Gend'info n°379 aoû/sep 2015
Gend'info n°379 aoû/sep 2015

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 MAGAZINE RENDEZ-VOUS SPORTIF QUATRE GENDARMES BLES POUR LES 6 E JEUX MONDI par le capitaine Céline Morin Parce qu'il permet de redécouvrir et de se réapproprier son corps, de se dépasser et de repousser les barrières du handicap, qu'il soit une place essentielle dans la reconstruction des blessés militaires. Le Bureau de l'action sociale (BAS) de la gendarmerie, qui relaie soutient activement cette démarche. C'est dans cet esprit que se dérouleront les 6 e Jeux mondiaux militaires d'été (JMME), organisés pour la première fois aux militaires blessés de 115 pays. Sous l'égide du BAS, quatre gendarmes ont été sélectionnés pour faire partie France, de la Défense et de la gendarmerie dans les disciplines du tir à l'arc, du lancer de poids et du demi-fond (1500 m). Témoignages. L'adjudant Stéphane Mallet, aujourd'hui affecté au G.C. de la compagnie de Dole (39), était à la Cob de cette même commune lorsque, le 20 octobre 2012, il a été blessé par balle lors d'une intervention. L'ADJ Mallet a dû être amputé d'un doigt et de plusieurs phalanges et garde de graves séquelles au bras droit et à l'épaule. En octobre, il prendra le départ du demi-fond (1 500 m) « Après ma blessure, il a fallu que je retrouve un sport adapté à mon handicap. Naturellement je me suis orienté vers le footing. Le sport était un élément essentiel dans ma vie, il est devenu primordial. Je me suis lancé dans les sorties longues. Moralement et intellectuellement, courir m'apaisait. Ça me permettait d'imposer ma volonté à ce corps qui me dominait à travers la douleur et le handicap. Le sport me permet de me sentir vivant et de prouver à moi-même et aux autres que, même si je suis diminué sur certaines capacités physiques, même si je ne suis plus le même homme, malgré tout je suis toujours là. Pour moi c'était une renaissance. Passer au 1 500 m a été un complet bouleversement, c'était un autre engagement. J'ai eu des doutes mais je me suis accroché. Pour moi, les JMME, c'est une superbe aventure humaine. » D.R. Le 27 juin 2012, l'adjudant Raphaël Perriraz, alors au groupe de pelotons d'intervention de Guyane, est blessé par balle lors d'une mission de lutte contre l'orpaillage illégal. Ses blessures au bras droit et à la jambe gauche entrainent des mois d'hospitalisation et de rééducation. Aujourd'hui, affecté à l'EGM 14/1 de Satory, « dans un poste de bureau », l'ADJ Raphaël Perriraz a trouvé dans le tir à l'arc une nouvelle source d'épanouissement. « Le sport est revenu très vite dans ma vie. Dès que j'ai pu en fait. Mais j'ai été limité pendant de longs mois. L'an dernier, j'ai eu la chance de voir plusieurs opportunités s'offrir à moi  : stage de ski, ascension du Mont-Blanc avec l'EOGN, rencontres militaires blessures et sport s et, enfin, stage blessés militaires et famille. Ces objectifs sont une source de motivation pour l'entraînement. Ça permet aussi de se sentir utile. Quand, du jour au lendemain, on se retrouve dans un bureau, moralement ce n’est pas facile. Le sport permet de remonter la pente, comme on dit. Les JMME sont un nouveau défi. » Sirpa Gend ASP¨E. Grangié
SÉS SÉLECTIONNÉS AUX MILITAIRES physique ou psychique, mais aussi de nouer des liens sociaux, le sport occupe la politique d'accompagnement mise en œuvre par le ministère de la Défense, à Mungyeong (Corée du Sud), du 2 au 11 octobre. En effet, cet événement s'ouvrira de l'équipe de France des blessés de la Défense. Ils porteront les couleurs de la L'adjudant Didier Turrel, de l'EGM 16/5 de Clermont-Ferrand (63), a été gravement blessé aux membres inférieurs et au bras le 10 février 2013, volontairement percuté par le conducteur d'un véhicule lors d'un contrôle routier dans le bourg du François (972). Il est sélectionné pour faire partie de l'équipe de tir à l'arc. « Durant ma convalescence, fin 2014, le bureau d'action sociale m'a contacté au sujet des JMME. Au vu de mes séquelles, la course à pied m'était impossible. Après un temps de réflexion et un essai en club, j'ai opté pour le tir à l'arc. Je n'ai jamais été un sportif de haut niveau, mais après l'accident, je me suis dit que je ne pouvais plus faire grand-chose. Le tir à l'arc a changé la donne. Ça m'a redonné confiance. J'ai vraiment accroché et je compte poursuivre. Je vais aussi progressivement reprendre la course à pied et le vélo que je pratiquais avant. J'ai réalisé qu'avec des adaptations, le sport était toujours possible. Psychologiquement ça m'a fait du bien. J'ai pris sur moi et aujourd'hui j'ai de nouveau mon certificat d'aptitude au service. Je ne pensais plus pouvoir faire de sport et je suis licencié dans un club. » Sirpa Gend ASP¨E. Grangié ZOOM SUR Les JMME réuniront 7 500 délégués et athlètes militairesC. venant de 115 pays qui prendront part à la compétition dans plus de 20 sports militaires et traditionnels. Le gendarme Fabian Frily, de l’EGM 26/2 de Bouliac (33), a été blessé au bras droit le 23 août 2011, en Afghanistan, lorsqu’un engin explosif improvisé a explosé au passage de son convoi. Aux JMME, il s'alignera sur l'épreuve du lancer de poids. « J'ai souffert de problèmes physiques, mais également d'un choc post-traumatique. Le sport a été et reste pour moi un défouloir, un moyen d'évacuer toutes les tensions, de me vider la tête. Depuis les tests de sélection pour les JMME, je me suis vraiment lancé dans l'athlétisme. C'est un challenge pour soi, mais aussi pour montrer aux autres que malgré notre blessure, même si on est un peu diminué, on n’en reste pas moins présent et compétent. J'ai mis plus de six mois avant de pouvoir bouger correctement ma main, mais aujourd'hui j'ai réussi à retrouver mon poste d'avant. La préparation aux jeux est également une façon de montrer à mes camarades blessés que l'on peut encore faire des choses pour notre Institution et que le sport permet aussi de représenter la gendarmerie et la France d'une autre manière. » 13 CNSD V. Idrac-V



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :