Gazette des Armes n°273 janvier 1997
Gazette des Armes n°273 janvier 1997
  • Prix facial : 35 F

  • Parution : n°273 de janvier 1997

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (204 x 293) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 74,3 Mo

  • Dans ce numéro : la Thompson 1921.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
F.-M. Lewis hollandais Cette société cherche à commercialiser une M 1920 en 6,5 mm mitrailleuse. Cette dernière a été inventée Mannlicher. par Samuel McLean, un homme à l'esprit fertile mais qui n'a pas réussi à mener à bien ses projets à tel point qu'il perd le contrôle de sa petite société, laquelle est rachetée par l'Automatic Arms Company. Son invention possède d'indéniables qualités, mais elle est loin d'être au point. Isaac Lewis reprend le système de culasse mis au point par McLean, l'améliore, lui ad-joint un nouveau mécanisme d'alimentation et un refroidisseur de son invention. La combinai- Sergent des U.S. son des deux systèmes donne le F.-M. Marines avec un F.-M. Lewis. Le prototype est présenté aux autori- Lewis M 1917. tés militaires américaines à la fin de 1911. Les démonstrations se poursuivent l'année suivante et on assiste même au tir d'une arme Lewis à partir d'un aéroplane ! Mais les Etats-Unis viennent d'adopter la mitrailleuse Bénet-Mercié (une Hotchkiss légère), aussi n'envisagent-ils pas de nouveaux achats. Lewis quitte l'armée en 1913 avec le grade de colonel. Il voyage beaucoup, revient en Europe et met en place des structures qui lui assurent le contrôle de la production des armes automatiques Lewis aussi bien sur le vieux continent que dans le Nouveau Monde. Isaac Lewis est en effet à la veille de la Première Guerre Mondiale : - président de la Cleveland's Ohio Lewis Machine Guns Company, - directeur de l'Automatic Arms Company, - directeur technique et administrateur des Armes Automatiques Lewis à Liège, - directeur de la Société des Armes Lewis à Paris, - directeur technique de la Lewis Machine Gun Company à Londres,- consultant de Birmingham Small Arms. Lorsqu'éclate la Première Guerre Mondiale,la filiale belge est contrainte de se replier en Grande-Bretagne et c'est finalement chez B.S.A. que seront regroupées les activités belge et anglaise de Lewis, qui produira 145 297 exemplaires de l'arme jusqu'en 1918. Elle 24 La Gazette des armes n°273 est utilisée dans sa version F.-M. par les armées britanniques, belges, portugaises et russes, puis par l'aviation alliée. La majeure partie de la production est répartie chez B.S.A. et chez Savage. En France les Lewis sont produites par Darne (3266 exemplaires) et chez Mildé (1100 armes) pour l'aviation. En 1916, l'armée américaine se porte acquéreur de 300 F.-M. Lewis en.303 chez Savage, elle les met en service à la frontière mexicaine et au sein du corps expéditionnaire de Pershing.
L'année suivante les Américains font fabriquer 6 000 armes en.30-06 chez Savage pour équiper les Marines. Cette commande est suivie par une autre de 2 500 F.-M. en version terrestre destinés à l'armée. Mais c'est surtout la version aviation qui est la plus demandée et Savage en produit 34 000 exemplaires, rien que pour les forces aériennes américaines. Il est fourni par ailleurs 12 500 armes aux Anglais et aux Canadiens (lequels en reverseront aux Français). La fin du premier conflit entraîne la fin de la production des F.-M. Lewis en France, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Néanmoins d'autres pays vont acheter les licences de production de ces armes : - le Japon (arsenal naval de Yokosuka), - les Pays-Bas (Manufacture d'armes de Hembrug), - la Norvège (Kongsberg Vapenfabrikk). L'arme est également mise en service au Honduras, au Nicaragua et ailleurs. Il convient de signaler un geste particulièrement désintéressé du colonel Lewis : il reversait systématiquement les droits d'inventeur qu'il touchait sur les armes destinées aux Etats-Unis et fabriquées par Savage pendant la guerre (1). Au delà d'une attitude patriotique digne du respect, il s'agissait aussi pour lui de prendre une revanche sur son ancien supérieur hiérar- chique, alors toujours en poste : le général Crozier (2) qui l'avait limogé avant qu'il ne quitte l'armée. Après la Grande Guerre, Isaac Lewis poursuit des recherches portant sur d'autres armes automatiques : pistolets, fusils, armes automatiques d'assaut ainsi qu'un drôle d'engin qui préfigure le P.M. Ingram M 10. Mais ses recherches n'ont pas débouché.Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, les Lewis sont toujours en service en Hollande, en Norvège, au Japon et en U.R.S.S. où on les a recanonnés en 7,62 mm Mosin. Les Britanniques réactivent les 80 000 Lewis qu'ils conservent dans les réserves et se font livrer par les Américains 45 880 exemplaires supplémentaires. Ils les utilisent principalement comme armes défensives en position statique et on les cantonne généralement à la défense antiaérienne. Après-guerre, les Lewis font encore quelques apparitions pendant la guerre d'indépendance d'Israël, en Indochine, au Biafra, au Viet-Nam ; ainsi qu'en Irlande du Nord. Description Le E-M. Lewis présente une organisation ingénieuse et particulièrement élaborée, mais c'est aussi un monument de complexité. Dans sa version F.-M., il comporte une crosse en bois fixée à l'arrière d'une carcasse qui réunit, de haut en bas : - à la partie haute, le mécanisme d'alimentation, - à la partie centrale, le système de culasse, - à la partie basse, la poignée pistolet et le système de mise à feu. Le mécanisme d'alimentation est particulier au F. -M. Lewis, il se compose d'un tambour horizontal, amovible. Sa partie centrale servant de guide est fixe et la périphérie, où sont stockées les cartouches, est Le chargeur a été enlevé, on peut alors comprendre le fonctionnement du mécanisme d'alimentation. L'ensemble mobile est en position avant, le transporteur est positionné à gauche de l'arme. Un chargeur à 47 coups en.303. Les cartouches son disposée en spirale sur deux rangs. La Gazette des armes n'273 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 1Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 2-3Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 4-5Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 6-7Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 8-9Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 10-11Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 12-13Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 14-15Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 16-17Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 18-19Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 20-21Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 22-23Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 24-25Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 26-27Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 28-29Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 30-31Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 32-33Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 34-35Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 36-37Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 38-39Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 40-41Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 42-43Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 44-45Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 46-47Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 48-49Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 50-51Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 52-53Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 54-55Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 56-57Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 58-59Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 60-61Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 62-63Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 64-65Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 66-67Gazette des Armes numéro 273 janvier 1997 Page 68