Gend'info n°381 novembre 2015
Gend'info n°381 novembre 2015

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 MAGAZINE 24HEURES Rreportage photo Sirpa Gend MAJ F. Balsamo AVEC LA SAG DE VÉLIZY-VILLACOUBLAY par l’aspirant Angélina Gagneraud Située au cœur d'un espace aérien complexe, la Section aérienne de gendarmerie (Sag) de Vélizy-Villacoublay (78) jongle en permanence entre les opérateurs des aéroports d'Orly (94), de Roissy-Charles-de-Gaulle (95) et de Toussus-le-Noble (78). Unique détachement de la région Île-de-France, le personnel navigant effectue des missions au profit des unités territoriales et spécialisées, qu'elles soient de la gendarmerie ou de la police nationales. L'ordre public et la police judiciaire sont leur quotidien. L'appui aérien et son matériel d'enregistrement visuel sont devenus des outils incontournables pour obtenir des preuves et du renseignement. Gend'Info vous embarque à bord des hélicoptères bleus parisiens. GENDCOM Retrouvez plus de photos sur GendCom. La nuit en vert. Les pilotes sont équipés de jumelles de vision nocturne. Elles amplifient la luminosité et leur permettent de suivre les unités, de repérer les véhicules ou les individus, en complément des images retransmises par la caméra. « Villacoublay sol France gendarmerie (FGN) 9371, bonjour ! » L'opérateur de la tour de contrôle répond au pilote. « FGN 9371, un E.C. 145 avec trois personnes à bord au parking gendarmerie demande la mise en route pour un vol secteur Seine-et-Marne (77). » L'opérateur donne les informations nécessaires au vol  : plafond nuageux, vitesse du vent, pression atmosphérique. Mise en route approuvée. « Pilote FGN 9371, on met en route. » Il est 5 h 15. Vues du sol, les premières lueurs du jour sont à peine perceptibles. Du ciel, la zone urbaine s'illumine déjà. L'équipage de nuit se prépare. « Parés translation pour hôtel unité sens 31. » Demande d'alignement. L'hélicoptère se met en position. « Alignés 31, prêts départ. » Le décollage est enfin autorisé. Deux pilotes et un mécanicien s'élèvent dans les airs pour prêter « appui à filature » et basculer quelques heures plus tard en « appui à interpellation ». La mission s'effectue au profit de la Section de recherches (S.R.) de Versailles (78), du Groupe d'observation et de surveillance d'Île-de-France (Gosif) et du GIGN, avec lesquels la Sag travaille régulièrement. « Il s'agit d'une affaire de vol de fret en bande organisée, explique le capitaine (CNE)
Jean-François Gauchery, commandant la section. Nous avons une mission d'observation pour éviter les « fuyantes », c'est-à-dire faire en sorte que le périmètre reste étanche. » Observer sans être vu, ni entendu, nécessite l'exécution de manœuvres tactiques. « Il faut trouver un compromis pour être discrets, tout en ayant l'image de la caméra. Pour cela, nous « jouons » avec les effets du vent », précise l'officier. Peu avant, l'équipage de nuit est relevé. « Il faut sans cesse se réarticuler, souligne le CNE Gauchery. Nous avons environ 25 missions par semaine, 10 seulement sont programmées. Pour le reste, c'est de l'inopiné, soit la veille pour le lendemain, soit des urgences. On a également reçu deux appels depuis ce matin pour des recherches de personnes disparues… » Le planning de la semaine est en permanence affiché sur son ordinateur ainsi que sur deux grands écrans  : un à l'étage des pilotes, un second au rez-de-chaussée, chez les « mécanos », dont les bureaux sont surnommés « la piste ». À cette heure-là, l'adjudant-chef (ADC) Christian Froehlicher, dans le métier depuis 23 ans, « fait les formes », c'est-à-dire qu'il remplit les cahiers de prise en compte des machines  : « Chaque hélico possède son propre carnet de santé. Nous le renseignons pour avoir un suivi technique de la machine. On y calcule les heures de vol et on notifie si un souci a été relevé ou pas. » À son tour, le pilote, avant chaque départ, appose sa signature pour tracer sa prise en compte de l'appareil. « Les mécanos ne se relâchent jamais  : en vol, ils s'occupent du treuil ou de la caméra, puis au sol, ils ont en charge l'entretien et la maintenance à l'atelier », confie le LCL Lardet. 5h15  : départ pour des filatures et des interpellations. 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :