle espoirs. Le parcours de Sherley Dort (17 ans) n’est pas commun. « J’étais plutôt turbulente quand j’étais enfant, raconte-t-elle. J’ai toujours voulu faire un sport de combat. Mon frère aîné faisait du judo et, comme j’ai vu qu’il réussissait, qu’il voyageait, je me suis inscrite au club. Il y règne une bonne ambiance, comme une famille. Je trouve que le judo m’a apaisée. » Licenciée depuis août 2015 au JJJCG, Sherley a intégré le pôle espoirs de Brétigny et rejoint en cette rentrée le De gauche à droite… En haut : Marc, Tarek, Imed, Sherley et Prisca. En bas : Saïd, Jaad et Adam. pôle France d’Orléans. La saison dernière, elle a décroché la cinquième place des championnats de France en cadette, même si elle était déjà surclassée en junior. Comme son frère fut naguère un modèle, c’est son amie du pôle espoirs, Romane Dicko, qui la motive aujourd’hui. Il faut dire que Romane est championne de France et d’Europe (cadette) par équipe et en individuel. En octobre, ce sera au tour d’Elysa Martinez (13 ans) de se lancer dans le grand bain puisqu’elle s’est qualifiée aux championnats de France pour sa première année en catégorie minimes. « Je n’aimais pas trop les sports de fille quand j’étais petite, nous confie Elysa. J’ai essayé le karaté et le judo. J’ai préféré le judo pour sa technique. On affronte un adversaire avec ses mains plutôt que de donner des coups de pied… J’aime bien aussi les compétitions par équipe. » Mais, c’est en individuel qu’elle entrera sur le tatami des championnats de France. La saison 16-17 promet chez les jeunes du JJJCG. • Jean-Michel Masqué Infos : judogennevillois.fr Imed Prisca Naïm



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :