Gazette des Transferts n°71 avril 2015
Gazette des Transferts n°71 avril 2015
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°71 de avril 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (315 x 400) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 14,9 Mo

  • Dans ce numéro : City prêt à accepter Yaya Touré au PSG.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
c’est positif ! En kiosques ou sur tablettes www.lafontpresse.fr
LE FOOT GAZETTE DES TRANSFERTS Les derniers mois de Lionel Messi à Barcelone ont relancé les spéculations autour de l’avenir de l’Argentin. Voici les principales solutions. Les rumeurs n’ont que faire des belles histoires. Depuis plusieurs mois, les bruits de couloir et les déclarations ambigües ébranlent celle qui unie Lionel Messi et le FC Barcelone. Il faut dire que l’Argentin ne fait pas tout pour dissiper les doutes concernant son avenir. Au mois de novembre, dans un entretien accordé à son quotidien national Olé, il lançait  : «Même si j’ai toujours dit que j’aimerais rester ici pour toujours, parfois les choses ne se passent pas comme on l’a prévu, surtout dans le football». De quoi relancer le débat à propos de son avenir. Les prétendants ne manquent pas mais les solutions crédibles se comptent sur le doigt d’une main. Etat des lieux. BARCELONE  : 90% Il y a près d’un an, le contrat de Messi était revalorisé à hauteur de 20 millions d’euros par saison. «Je suis très heureux de rester dans ma maison, comme je l’ai toujours dit, déclarait-il alors. Ce sont les gens au Barça qui décident de mon avenir, mais mon choix est de continuer ici tant que je sentirai la même affection de la part de tous. Mais si ce n’est pas le cas, il faudra trouver une autre solution car je veux tout simplement le meilleur pour ce club.» En interne, le président Josep Maria Bartomeu continue de mettre l’Argentin au cœur du projet, après lui avoir notamment proposé de virer Luis Enrique au cœur de l’hiver, d’autant que les relations entre le joueurs et son entraîneur n’étaient semble-t-il pas au beau fixe depuis le début de la saison. «Messi a PSG..P4-5 OMP6-7 Saint-Etienne...P8 Lyon.P9 Nantes/Bordeaux...P10 Monaco/Nice..P11 Gardiens/LilleP12 Tableau L1.P13 PROCHAIN NUMÉRO  : 5 MAI 2015 La «Pulga» est attendue au tournant... MESSI PEUT-IL QUITTER LE BARÇA ? un contrat jusqu’en 2018. Il est content, heureux. Nous sommes très tranquilles», a déclaré le président. Et puis, Messi est très attaché au Barça et ce n’est pas la première fois que des rumeurs de transferts agitent son quotidien. Une certitude demeure toutefois  : il terminera sa carrière au Newell’s Old Boys, à Rosario sa ville natale. CHELSEA  : 80% Imaginez un peu José Mourinho, l’ancien entraîneur sulfureux du Real Madrid et Lionel Messi, l’enfant chéri de Catalogne, logé sous la même enseigne. Une pensée un peu fantaisiste et pourtant, depuis quelques temps, le Portugais a semble-t-il rangé son fusil. Messi n’est plus la cible de ses critiques intempestives. Au contraire, il défend sa cause. Au Mondial  : «Leo, c’est un exemple […] Tous dans ce Mondial ne peuvent prétendre à ce statut. Messi est ici pour sa sélection, il n’a rien à prouver à personne, nous savons tous le phénomène qu’il est.» Et plus récemment  : «J’ai le sentiment que Messi sera toujours Barcelonais. Je ne le vois pas jouer avec un autre maillot que celui de Barcelone et je vois mal Barcelone ouvrir la porte pour que Messi s’en aille.» Ces déclarations, conjuguées au bilan économique positif du club sur la période 2013-2014 - qui l’éloignent de toutes contraintes liées au fair-play financier - font de Chelsea un terrain propice à l’arrivée de Lionel Messi. «Vu les sommes évoquées pour ce transfert, je pense qu’il est quasiment impossible de le réaliser pour n’importe quel club obligé de faire avec les contraintes du fair-play financier», tempérait tout de même il y a quelques semaines SteveHolland, l’entraîneur adjoint de Mourinho. MANCHESTER CITY  : 70% Malgré les contraintes du fair-play financier, Manchester City est un club riche. Et s’il lui faut un peu plus d’argent que ce que ne lui accorde l’UEFA, les Citizens possèdent de nombreux éléments à forte valeur marchande. Suffisant pour renflouer les caisses avant de frapper un grand coup. Celui-ci pourrait être frappé du sceau de Lionel Messi. Quand ? On ne sait pas mais pas dès l’été 2015. Pourquoi ? Car les champions d’Angleterre en titre ne manquent pas d’atouts  : l’actuel directeur sportif, Txiki Begiristain, est l’ancien vice-président économique du FC Barcelone (2003-2010) et Sergio Agüero, qui souhaitait «faire signer Lionel Messi à Manchester City» est un grand ami de son compatriote. Mais là où il a fallu débourser quelques 37 millions d’euros pour Wilfried Bony, il en coûtera 