Gazette des Armes n°469 novembre 2014
Gazette des Armes n°469 novembre 2014
  • Prix facial : 6,50 €

  • Parution : n°469 de novembre 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (209 x 301) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 43,9 Mo

  • Dans ce numéro : le premier contrat militaire du C.96.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
Texte et photos : Luc Guillou Carabine Destroyer avec une boîte de cartouches, deux cartouches qui refusèrent de partir et des étuis tirés. La carabine espagnole Destroyer en calibre 9 mm Bergmann-Bayard Avant la généralisation des pistolets-mitrailleurs, puis des fusils d’assaut, les membres des forces de l’ordre espagnoles étaient traditionnellement dotés d’une arme de poing et d’une arme d’épaule courte. Le mousqueton système Winchester 1873, fabriqué par l’arsenal d’Oviedo fut tout d’abord employé, avant d’être remplacé par des carabines de cavalerie ou des mousquetons modèle 1916. 36 Gazette des armes n°469 Beaucoup de policiers, estimant ces armes trop puissantes pour leurs missions de maintien de l’ordre, les abandonnèrent au profit d’armes chambrées pour une munition d’arme de poing, dont la portée et l’effet vulnérant était suffisamment optimisés par son emploi dans un canon bien plus long que celui d’un pistolet ou d’un revolver. Les mousquetons Winchester modèle 1873 et la carabine « El Tigre », copie de la Winchester modèle 1892,elle aussi chambrée en.44-40, eurent tout d’abord les faveurs des diverses polices espagnoles ainsi que des gardes-chasse et des gardes forestiers. Miliciens communistes, au cours de la guerre civile. L’homme au premier plan tient une carabine « El Tigre », copie espagnole de la Winchester modèle 1892 alors que son compagnon au second plan est armé d’une « Destroyer » (flèche), bien identifiable à son chargeur saillant. Le second homme debout à partir de la droite porte à la ceinture des cartouchières de Mauser. On imagine sans peine la difficulté d’approvisionnement que devait entraîner l’emploi de ces armes de calibres différents (.44-40 pour la « El Tigre » et 9 mm Largo pour la « Destroyer »). (D.R.)
M=w(mii HIstorique et développement A partir de 1905, l’adoption du pistolet BergmannBayard puis celle des pistolets Campo Giro, Star et Astra modèle 1921 (appellation réglementaire de l’Astra 400), s’accompagnèrent de l’entrée en service d’une nouvelle cartouche d’arme de poing : la 9 mm BergmannBayard, aussi appelée « 9 mm Largo » en Espagne (9x23 mm) : une cartouche performante, développant une vitesse initiale et une énergie cinétique et légèrement supérieures à celles de la 9 mm Parabellum. L’ouvrage de référence sur l’armement réglementaire espagnol : le tome 4 du précieux ouvrage de JuanL. Calvo Armamento Reglementario Y Auxiliar Del Ejercito Español nous apprend qu’une première carabine en calibre 9 mm BergmannBayard fut tout d’abord conçue sous le nom de « Monserrat », par le colonel D. Juan Génova. Il s’agissait d’une arme dotée d’une classique culasse à verrou, alimentée par un magasin fixe de six cartouches logé dans le fût (capacité identique à celle du chargeur amovible des pistolets BergmannBayard modèle 1905.). Pour accélérer le chargement, il était possible de garnir le magasin à l’aide des lames-chargeurs destinées aux pistolets BergmannBayard. Souffrant de graves problèmes de santé, le colonel Génova céda le brevet de son arme peu avant de disparaître à Don Gustavo Castel, propriétaire d’un grand magasin d’armes et d’articles de sports à Barcelone : Al Ejercito Espanol (à l’armée espagnole). Don Gustavo confia la fabrication de la carabine Monserrat à un armurier nommé Isidoro Gaztanaga. Peu après le début de la fabrication,un incendie anéantit les locaux de l’entreprise Gaztanaga y Compania and Ayra Duria S.A-Eibar, après que seulement 500 carabines Montserrat (environ) aient été fabriquées. Après le sinistre, Isidoro Gaztanaga reprit son indépendance et relança quelques mois plus tard la fabrication d’une carabine inspirée de la Monserrat mais légèrement modernisée : la carabine Destroyer. De dimensions voisines de la Montserrat, la Destroyer était alimentée par un chargeur amovible de 6 cartouches et non plus par un magasin fixe. Des chargeurs de 12 cartouches étaient également proposés à la vente, mais comme ils faisaient trop saillie sous l’arme, ils rencontrèrent peu de succès et leur fabrication fut rapidement arrêtée. La sous-garde (la flèche indique le poussoir du verrou de chargeur). Pour les policiers et les gardes civils, la Destroyer présentait l’avantage majeur sur le mousqueton de cavalerie Mauser et sur la carabine « El tigre », d’utiliser la même munition que les pistolets Astra.400 de dotation. Elle permettait par contre un tir plus précis et à plus longue portée que les pistolets et pouvait être rechargée rapidement si l’utilisateur disposait de plusieurs chargeurs garnis. Une telle arme pouvait se révéler précieuse pour une troupe prise en embuscade, chose qui n’était pas exceptionnelle dans le climat politique agité de l’Espagne de l’entre-deuxguerres. Il semble qu’après la seconde guerre mondiale, la fabrication de la Destroyer fut poursuivie par la société Ayra Duria S.A jusqu’à la fin des années soixante. Bien qu’elle apparaisse rarement sur les photos d’époque, la carabine Destroyer fut employée au cours de la guerre civile espagnole, au cours de laquelle toutes les armes modernes disponibles sur le territoire furent utilisées. Présentation Compacte et bien équilibrée, la carabine Destroyer comporte une culasse qui évoque en version réduite celle des fusils Mauser modèle 1893. Cette culasse dotée d’un extrac- Tout comme sur le Mauser, l’extracteur, monté sur une bague tournante, reste en ligne pendant la manœuvre de la culasse. Vue du boîtier à pans verticaux et du marquage mentionnant le calibre (la flèche indique l’éjecteur). La Gazette des armes n°469 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 1Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 2-3Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 4-5Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 6-7Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 8-9Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 10-11Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 12-13Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 14-15Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 16-17Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 18-19Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 20-21Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 22-23Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 24-25Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 26-27Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 28-29Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 30-31Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 32-33Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 34-35Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 36-37Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 38-39Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 40-41Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 42-43Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 44-45Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 46-47Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 48-49Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 50-51Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 52-53Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 54-55Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 56-57Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 58-59Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 60-61Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 62-63Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 64-65Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 66-67Gazette des Armes numéro 469 novembre 2014 Page 68