Gazette des Armes n°52 septembre 1977
Gazette des Armes n°52 septembre 1977
  • Prix facial : 10 F

  • Parution : n°52 de septembre 1977

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (204 x 293) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 44,2 Mo

  • Dans ce numéro : l'armement des Marins de la Garde.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
42 rea7pite mnaizinE Dans l'armement léger, le G.I.A.T. exposait le fusil d'assaut M.A.S. type A.6 calibre 5.56. Cette arme a fait l'objet d'une étude en avant-première, dans le numéro d'octobre 1974 de la Gazette. Mais ses possibilités d'emploi sont considérablement accrues par la nouvelle grenade à fusils développée par Luchaire en collaboration avec la Fabrique Nationale belge : celle-ci, équipée dans l'empennage d'un "piège à balle" de 30 grammes seulement, permet le tir avec une munition ordinaire : plus de cartouche dite "feuillette". Le combattant menacé par un véhicule ou un groupe de combat adverse peut désormais enfiler une grenade sur son M.A.S. et faire feu, puis continuer à tirer sans perte de temps. Par ailleurs, le G.I.A.T.commercialise toujours l'arme automatique modèle 52 en 7,5 mm, pour la France, et en 7,62 O.T.A.N. pour l'exportation, ainsi que le pistolet mitrailleur M.A.T. 49, qui commence à dater sérieusement, mais dont la robustesse n'est plus à démontrer. Egalement sur le stand du G.I.A.T. : les canons mitrailleurs de 20 mm M 621 et F2.693 appelés à remplacer la vieille mitrailleuse Browning de 12,7. Bien entendu le G.I.A.T. fabrique également toute la gamme des munitions : 5,56 ; 7,5 ; 7,62 ; pour fusils, 9 mm Parabellum ; 12,7 et 20 mm pour armes automatiques, et les obus de 90 et 155. Mais il rencontre sur ce terrain la société Luchaire qui, outre toutes les munitions de 7,5 à 155, a la maîtrise d'ceuvre du nouveau lance-roquettes antichar de l'armée française de 89 mm, modèle F.1. CeL.R.A.C. d'une portée utile de 500 mètres ne pèse que 8,2 kilos prêt au tir, grâce à sa réalisation en enroule- Chargement duL.R.A.C. 89 mm : le conteneur de la munition est simplement placé à l'arrière du tube. L'allumage électrique de la roquette est réalisé par une bobine magnétique à noyau plongeur dans la poignée. Le recul, plus faible qu'avec l'ancien 73 mm, ne nécessite plus l'appui du pourvoyeur contre l'épaule du tireur, qui en cas de nécessité peut combattre seul. Roquette duL.RA.C. 89 mm sur trajectoire. Sitôt la sortie du tube, les petits empennages se sont développés et créent par leur sillage une stabilisation aéro-dynamique, comme sur le R.P.G. 7 soviétique. Lance-roquette antichar de 89 mm, modèle F 1 ment de fils de verre dans une résine synthétique. Ses munitions sont livrées dans un conteneur qui s'adapte au tube et permet le tir sans autre préparation que la mise en place de la lunette qui, pendant le transport, sert de bouchon auL.R.A.C. Il tire des roquettes antichar, antipersonnel, antivéhicules, fumigènes, éclairantes ou d'exercice. Doté pour l'entraînement d'un tube-réducteur qui tire une nouvelle munition G.I.A.T., la 7,5 Tured S.P.H., ceL.R.A.C. doit équiper l'armée française à l'échelon du groupe de combat. Cependant, des divergences de vues entre les partenaires pour le marché des munitions seraient en train d'en retarder la mise en place, selon des informations recueillies auprès d'un officier de parachutistes. Espérons qu'il ne s'agit que d'un bouteillon ! En outre, Luchaire présente cette année la grenade à fusil de 58 mm déjà citée à propos du M.A.S. 5,56 en cinq versions : antichar, antivéhicules et personnels, fumigène, éclairante à parachute et inerte pour l'entraînement. Cette grenade s'utilise indifféremment sur tous les fusils de calibre 5,56 avec la munition conventionnelle et sur les fusils 7,5 et 7,62 avec une cartouche feuillette. On découvre également une mini-grenade, de 40 mm de diamètre, sphérique, en version offensive et défensive. Elle ne pèse que 140 grammes ! Elle aura comme concurrente la grenade polyvalente de la société Losfeld : avec son corps explosif et sa fusée, c'est une grenade à main offensive. Si on ajoute un manchon métallique, elle devient défensive, comme le vieux "presse-purée" de la Wehrmacht. Si on lui ajoute une queue-empennage, c'est une grenade à fusil. Si on lui ajoute..., non merci, ça s'arrêtelà ! Alsetex propose des grenades de maintien de l'ordre : lacrymogènes à main ou à fusil, à effet instantané ou persistant. Mais surtout, des artifices qui sont l'évolution technique des vieilles techniques de piégeage "commando" ; par exemple, la mine antipersonnel à effet dirigé. Fixée à un tronc d'arbre à hauteur d'homme, elle projette 500 billes à une distance de 30 à 40 mètres sous un angle de 60°. Autrefois, on tartinait du plastic dans une assiette creuse que l'on garnissait de clous et d'un détonnateur, mais fini le bricolage, la guerre est une chose trop sérieuse pour la laisser faire aux militaires. Les techniciens sont là ! Ils ont néanmoins pensé à la fatigue du deuxième classe, et ceux de l'AIsetex ont mijoté un creuseur de trou d'homme : une charge allongée avec allumeur-retard qui ameublit le terrain et permet d'exécuter rapidement une tranchée de 1,80 x 0,60 x 1,20. Que n'y a-t-on pensé plus tôt ? Dans la foulée, ils produisent aussi un perforateur de sol destiné à la réalisation de fossés antichar, et conséquence naturelle de toutes ces pyrotechnies, des bouchons d'oreille permettant d'entendre la parole, mais non les bruits d'explosion. La S.E.R.A.T. offre un nouveau type d'allumeur pour mine antichar, sensible simultanément à une influence sismique et magnétique. Il ne restera plus aux chars d'assaut qu'à circuler sur la pointe... des chenilles. Le G.I.A.T., toujours lui, a mis au point à l'atelier de fabrication de Toulouse une mine antichar à action horizontale fonctionnant comme un projectile. L'engin est préalablement camouflé et pointé dans la direction de passage du char, la mise à feu a lieu par un allumeur à rupture de fil. Là encore, c'est la reprise du vieux truc de la munition deL.R.A.C. 73 mm dans son
emballage carton camouflé à plus de 7 mètres du passage obligé dans un buisson. Une nouveauté : un système d'autodéfense pour véhicule blindé contre les attaques d'infanterie très rapprochés ; des tubes lanceurs fixés dans les angles morts projettent des billes. La zone couverte va de 10 à 40 mètres. Terminons avec la lunette d'observation et de tir de nuit produite par Sopelem : la V.N. 4 pour les armes d'infanterie. Elle permet la vision de nuit d'une silhouette jusqu'à 500 mètres grâce à un tube intensificateur de lumière. N'émettant aucune radiation, elle est indéteatable et fonctionne sur une pile de 2,7 volts pendant 50 heures. Patrick Noel Dominique Mastier Lunette à amplification de lumière. Calendrier des manifestations - Le 4 septembre à Lens (Pas-de-Calais) au Calé des Sports, 114, route de Loison, à 10 heures : exposition d'insignes et décorations françaises ; à 14 heures : bourse d'échanges. Renseignements : Cailleret, résidence du Clos, lot 7, 82000 Montauban. - Du 11 au 23 septembre, à Arnheim (Pays-Bas), convoi commémoratif de véhicules militaires organisé par l'association britannique M.V.C.G. Renseignements : Bernard Faivre, 4, place du Docteur-Barret, 16000 Angoulême. - Le 11 septembre, à Seraing (Belgique), bourse d'échange. Rendez-vous à partir de 14 heures au centre culturel, rue Renaud- Strivay, Seraing (10 km de Liège). Renseignements : René Van Sigshem, 26, avenue de la Paix, 4300 Ans. - Tél. : 041- 63-63-50. - Les 16 et 17 septembre, à Londres, Arms-Fair d'automne, Royal Lancaster Hotel, Lancaster terrasse, Bayswater de 10 à 19 heures. Renseignements : G.-E. Bennet, 121, Fawnbrake Avenue, Herne'Hill, London S.E. 24 0.B.G. - Le 18 septembre, à Orival (76500 Elbeuf), Grand trade Western au cours duquel on pourra échanger armes américaines ou autres souvenirs militaires, et surtout tous objets symbolisant l'histoire des Etats-Unis. Rendez-vous sur le terrain de Little City (aux pieds du circuit des Essarts) avant 11 heures, quelques tipis sont prévus en cas de pluie. Pour réserver, envoyez 50 F, ils vous seront remboursés lors de votre venue. Renseignements : Christian Chéron, 22, rue Général-Blanchard, Les Essarts, 76530 Grand-Couronne. - Le 18 septembre, Breuilpont (4 km de Pacy-sur-Eurel, Bourse internationale d'échanges, rencontre toutes collections. Ouvert de 9 heures à 18 heures. Renseignements : Amicale des collectionneurs, B.P. 41, 27120 Pacy-sur-Eure. - Tél. : (32) 36-07-38. - Le 18 septembre, à Paturages (10 km de Mons, Belgique), l'Association nationale belge de collectionneurs d'armes et d'effets militaires organise une réunion-bourse d'échange à l'Eden-Salon, Grand-Place à Paturages. Renseignements : D. Binet, 19, chemin de Bruxelles. 7000 Mons (Hainaut, Belgique). - Le 25 septembre, à Thionville, fort Guandkange, de 14 à 17 heures, bourse d'échange organisée par l'Association lorraine d'histoire militaire. Renseignements.'Daniel Schell, 22, rue de Versigny, 54600 Villers-lès-Nancy. - Tél. : (28) 40-25-35, heures de bureau. - Les 1e, et 2 octobre, à Toulouse, bourse aux armes organisée par l'Association parisienne. Rendez-vous de 10 heures à 20 heures à l'hôtel des Contes-de-Toulouse, place du Fer-à-Cheval. Renseignements : 44, avenue de la Grande- Armée, 75017 Paris. - Tél. : 754-44-23. - Du 20 au 23 octobre, à Neuchâtel (Suisse), 6e bourse suisse aux armes dans les locaux du musée d'art et d'histoire de Neuchâtel. Renseignements : avenue du ter-Mars, 14, CH-2000 Neuchâtel. - Tél. : (038) 25-51- 55. - Le 20 novembre, à Seraing (Belgique), bourse d'échange. Rendez-vous à partir de 14 heures au Centre culturel, rue Renaud- Strivay, Seraing (10 km de Liège). Renseignements : René Van Sighem, 26, avenue de la Paix, 4300 Ans. - Tél. : (041) 63-63-50. - Le 4 décembre, à Senon par Verdun (55100), dans les locaux du café-restaurant Moreau, de 14 à 17 heures, bourse d'échange organisée par l'Association lorraine d'histoire militaire. Renseignements : Daniel Schell, 22, rue de Versigny, 54600 Villers-lès-Nancy. - (28) 40-25-35, heures de bureau. - Les 10 et 11 décembre, à Angoulême (160001, bourse d'échange d'armes, uniformes et figurines militaires dans les locaux du musée d'Angoulême, 1, rue de Friedland. Lilianne et Fred Funken dédicaceront leurs ouvrages. Renseignements : Alain Cabannes, (45) 95- 07-48. - Du 10 décembre au 16 janvier, à Angoulême 116000), grande exposition de figurines, armes et uniformes de 1715 à 1815. Musée d'Angoulême, 1, rue de Friedland. Renseignements : Alain Cabannes, (451 95- 07-48. - Du 17 au 19 décembre, à Paris, l'Association de la bourse aux armes à Paris organise sa 4e bourse aux armes dans les salons du Grand Hôtel, 1, rue Auber (place de l'Opéra), 75002 Paris. Renseignements : 44, avenue de la Grande- Armée, 75017 Pans. - Tél. : 754-44-23. Bourses. Foires Expositions BOURSE DE PLAINFAING l'Association lorraine d'histoire militaire a organisé courant juin une petite bourse dans un cadre très agréable : le jardin d'hiver du château de Plainfaing. Les exposants qui n'avaient pu se loger parmi la trentaine de places disponibles ont dû s'installer en squatters, à l'extérieur. C'est vous dire tout le succès remporté par l'association. On pouvait remarquer parmi les visiteurs, pour la plupart de la région, un certain nombre de collectionneurs parisiens, belges et luxembourgeois ; même des Allemands (la frontière n'est qu'à 70 km), ont fait le déplacement. Les prix convenables ont permis à des collectionneurs d'échanger ou d'acquérir casques à pointes, fusils, pistolets, sabres, etc. Le prochain rendez-vous est pour le 25 septembre, à Thionville (voir calendrier des manifestations). BOURSE DE GRENOBLE La troisième bourse aux armes organisée par Phil ArmMondia dans les salles du château de la Condamine à Corenc a eu un succès retentissant. Pendant 48 heures, quinze cents visiteurs ont sillonné les allées dans lesquelles 40 exposants professionnels proposaient tout ce qu'un amateur d'armes peut espérer trouver. A Grenoble, le déguisement était de rigueur : ici, le stand Guyot de Lyon. Le stand de l'An IX était tenu par un armurier en costume civil du premier Empire. 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 1Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 2-3Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 4-5Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 6-7Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 8-9Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 10-11Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 12-13Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 14-15Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 16-17Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 18-19Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 20-21Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 22-23Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 24-25Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 26-27Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 28-29Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 30-31Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 32-33Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 34-35Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 36-37Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 38-39Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 40-41Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 42-43Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 44-45Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 46-47Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 48-49Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 50-51Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 52-53Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 54-55Gazette des Armes numéro 52 septembre 1977 Page 56