Gazette des Armes n°451 mars 2013
Gazette des Armes n°451 mars 2013
  • Prix facial : 6,50 €

  • Parution : n°451 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 43,8 Mo

  • Dans ce numéro : les revolvers de Marine 1858-1892.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
Codes des fabricants du mécanisme d’élévation et de recherche de tir Code de début de production jusqu’en 1940 Code de fin de production. I HHK ou 30 cql 736 axx GNC ckk MG 34 sur Lafette modèle 34 vue de l’avant. On distingue ; - A/le dispositif de maintien du manchon, - B/l’embase du mat servant à transformer la Lafette en affût de tir contre avions. -C/Les deux coussins servant à protéger le dos du tireur du contact de l’affût pendant le transport, -D/les deux tourillons latéraux servant à fixer l’affût à l’extérieur de la remorque de défense contre avions, -E/Le support destiné à la fixation d’une visée optique. A B 56 Gazette des armes n°451 bga bkh Nom du fabricant Heinrich H Klüssendorf Werkzeuge, Berlin -Spandau Linden & Funke KG, Iserlohn Brunsviga-Maschinenwerke, Grimme, Natalis & Co AG Präzisionswerke Brüninghaus & Co HermannWerbig Waggonfabrik, Nossen duction, les poinçons Waa sont frappés sur de nombreuses pièces telles que les axes des galets, l’arc d’orientation et les poussoirs des butées, le poussoir de détente, la fourche de maintien de la MG, le socle aluminium de l’optique et la tête de l’actionneur de la recherche de tir. Les codes du fabricant pouvaient aussi être reportés sur l’avant du châssis et la jambe avant. Les poinçons sont moins nombreux sur les affûts de fin de guerre du fait d’une simplification des procédures de contrôle. On estime que 100.000 à 150.000 affûts Lafette (modèles 34 et 42 confondus) furent produits au cours de la guerre. Ce nombre relativement modeste d’affûts par rapport au grand nombre de MG fabriquées s’explique par le fait que de nombreuses MG 34 n’étaient employées que sur bipied en version mitrailleuse légère (Leichtes Maschinengewehr). Par ailleurs la MG 34 était employée sur d’autres types d’affûts de modèles divers (trépieds antiaériens, affûts jumelés, affûts divers de forteresse ou de véhicules, sur lesquels nous reviendrons dans la suite de cet article. D C E A/Détente décalée permettant au tireur de faire feu en restant à couvert et surtout sans être gêné par le bâti pour accéder à la détente. (B) logement du parallélogramme de renvoi de la tringlerie de la détente décalée. (C) pièce servant à retransmettre la pression sur la détente de l’arme, (D) logement du ressort amortisseur de recul. Les mécanismes d’élévation de recherche de tir Cette partie était fabriquée en tant que sousensemble complet par des sous-traitants pour les assembleurs des affûts. Les poinçons frappés sur le côté gauche de l’élévateur sont spécifiques et indépendants de ceux des fabricants des affûts. Ces marquages indiquent le code du fabricant, l’année de fabrication et son numéro de série. Le numéro de série est complètement indépendant de celui du châssis de la Lafette et il ne faut donc pas chercher à avoir une correspondance entre les deux ensembles Les marquages peints des affûts modèle 34 En complément des poinçons frappés dans la masse du métal, on trouve à différentes endroits des repères peints destinés à faciliter la mise en œuvre et l’utilisation de l’affût par les servants. Sur les rotules des pivots des jambes arrière, les index moulés pouvaient être surlignés par du rouge ou du blanc afin d’en faciliter la lecture. La jambe avant et la liaison transversale ont des trous de verrouillage repérés à la peinture blanche, toujours pour faciliter les réglages dans des positions prédéfinies ou sur ordre de l’officier de tir. Les mécanismes de l’actionneur automatique ou de la molette manuelle ont aussi leurs index et chiffres surlignés en blanc. La plupart des affûts ont aussi des numéros peints sur le cadre supérieur à proximité du socle de l’optique ou à l’arrière du cadre. Ce numéro est celui de la MG.Z 34 qui a été appairée avec cet affût. Sur certains affûts, on trouve ce numéro frappé sur une petite plaque rivetée sur le dessus de la tôle arrière. D B C A
La poignée de la détente décalée comporte un huilier fermé par un bouchon muni d’un pinceau applicateur. Cette photo permet également de voir les crans dans lesquels viennent se bloquer les deux tourillons placé en haut de la poignée de la MG 34 (A) et les papillons de blocage de la jambe arrière droite (B) On peut aussi trouver des numéros d’unité peints sur le cadre supérieur de l’affût. Les peintures appliquées sur les affûts Les teintes sorties d’usine étaient standardisées. Elle sont évolué dans le temps. La peinture appliquée en usine était pulvérisée mélangée à un additif durcissant et le tout était cuit au four afin d’améliorer la résistance de la peinture aux frottements. L’ensemble des pièces étaient peintes avant l’assemblage : Certaines pièces étaient traitées par bronzage noir (boulonneries et axes) ou anodisation verte ou jaune pour les pièces en aluminium (manette de préréglage de l’actionneur de recherche de tir automatique, amortisseur de recul et socle de l’optique) Les éléments destinées à coulisser ou à subir des frottements n’étaient pas peints. Les trois tenons à l’avant restent à l’état brut. Cela est justifié par le fait que l’emmanchement du tube d’extension antiaérien aurait enlevé la peinture par sa friction. Les tubes d’extension de la jambe avant et de son entretoise transversale ne sont pas peints pour les mêmes raisons. La partie supérieure de l’élévateur ainsi que sa crémaillère mobile ne sont pas peintes. L’arc d’orientation ainsi que sa boulonnerie ne sont pas peints. Les cousins de la jambe avant étaient montés et cousus sur deux cadres métalliques rectangulaires, perforés en périphérie, qui étaient fixés sur la jambe avant, une fois peints. Les affûts étaient soumis à rude épreuve entre A B Les peintures appliquées sur les affûts Du début de production de 1936 à 1938 De 1939 à 1942 1943 Camouflage trois tons appliqué sur une souscouche d’antirouille rouge. Gris foncé (Dunkelgrau) sur sous-couche d’antirouille rouge. Dunkelgrau ou jaune ocre (Dunkelgelb) sur sous-couche d’antirouille rouge. Fin 1943 à 1945 Jaune ocre (Dunkelgelb) sans sous-couche. les transports, les intempéries, les frottements et le choc des équipements, des armes et des bandes de munitions. Les unités les entretenaient avec les moyens disponibles. Dans ce contexte, ils étaient le plus souvent repeint au pinceau en utilisant la teinte d’origine ou la teinte en vigueur au moment de la restauration. En fonction des théâtres et des conditions d’emploi, il était aussi parfois appliqué des teinte de camouflage : blanc en zone enneigée, jaune sable en zone désertique etc. Suite de cet article dans le prochain numéro : les visées optiques et la pratique du tir indirect Lafette 34 vue de l’arrière. Sur cet exemplaire fabriqué en 1938, le support de la lunette MG Z est encore usiné dans la masse dans une pièce d’aluminium. La peinture grattée à l’arrière permet de voir les marquages : S920 dans un triangle, 1938, le code 135 et le poinçon du Waffenamt. On distingue également le volant élévateur et le limbe gradué servant au déplacement latéral de la pièce, ainsi que les butées de fauchage..6 8 11019 5199. ? 19• 100 39. 125 35 150 31. 200 27 2 23 300 20 20• 00 20•'7%'2J 23'12M 44, 49.•70. 55 00.50 2050 1850 1650 1550 1450 1400 1250 1150 1800 1900 2000 2100 2200 2300 2400 2500 2800 2700 2800 2900 3000 3100 86 73 81 90 99 109 119 131 Ire 184 1. 215 Tiefenteuertafel 139 1700 1200 Ir. 1750 2000 2 4 _3300 5 10/,.. Table de tir indirect sur le dispositif élévateur. Tir à la MG 34 avec son extension de tir contre avions. On notera la présence du télémétriste à droite de la pièce. (D.R.) La Gazette des armes n°451 57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 1Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 2-3Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 4-5Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 6-7Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 8-9Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 10-11Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 12-13Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 14-15Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 16-17Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 18-19Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 20-21Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 22-23Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 24-25Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 26-27Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 28-29Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 30-31Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 32-33Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 34-35Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 36-37Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 38-39Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 40-41Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 42-43Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 44-45Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 46-47Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 48-49Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 50-51Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 52-53Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 54-55Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 56-57Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 58-59Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 60-61Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 62-63Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 64-65Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 66-67Gazette des Armes numéro 451 mars 2013 Page 68