Gazette des Armes n°366 juin 2005
Gazette des Armes n°366 juin 2005
  • Prix facial : 5,80 €

  • Parution : n°366 de juin 2005

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 52,9 Mo

  • Dans ce numéro : le dernier fusil An IX de l'Empire.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Fourreaux McKenney : Les fourreaux M1886 présentent quatre variantes de collets et passant de ceinture. De gauche à droite, en cuir fin, peut-être cuir de porc, replié sur lui-même pour en doubler l’épaisseur ; en cuir épais de sellerie (briddle leather), à rosette lisse ; en cuir épais, avec la rosette de la National Guard of Pensylvania ; en buffle blanchi, les parties métalliques étant nickelées, pour le service d’honneur et la parade. Cette dernière version, avec la baïonnette M1873 nickelée qui lui correspond, sont rares. Fourreau 86 bouche : Marquage frappé sur la cuvette d’un fourreau M1886 Mc Kenney : « Mc KENNEY’S : PAT » et « JAN 12 1886 ». On remarque la naissance de la patte de fixation solidaire de la cuvette. 42 Gazette des armes n°366 JAN.12 1886 », date d’obtention du brevet par James Mc Kenney. Le porte fourreau est semblable à celui du fourreau modèle 1873, mais la rosette et le pivot sont simplifiés. Généralement la rosette est lisse, sans inscription, mais la Garde Nationale de Pennsylvanie, qui a utilisé ce fourreau, lui a adjoint une rosette marquée « N.G.P. ». L’arrière du pivot est simplement rivée sur une large rosette de laiton, sans rivets de protection comme au modèle 1873. Il se rencontre plusieurs qualités de cuirs avec ce fourreau. Le plus souvent, il s’agit d’un cuir assez fin, ciré ou verni, et utilisé en double épaisseur pour le collet et son prolongement latéral, et d’une feuille de cuir repliée sur elle-même, l’ouverture étant au milieu de l’intérieur, pour le passant de ceinturon. Les bords de ce cuir sont décorés d’une cannelure décorative. Le plus souvent ce cuir fin est attaqué par les vers et la plupart des portesfourreaux de ce type que l’on rencontre sont piqués. Un peu moins fréquemment le cuir utilisé est un cuir de sellerie épais, identique à celui employé sur le modèle 1873, et c’est notamment le cas pour les fourreaux pennsylvaniens. Enfin on rencontre aussi parfois des fourreaux Mc Kenney destinés à la parade, dans ce cas les parties métalliques, y compris la rosette et son pivot, sont nickelés tandis que le cuir est remplacé par du buffle blanchi. Ces fourreaux de parade ne sont pas fréquents, mais existent, alors que je n’ai encore jamais rencontré de modèle 1873 ou 1885 nickelés. Ce type de fourreau Mc Kenney se rencontre moins souvent que le modèle 1873, mais n’est pas rare. Il est probable que le nombre d’exemplaires fabriqués a été peu important. La majorité de ceux que l’on peut trouver aujourd’hui proviennent des surplus de Bannerman et peuvent exceptionnellement se trouver encore sur catalogues chez certains fournisseurs de pièces détachées tels que Dixie Gun Works inc. ou S&S Firearms à New York. Je vous présente, maintenant, un fourreau qui n’est pas du modèle 1873, ni un Mc Kenney, mais est plus certainement une fabrication particulière du modèle Hoffman. Comme il contient très bien la baïonnette Modèle 1873 je crois nécessaire de l’inclure ici. Il s’agit d’un fourreau de parade que j’aurais tendance à penser fabriqué pour une académie militaire ou un collège privé pratiquant la formation militaire, comme il y en a encore beaucoup aux USA. Ce fourreau a le corps entièrement nickelé, du type 1873, mais les pattes de fixation du dos sont plus petites, ovale, et le rivet qui
retient le porte fourreau est un simple clou à tête plate rivé. Le porte fourreau, de taille identique à celui de 1873, dans toutes ses parties, est en cuir fauve, verni blanc à l’extérieur, et plus fin qu’aux modèles « militaires » Il est doublé sur toutes ses parties, une couture de fin fil blanc reliant les pièces entre-elles. Le pivot est du type Hoffman primitif, formé d’une rosette plate, tenue par quatre petits rivets saillants, avec une partie centrale bombée, rapportée en son centre protégeant la partie mobile du pivot. La rotation du passant de ceinturon n’est pas limitée, sauf par le corps du fourreau et peut tourner sur 360°. Le pivot ne traverse pas la totalité du prolongement de collet et n’est pas visible au dos. Pour terminer ce survol des fourreaux US de type 1873, je vous présente maintenant un exemplaire qui n’est répertorié dans aucun ouvrage américain. Il est considéré comme un fourreau de milice par les collectionneurs US auprès desquels je me suis renseigné. A première vue, il semble s’agir d’un fourreau McKenney de 1886, mais à y regarder de plus près, cela ne se confirme pas. En effet, si le corps de fourreau possède un plateau de cuvette à son ouverture, celui-ci est plus étroit qu’au modèle 1886 et ne porte aucune inscription. En outre, il est fixé au collet par deux petites languettes dorsales ovales, celle vers l’extérieur étant rivée par un rivet de laiton. Contrairement à la cuvette du modèle 1886, la cuvette de ce fourreau n’est pas rapportée mais formée par un évasement de l’extrémité du corps de fourreau, qui est d’ailleurs légèrement plus long que le fourreau 1873, indiquant par là que le corps a été fabriqué exprès et qu’il ne s’agit pas d’un corps de 1873 modifié. Le collet, ainsi que le passant, sont du cuir noir assez fin que l’on rencontre sur la plupart des fourreaux McKenney, de même que la rosette sans marquage et la rosette du pivot au dos. Toutefois, on constate une différence importante d’avec le fourreau 1886. En effet, ce nouveau fourreau a été modifié pour une ceinture porte cartouche Mills, comme en atteste le double crochet de laiton qui prolonge le passant, mais ce même passant ne permet pas d’y insérer une ceinture car il est beaucoup plus court que le passant classique, environ la moitié de sa hauteur. En fait, après démontage du pivot, le passant de ceinture a été décousu et raccourci pour n’accepter que le nouveau crochet Mills, comme en attestent des traces de couture sur le revers, puis remonté en place, sur son pivot. Je ne connais pas le fabricant de ce fourreau, ni même son millésime, s’il en a reçu un, et aucun de mes correspondants américains n’a été capable de me renseigner à son sujet. Il est très vraisemblable qu’il a été utilisé pour loger une des nombreuses variantes de baïonnettes Remington, voire Winchester, non réglementaires, plutôt que la classique baïonnette modèle 1873. C’est avec cette modification que je terminerais cette étude en espérant vous avoir un tant soi peu débroussaillé ce sujet peu connu en France. Au cours de mes années de collection, j’ai été heureux d’avoir pu me procurer quelques rares variantes tant de baïonnettes Modèle 1873 que de leurs fourreaux, comme quoi il apparaît toujours, parmi les milliers de pièces connues et bien répertoriées, la ou les quelques variantes rares qui font la joie du collectionneur. A mon tour je me fais un plaisir de vous les présenter. ■ Fourreau 86 et Mills : à droite un fourreau à collet et passant de cuir fin du type McKenney le plus fréquent. Le passant a été raccourci après démontage de la rosette pour retenir un double crochet pour ceinture cartouchière Mills. A gauche, pour comparaison un fourreau M1886 Mc Kenney classique. La Gazette des armes n°366 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 1Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 2-3Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 4-5Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 6-7Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 8-9Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 10-11Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 12-13Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 14-15Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 16-17Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 18-19Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 20-21Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 22-23Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 24-25Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 26-27Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 28-29Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 30-31Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 32-33Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 34-35Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 36-37Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 38-39Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 40-41Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 42-43Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 44-45Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 46-47Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 48-49Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 50-51Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 52-53Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 54-55Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 56-57Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 58-59Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 60-61Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 62-63Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 64-65Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 66-67Gazette des Armes numéro 366 juin 2005 Page 68