Gend'info n°379 aoû/sep 2015
Gend'info n°379 aoû/sep 2015

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 MAGAZINE.- PRÉVENTION, - - 4ite - —4.v&ele ; Participant au classement du Val de Loire au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco, les châteaux de la Loire attirent chaque année des milliers de touristes, notamment en période estivale. La gendarmerie met en œuvre de nombreux moyens d’action pour protéger ces bâtiments historiques et les objets qu’ils contiennent de la convoitise des délinquants. « Les châteaux sont assez rarement l’objet de cambriolages ou de vols. Moins de 20 par an ces dernières années, reconnaît le colonel Quentin de Bennetot, commandant le Groupement de gendarmerie départementale d’Indre-et-Loire (GGD37). Pour autant, plus que le nombre, c’est la valeur de ces derniers qui est importante. Le récent vol d’œuvres d’art au musée chinois de Fontainebleau a démontré l’attrait persistant des délinquants pour les beaux objets où qu’ils se trouvent. Le Val de Loire est particulièrement exposé. Nous nous devons de participer à la protection du patrimoine de notre région. » '-Iè. Y 4 Les gendarmes de la garde républicaine patrouillent sur les 5 440 hectares du domaine de Chambord. LES CHÂTEAUX DE LA LOIRE SOUS BONNE GARDE par la capitaine Gaëlle Pupin Une prévention accrue auprès des propriétaires de châteaux Le GGD37 a ainsi organisé, avant le début de la période estivale, une session de sensibilisation à la protection du patrimoine et des œuvres d’art. Cette initiative, la première de la région, a rassemblé, au château de Chenonceau, une quarantaine de propriétaires ou gérants de châteaux, musées et lieux de culte d’Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher (41), en partenariat avec l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) et les Services départementaux d’incendie et de secours (SDIS). Vols d’opportunité, en bandes Sirpa Gend MAJ F. Balsamo
organisées, dégradations, intrusions, sécurité économique, menace terroriste, attaques informatiques, etc. Tous les sujets ont été abordés. « Cette réunion était autant l’occasion d’énoncer les risques d’atteintes aux biens et de leur apporter des solutions que d'entretenir les contacts avec les propriétaires de châteaux qui reçoivent du public, surtout dans un contexte de lutte contre la menace terroriste », précise le colonel. Les référents sûreté de chaque groupement ont rappelé la possibilité de prendre directement contact avec les propriétaires ou administrateurs des domaines afin d’établir un audit de sécurité concernant leurs châteaux et de prodiguer les conseils adéquats. Une surveillance renforcée « La surveillance des châteaux s’effectue à l’occasion des patrouilles de prévention de proximité, explique l'adjudant-chef Bruno Brachet, adjoint au commandant de la Commu nauté de brigades (Cob) de Cour-Cheverny (41). Nous avons la circonscription où il y a le plus de châteaux au km 2 ; soit une centaine environ. Pour la plupart, ce sont de petits châteaux privés. » Les gendarmes prennent contact avec les administrateurs ou les propriétaires des domaines afin d’établir une fiche de renseignement. Ils n’hésitent pas à s’enquérir des éventuels systèmes de S.R. Bourges Le butin d’un « casse de luxe » récupéré par la S.R. de Bourges (18) Début mai, plusieurs individus s’introduisent dans un château de Fussy (18), situé à l’écart du village, en l’absence de tout occupant. De multiples objets précieux sont dérobés  : 4 véhicules dont 2 de luxe (Aston Martin et Maserati), 80 tableaux, une dizaine de statues, des horloges, de vidéoprotection, à donner des consignes en cas d’alarme, à susciter les bons réflexes en cas de passage de démarcheurs. « C'est aussi l'occasion de rappeler le fonctionnement du réseau des voisins vigilants, qui fonctionne également pour ces propriétés. » Concernant le château de Cheverny, ouvert au public, plusieurs passages par jour sont prévus sur les parkings ou au sein de la propriété dans le cadre du plan Vigipirate. Le château de Chambord (41), quant à lui, présente la particularité,d’avoir un poste à cheval permanent de la garde républicaine sur son domaine. 3 sous-officiers et 9 gendarmes adjoints volontaires surveillent 5 440 hectares, « 32 km de murs d’enceinte, soit la superficie de Paris intramuros, à 1 km près », explique fièrement l'adjudant Thierry Jungas, commandant le poste. Prévention des vols, surveillance des parkings à cheval, patrouilles pédestres dans l’enceinte, ou à vélo aux abords du château, ils mettent tout en œuvre pour garantir la sécurité et la tranquillité de près d’1,5 million de visiteurs par an. l’argenterie, de la vaisselle précieuse, etc. Pas moins d’1 500 000 € de butin. Informée des faits par l’administrateur, la brigade locale se rend sur place et effectue un gel des lieux. Au vu de la scène, la mobilisation de tous les Tic et TICP du secteur, soit une vingtaine de gendarmes, est nécessaire afin de constituer des équipes sous la direction d’un Co-crim. Sirpa Gend MAJ F. Balsamo Les gendarmes de la Cob de Cour-Cheverny prennent contact avec la propriétaire du château de Troussay, le plus petit château de la Loire. Tous les moyens sont mis en œuvre  : survol d’hélicoptère, plongeurs, radar de surface de l’IRCGN… Immédiatement saisie, la section de recherches de Bourges effectue une vérification minutieuse du registre du château où tous les objets sont photographiés et identifiés, avant de les intégrer dans les bases spécialisées en lien avec le service central de renseignement criminel. L’OCBC active ses antennes dès l’écoulement d’objets identifiés. Les investigations conduisent à une équipe de 3 individus sur Bourges et permettent de déterminer que l’écoulement d’une partie du butin aura lieu le jour même dans le secteur nord de Paris (75). Contact est pris avec la Bac locale qui contrôle les individus dans un camion. Une partie du butin est ainsi retrouvée. Parallèlement, la localisation d’un box à Vierzon (18) permet de récupérer le reste, notamment la Maserati. Au final, 95% du butin sera rendu à son propriétaire. « Les enquêteurs ont su remonter la piste des délinquants assez rapidement », se félicite le lieutenant-colonel Jean-Pierre Potot, commandant la S.R. de Bourges. 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :