Gend'info n°379 aoû/sep 2015
Gend'info n°379 aoû/sep 2015

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
28 DOSSIER UN ÉTÉ SOUS PROTECTION 18 h 15 – Sur la route de retour des plages, l'EDSR contrôle les nombreux véhicules, non loin du port de Saint-Tropez. 18 h 30. Mission un peu particulière pour les G.M. détachés à Saint-Tropez ce soir  : assurer la fluidité de la circulation aux abords perturbée par une soirée caritative. Pas moins de 800 convives sont attendus entre 19 h 30 et 20 h 30. Certains arriveront par hélicoptère, la plupart dans des voitures avec chauffeurs. Pour éviter que la circulation des touristes soit totalement bloquée par les mouvements, ils mettent en place une déviation pendant près de deux heures. 20 h 45. Début des interventions de la nuit pour les Pam de la BTA de Saint-Tropez. Ils sont engagés en renfort des pompiers pour gérer une personne en état d’ivresse. Pendant ce temps, sur la route qui longe la côte, l’EDSR poursuit ses contrôles. « La sécurité routière est un vecteur non négligeable de protection de la population », commente le Capitaine Sébastien Gibier, commandant l’EDSR 83. Les voitures se suivent mais ne se ressemblent pas  : de la voiture familiale à la Ferrari… Quelques conducteurs étrangers prendront place dans le véhicule des gendarmes afin d’y régler leur amende en l'échange de l'établissement d'une quittance. Certains repartiront à pied, d’autres attendront sur le trottoir que leur taux d’alcoolémie ait atteint le seuil légal… 21 h 45. Toulon. Au cœur du GGD83, quatre opérateurs du Centre opérationnel de renseignement de la gendarmerie (Corg) enchaînent les appels à un rythme soutenu depuis maintenant une demiheure. Patiemment, pendant toute la nuit, ils délivreront des conseils, orienteront et rassureront les appelants, engageront les patrouilles et récolteront de nombreux renseignements. « Nous essayons d’aider les gendarmes sur le terrain, soit en traitant la demande à notre niveau, soit en récupérant des renseignements précis pour leur permettre d’intervenir en sécurité », explique le chef de quart pour la nuit. Au final, près de 300 appels pour 50 engagements de patrouilles. Une « petite nuit » selon le militaire, car le Corg peut recevoir jusqu'à 800 appels… 23 h 30. Rendez-vous est donné à la BTA de la Croix-Valmer pour un briefing. G.D., G.M., réservistes et agents des services de la Direction départementale des finances publiques (DDFIP) du Var vont procéder au contrôle d’un établissement de nuit. Il s’agit d’un « contrôle coordonné Codaf » (comités opérationnels dé- 7 01 h 15 Croix-Va registre établisse _,
– La BTA de la lmer contrôle les s d'un ment de nuit. 21 h 30 – Le Corg enchaîne les appels. Au plus fort de la saison, jusqu'à 800 appels peuvent être reçus au standard 06 h 05 – Entre surveillance du port et interventions, la patrouille ne voit pas la nuit passer. partementaux anti-fraude). À 00 h 15, les équipes investissent les locaux de la boîte de nuit et en tiennent les accès. Vérification de la caisse, de la billetterie, du registre du personnel… Les gendarmes, appuyés par les personnels de la Brigade de contrôle et des recherches de la DDFIP, passent au crible toute la gestion de l’établissement jusqu’à 1h25. Retour à Saint-Tropez où 3 G.M. s’apprêtent à commencer leur patrouille de nuit. Il est 2h00. « Les G.M. sont totalement intégrés au service des BTA. C’est une des particularités de l’été autour du Golfe de Saint-Tropez, explique le CEN Moura. Leur effectif conséquent permet de réorienter le Psig sur des surveillances particulières, souvent en civil, où leur connaissance du terrain est un atout majeur, notamment en appui du Gelac. » La patrouille oriente tout d’abord sa surveillance sur le port, en prenant contact avec la Police Municipale afin d’obtenir du renseignement sur les événements de la nuit. 4h05. Après un engagement sur un tapage, la patrouille se rend dans un hôtel pour un différend familial. Des coups auraient été échangés au sein d’un couple de touristes anglais. À l’arrivée des gendarmes, le mari est déjà parti en voiture à l’hôpital pour faire soigner sa blessure. La femme prétend avoir été frappée. Paraissant terrorisée, elle refuse de déposer plainte malgré les explications et la patience des gendarmes. Une heure plus tard, ils sont prévenus qu’un individu alcoolisé perturbe le personnel au sein de l’hôpital de Gassin. Pensant qu’il s’agit du mari, les gendarmes s’y rendent en vitesse. Hypothèse vite démentie  : il s’agit en fait d’un jeune père qui a un peu trop fêté la naissance de sa fille. Les gendarmes l'invitent à plus de retenue. 6h05. Le Corg prend contact avec la patrouille. L’engagement laisse les gendarmes perplexes  : défenestration du premier étage. Plus de peur que de mal, même si les militaires mettent un peu de temps avant de comprendre ce qu’il s’est vraiment passé. Un jeune de 15 ans est entré dans un appartement et s’est précipité par la fenêtre pour atterrir dans les haies moins d’un mètre plus bas… La brigade se saisira des faits afin d'en savoir plus. 7h50. Après un dernier passage sur le port, la patrouille regagne la brigade où elle est à nouveau engagée. Encore un cambriolage dans des chambres d’hôtes. Elle se rend sur place pour prendre les premiers renseignements en attendant les Pam. À 9h00, ils sont de retour à la brigade pour effectuer le compte rendu de service de la nuit. Ils laissent la place à de nouvelles équipes. Reprise du service dans 10 heures… Coup de filet pour la B.R. de Gassin-Saint-Tropez Confrontée à une problématique d’arrachage de montres de luxe, la B.R. de Gassin-Saint-Tropez a mis en place un dispositif de surveillance discrète. « Nous sommes remontés jusqu’à une bande de Napolitains, explique le capitaine Denis Napieralski, commandant la B.R. Des équipes structurées arrivaient à moto, puis repéraient leurs proies à la sortie des hôtels ou à la descente des yachts. Après avoir violemment arraché la montre, ils repartaient à moto, puis en voiture. Chaque montre était estimée à plus de 100 000 €  ! » Après un travail de fond à partir des images issues du dispositif de vidéo-protection de la ville, ils repèrent les individus et leur lieu de stationnement. Lors de l’interpellation, une des montres volées est retrouvée dans un véhicule. 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :