Gend'info n°380 octobre 2015
Gend'info n°380 octobre 2015

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
38 INFOS PRATIQUES intercePtions judiciaires  : une nouvelle Plate-forMe MAF 50N ÿ1F 1.A G EN IDARCAERIE 110011001101 1110010111M101441 ti 4001011410001100001011000011, 101011toixottallotoiticootototost000110110:00111c00110110t:00110001101t Ityrt1010001110m0,1110100011101011101000111.0101001011100110101001011100111criootaintxr11010, solit011001100110111011401100citootooltett` le site cyber-aide fait Peau neuve Centre de lutte contre les criminalites numeriques Le site Cyber-aide est un outil à destination des gendarmes pour simplifier leurs investigations en matière de cybercriminalité et de téléphonie. Il est désormais ouvert à la police nationale et contient plus de 7 000 fiches pratiques, un annuaire des organismes à requérir et un moteur de recherche. CAISSE NATIONALE DU GENDARME GENDARMERIE Une force sociale à mes côtés Destinée prioritairement aux unités de recherches, la Plateforme nationale d'interception judiciaire (PNIJ) concerne tous les militaires en charge de la mise en œuvre des interceptions judiciaires. Elle sera progressivement déployée du 12 octobre 2015 au mois de mai 2016. Développée par le ministère de la Justice en relation avec des acteurs du terrain de la gendarmerie et de la police, elle deviendra l'unique outil pour le traitement des interceptions judiciaires et des prestations annexes (fadettes, identification d'abonnés, etc.). Pour accompagner ce changement, des représentants de la DGGN présenteront les enjeux de cette application aux principaux responsables départementaux et régionaux. Des enquêteurs de sections de recherches seront formés à Fontainebleau (77) durant 3 jours pour devenir référents Parmi les nouveautés, des modèles de réquisition pour les opérateurs étrangers (Facebook, Google, Twitter, Microsoft, Apple) et deux guides y ont été insérés. Le premier guide concerne les enquêtes relatives au phénomène de « swatting », qui consiste à procéder à des appels malveillants avec un numéro de téléphone d'emprunt. Ce phénomène touche notamment les Centres d'opérations et de renseignement de la gendarmerie (Corg), dans le but d'engager indûment les régionaux et un dispositif d'Enseignement à distance (EAD), adapté aux besoins différents des unités de recherches et territoriales, sera mis en place. Les opérateurs du Centre national d'assistance aux utilisateurs (Cnau), qui continuera d’assurer le soutien des utilisateurs, seront formés au cours d'un stage d'une semaine. La PNIJ est une application qui évoluera vers de nouvelles fonctionnalités comme la capacité d'interception des flux Internet. Pour accompagner ces évolutions et contribuer aux aménagements nécessaires, un « atelier utilisateurs » est d’ores et déjà créé. Il est chargé de collationner les observations et propositions qui remonteront du terrain. forces de l'ordre. Le second traite des escroqueries par téléphone avec usurpation de la qualité de policier ou de gendarme visant les particuliers. « entraide GendarMerie »  : une force sociale à Mes côtés Entraide Gendarmerie réunit la fondation Maison de la gendarmerie et la Caisse nationale du gendarme (CNG) pour proposer à la communauté des gendarmes une meilleure visibilité de leurs actions sur une WEB Toutes les actualités, informations et conseils en ma- www tière de cybercriminalité et de téléphonie sont disponibles sur  : https://cyber-aide. sso. gendarmerie.fr/plate-forme commune réunissant toutes leurs aides sociales et services. WEB www Pour en savoir plus  : www.entraidegendarmerie.fr
Esog Chaumont des élèves-GendarMes iMMédiateMent oPérationnels propos recueillis par la chef d’escadron Marielle Chrisment Permettre aux élèves-gendarmes de mettre en pratique leurs cours, individuellement et sur-le-champ, est désormais possible grâce au chef d'escadron Patrick Geoffrin, pilote du développement d'une brigade numérique au sein de l'école de gendarmerie de Chaumont (52). Élément majeur du projet « Chaumont 3.0 », elle permet un apprentissage dynamique et une interconnexion entre les différentes matières. Comment avez-vous eu l'idée de développer cette brigade numérique ? À la fin de leur formation, tous les élèves-gendarmes remplissent des questionnaires d'évaluation. À cette occasion, ils ont insisté sur le manque de mise en pratique des connaissances acquises au cours de leur scolarité. Partant de cet état de fait, le chef de corps m'a demandé de faire travailler les élèves sur des situations opérationnelles très proches du quotidien du terrain. D'où l'idée d'une brigade numérique. Comment a-t-elle été conçue ? J'ai articulé sa création autour de la transversalité des métiers et du réalisme de sa configuration. Son développement a mobilisé toute l'école durant un an, à la fois pour la rénovation des locaux et pour la partie théorique. L'adjudant Sébastien Lefèvre a participé, avec un groupe de travail, à la construction du programme pédagogique. Il s'est particulièrement impliqué lors des Retransmission en salle de cours de scènes en direct ou en différé. Esog Chaumont Les ateLiers de La performance premières mises en situation. Mme Christelle Christophe s'est chargée de l'aspect technique  : aménagement des salles, choix des techniques de son et vidéo. Les spécialistes de l'école ont également apporté leur contribution sur le fond. Concrètement, comment est-elle intégrée dans la scolarité ? Chaque peloton de quarante élèves suit un programme de formation aux métiers de la gendarmerie départementale, divisé en trois cycles de quatre semaines  : trois semaines d'enseignement théorique suivies d'une semaine de mise en situation au sein de la brigade numérique. Les élèves sont formés à l'accueil du public, au renseignement, aux constatations et, enfin, au travail d'enquête. L'application instantanée de chacun de ces cours ancre le savoir. Prochain objectif  : intégrer Néogend. fiche n°44 Brigade numérique objectif Permettre aux élèves d'appréhender le rôle et les savoir-faire d'un gendarme servant en brigade. présentation de la mesure Il s'agit de la création d'un concept de formation de type « focus group » via une brigade pédagogique (réplique d'une brigade de proximité) associée à un système de vidéo-protection, un amphithéâtre de rédaction de procédure et de boxes d'audition Progreai. Cette brigade est composée d'un portillon d'accès, d'un hall d'accueil, d'un local transmission, d'une salle d'audition, d'un bureau de commandant de brigade, d'une salle de vie et d'une cellule. L'amphithéâtre permet, à partir des scènes retransmises ou enregistrées, la rédaction de pièces de procédure, en temps réel, à partir des logiciels LRPGN et BDSP. Les 20 boxes d'audition équipés de postes informatiques permettent de mener la technique d'audition Progreai. Bénéfices - Préparation concrète au métier. - Aisance dans la rédaction de pièces de procédure judiciaire. - Transversalité des apprentissages (FTCOM, accueil, P.J., ASR, Ticp, FTI, Rens). - Passage de la totalité des élèves aux différents postes et drill. - Maîtrise de la technique d'audition. conception INFOS PRATIQUES 39 CEN Patrick Geoffrin, officier pédagogie ADJ Sébastien Lefevre, formateur opérationnel Mme Christelle Christophe, copiste arrangeur École de gendarmerie de Chaumont. ACCÉDEZ à L’INTÉGRALITÉ DES FICHES DES « ATELIERS DE PERFORMANCE » SUR LE SITE GENDCOM.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :