Gazette des Armes n°427 janvier 2011
Gazette des Armes n°427 janvier 2011
  • Prix facial : 6,50 €

  • Parution : n°427 de janvier 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 24,8 Mo

  • Dans ce numéro : les 10 P.A. les plus célèbres du second conflit mondial... (1ere partie).

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
La mitrailleuse francaise Hotchkiss Mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914 sur affût trépied modèle 1916 et équipée de la hausse modèle 1916. L’exemplaire montré ici date de 1918. Mitrailleuse Hotchkiss modèle 1900 sur affût trépied de campagne « type guerre ». On notera que cet affût, probablement de fabrication tardive est doté d’une simple selle circulaire annonçant celle de l’affût modèle 1916 et non plus d’une selle en forme de selle de vélo comme le modèle plus anciens. 26 Gazette des armes n°427 A la déclaration de guerre, l’armée prussienne possède, elle, 4918 mitrailleuses. Ce chiffre, qui semble correspondre à l’évaluation la plus fiable du parc de mitrailleuses de l’armée allemande est celui mentionné par Dolf Goldsmith dans son ouvrage The Devil‘s paintbrush. Ces armes Maxim (principalement des MG 08 mais aussi quelques modèles plus anciens sont réparties chez les Allemands à raison d’une compagnies de 6 mitrailleuses par bataillon. Modèle 1914 deuxième partie : Du modèle 1900 au modèle 1914 Texte et photos : Luc Guillou Lorsque la première guerre mondiale éclate, la mitrailleuse réglementaire de l’armée française est la mitrailleuse modèle 1907 dite « de Saint-Étienne » et sa version transformée appelée « Modèle 1907 T ». La France possède alors 5000 armes de ce type auxquelles viennent s’ajouter les 600 mitrailleuses Hotchkiss modèle 1900, achetées aux alentours de 1906 et mises essentiellement en dotation dans les troupes coloniales. Dès les premiers combats, un besoin accru en mitrailleuses apparaît de façon criante et entraîne de nouvelles commandes auxquelles les manufacture d’état, déjà surchargées de demandes sont hélas incapables de répondre. L’Etat passe donc commande de mitrailleuses aux établissements Hotchkiss. Ceux-ci proposent à l’armée française une version légèrement modifiée du modèles 1900. Le modèle 14 Cette nouvelle version de la mitrailleuse Hotchkiss, baptisée « officiellement « modèle 1914 », ne se distingue du « modèle 1900 » que par des modifications mineures visant à la rendre plus robuste et à réduire son coût de fabrication : - le renforcement du piston. Cet élément, qui constitue en effet la pièce maîtresse de l’arme et aussi l’une des seules pièces mobiles de l’arme pendant le tir, subit en effet de fortes contraintes et peut constituer le point de fragilité de l’arme. Sur le modèle 1914, le piston est donc renforcé pour pouvoir résister au tir de
Mitrailleuse Hotchkiss modèle 1900 sur affût de trépied de campagne modèle 1908 à Beni-Abbès, dans l’extrême sud saharien. Juqu’à l’adoption de l’affût-trépide modèle 1916, les Hotchkiss d’infanterie seront montée soit sur cet affut de type colonial soit sur l’affût trépied type guerre, légèrement plus lourd. 90.000 coups. Le site www.mitrailleuse.fr, consacré aux mitrailleuses de la première guerre mondiale remarquablement documenté, mentionne que si 3 pistons figuraient parmi la dotation de pièces de rechange réglementaire du modèle 1900, il n’en existera plus qu’un seul dans le lot de rechange de la mitrailleuse Hotchkiss modèle1914. Par rapport au modèle 1900, le modèle 1914 bénéficie également des améliorations suivantes : - percuteur cannelé, - dispositif d’extraction assurant une action plus progressive, - manchon mis en place autour de la butée de piston, - suppression de la crosse d’épaulement prolongeant certains couvre-culasses du type 1900, - suppression de la sûreté manuelle placée en haut de le poignée, - assemblage du canon à la carcasse par filets interrompus, qui permet un démontage beaucoup plus rapide, d’autant plus que sa clavette de démontage à vis a été remplacéee par une clavette à excentrique, qui contribue également à rendre le démontage plus rapide. Une grande clef de démontage est ajoutée à l’outillage de dotation de chaque pièce(information également diffusée par le site mentionné plus haut). - échancrure usinée dans l’axe du verrou pour faciliter le démontage du percuteur par l’arrière, - usinage d’un renfort sur le verrou de broche. Le ressort récupérateur butte sur ce renfort et assure ainsi le maintien de la broche, - modification des coins d’appui de la culasse. -la détente, la culasse, l’extracteur, l’éjecteur et le percuteur bénéficient également de modifications de détail. Mitrailleuse Hotchkiss modèle 1900 sur affût trépied de campagne essayée par l’armée belge au camp de Beverloo avant la première guerre mondiale. Cette carte postale d’excellente qualité permet de distinguer nettement la caisse à accessoires (A), dont certains sont sortis et étalés sur une couverture à gauche de la pièce au premier plan, le seau repliable (B), qui faisait partie de la dotation normale de la mitrailleuse Hotchkiss, une caisse de munitions de type inhabituel, sans doute s’agit-il de la caisse en aluminium destinée au transport de 16 bandes. - ajout d’un ergot sur le levier d’armement, - suppression du renfort tulipé à la bouche du canon, puis, à partir d’avril 1916, filetage de la bouche permettant l’installation d’un cache-flammes. Par la suite, ce filetage sera également employé pour le montage d’un bouchon de tir à blanc. Des essais seront même faits après la seconde guerre mondiale pour y monter un silencieux. En dehors de la présence d’une crosse d’épaulement, celle d’un levier de sûreté au-dessus de la poignée et l’existence d’un bourrelet à la bouche du canon sont les seuls éléments permettant de différencier extérieurement une Hotchkiss 1900 d’une 1914 sur les photographies d’époque. L’arme ainsi modifiée va continuer un temps à être employée sur le front français avec l’affût de campagne « type guerre » avant son remplacement par une version modifiée plus simple de fabrication robuste : l’affût modèle 1916, permettant un réglage Guidon doté d’une pastille phosphorescente. Hotchkiss modèle 1914 vue du côté gauche. Une bande de 24 cartouches a été introduite dans le couloir d’alimentation. L’armée française avait opté pour ce type de bande qu’elle jugeait moins sensible aux conditions climatiques que le bandes de toile utilisées sur la plupart des autres mitrailleuses. La Gazette des armes n°427 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 1Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 2-3Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 4-5Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 6-7Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 8-9Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 10-11Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 12-13Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 14-15Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 16-17Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 18-19Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 20-21Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 22-23Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 24-25Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 26-27Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 28-29Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 30-31Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 32-33Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 34-35Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 36-37Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 38-39Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 40-41Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 42-43Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 44-45Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 46-47Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 48-49Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 50-51Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 52-53Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 54-55Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 56-57Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 58-59Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 60-61Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 62-63Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 64-65Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 66-67Gazette des Armes numéro 427 janvier 2011 Page 68