250 pour Messi, soit le montant de la clause libératoire fixé par le Barça. A cela s’ajouterait ensuite son salaire de l’ordre de 20 millions d’euros annuels depuis mai 2014. A ce prix-là, il faudrait que City vende (beaucoup). PSG  : 60% La Premier League (presque) seule Les chiffres donnent le vertige. A partir de la saison 2016-2017, les clubs de Premier League se partageront un gâteau de droits télévisuels lourd de 2,3 milliards d'euros. De fait, chaque club percevra au moins 120 millions d'euros par saison. Dans cette perspective, la possibilité de voir des clubs monter des budgets de 800 ou 700 millions d'euros est tout à fait plausible. Le championnat d'Angleterre s'apprête à se doter des moyens économiques suffisants pour s'offrir les deux meilleurs joueurs du monde  : Lionel Messi et Cristiano Ronaldo. Ce futur contexte économique réduit le champ des possibilités pour Messi pour lequel il s'agirait presque de la Premier League ou rien d'autres. AngleterreP14-15 EspagneP16-17 Italie.P18-19 Allemagne.P20 Portugal/Russie.P21 Tableau Europe.P22 Début janvier, le média catalan Mundo Deportivo a relancé le débat d’une arrivée de Lionel Messi au PSG. Les dirigeants parisiens n’auraient ainsi pas abandonné l’idée de recruter le quadruple Ballon d’Or pour la somme de 250 millions d’euros. Si l’échéance de l’été 2015 est trop juste, l’année 2016 serait le timing idéal. Le PSG, qui doit tenir compte du fair-play financier, aurait davantage de liberté économique avec la fin du contrat de Zlatan Ibrahimovic. BAYERN MUNICH  : 30% La rumeur bavaroise ne tient qu’à un fil, celui du lien tissé par Pep Guardiola entre la Catalogne et la Bavière. Dès lors, des rumeurs (in)fondées ont fait état de la volonté de Guardiola de retrouver Messi dans son effectif. Il faut alors se pencher sur la situation économique du Bayern. Et là encore, comme pour Chelsea, les voyants sont au vert. Pour la saison 2013-2014, le club a enregistré un chiffre d’affaires record de 528,7 millions d’euros. «Pas de doute, notre FC Bayern jouit aujourd’hui d’une assise, tant sportive qu’économique, qu’il n’a jamais connue», s’était félicité Jan-Christian Dreesen, président adjoint du conseil d’administration au moment de la divulgation des chiffres en novembre. Mais le président du Bayern, Karl-Heinz Rummenigge, balaie d’un revers de main ces considérations économiques  : «C’est comme un mariage pour la vie. Ils (Messi et le FC Barcelone, Ndlr) ne devraient pas être séparés l’un de l’autre, comme le Bayern et PhilippLahm.» THOMAS BARON ✁ ABONNEZ-VOUS et renvoyez ce bon dûment rempli à Lafont presse 53 rue du Chemin Vert - 92100 Boulogne-Billancourt OUI, je souhaite m’abonner à Le Foot gazette des Transferts pour 8 numéros au prix de 23  € Nom  : Prénom :... Adresse :. Code postal :.. Ville :. Téléphone  : Date de naissance  : Courriel  : Profession :... Je règle par Chèque bancaire ou postal à l’ordre de Lafont presse 53 rue du Chemin Vert - 92100 Boulogne-Billancourt EDITO Pogba doit partir pour s'afficher C'était dans le courant du mois de janvier. On estimait la rancœur de Paul Pogba envers Manchester United au moins égale à sa déception de ne pas avoir jouit de la toute confiance de Sir Alex Ferguson. C'est que l'amertume du Français était réelle au sujet d'un club qui l'avait laissé partir libre à la Juventus en 2012. Les choses ont depuis bien évolué. Les ambitions de Pogba sont devenues trop grandes pour un club aussi renommé soit-il que la Vieille Dame. Alors que le magazine anglais Four- FourTwo lui faisait remarquer qu'il n'a pas eu sa chance en Premier League, la réponse fut la suivante  : "Cela n'est pas arrivé. Mais ça ne signifie pas que je vais parler en mal de Manchester United. J'aime le club." Et boum, changement de situation ! C'est que l'intérêt est réciproque. United souhaite rapatrier le milieu de terrain qui n'a pas encore d'équipementier malgré plusieurs approches. Pogba possède le profil idoine que les marques s'arrachent. Il est jeune, joue en équipe nationale, est présent dans le cœur du jeu… mais le fait de jouer à Turin n'est pas son point fort. Pour évoluer sportivement, financièrement et médiatiquement, il doit rejoindre un club plus huppé. Paris serait intéressé, au même titre que le Real Madrid et le FC Barcelone (interdit de recrutement jusqu'en janvier 2016). Des clubs qui colleraient davantage à l'image de Pogba et qui faciliteraient la signature d'un contrat de sponsoring. Il faudrait alors un minimum de 70 millions d'euros. Les enchères sont ouvertes. LA RÉDACTION Le Foot Gazette des TRANSFERTS Signature : ou par carte Bancaire : visa r N° : expire fin cryptogramme (les trois derniers chiffres au dos de votre carte) 3 avril 2015 - n°71



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :