Gazette des Armes n°239 décembre 1993
Gazette des Armes n°239 décembre 1993
  • Prix facial : 35 F

  • Parution : n°239 de décembre 1993

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (204 x 293) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 67,7 Mo

  • Dans ce numéro : la saga Berthier... les fusils et mousquetons.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Italie du Nord, été 44 : un groupe de maro (fusiliers-marins) de la Division Decima MAS attaque une position tenue par des partisans. Les hommes sont équipés de PM Beretta Mod 38 A, d'un FM Modèle 31 et de fusils Mod. 91. (Collection Berrafato/Panzarasa) Différents types de cartouchières pour Mod. 91, de haut en bas : cartouches calibre 6,5 mm ; cartouchières 1ère G.M. à gauche et 2ème G.M. à droite ; cartouchière de cavalerie dont le système de fermeture a été modifié grâce à une plaque de ceinturon de la Heer allemande (probablement par un soldat de la R.S.I.) ; cartouchière de cavalerie en cuir marron (réservée aux troupes combattants en Afrique) ; mousqueton de cavalerie Mod. 91 ; cartouchière en cuir gris/vert de cavalerie (adoptée également par de nombreuses autres armes). (CollectionL. Berrafato - Photo V.M. Berrafato - Remerciements au magasin Le Poilu) Deux mousquetons dérivés du Modèle 1891 produits par la Fabrique Nationale de Brescia et la firme Graziani de Vérone. La Gazette des armes n'239 28 arme produite en grande série d'une coûteuse hausse réglable jusqu'à 1 500 ou 2 000 mètres puisque, la plupart du temps, les accrochages entre unités d'infanterie survenaient à des distances dépassant rarement les 3-400 mètres. De plus, une fois la hausse réglée sur une distance déterminée, il était rare de voir un fantassin "moyen" dans le feu de l'action avoir le sang froid nécessaire pour prendre le temps de la régler de nouveau en fonction des déplacements de l'ennemi. Naturellement, pour le tir ponc- tuel, une optique de précision réalisée par Filotecnica était prévue pour les armes destinées aux "cecchini" ; les tireurs d'élite du "Regio Esercito" (ceux-ci utilisèrent le Modèle 1891 dans ses différentes versions, aussi bien en calibre 6,5 mm que chambré pour la cartouche de 7,35 mm). Avant de voir les derniers dérivés du Modèle 1891, précisons que les fusils Modèle 1891/38 qui furent chambré ensuite en 6,5 mm conservèrent, toutefois, le canon à quatre rayures à pas constant des premières versions en 7,35 mm. Quant aux mousquetons de cavalerie et TS de la même série, ceux-ci reçurent un nouveau canon à quatre rayures à pas progressif de 390 mm au tonnerre à 195 mm à la bouche. Un "Carcano" en 7,92 Mauser Parmi les dérivés du Modèle 1891, il convient de signaler l'existence d'un mousqueton spécial destiné aux membres de l'ONB ("Opera Nazionale Ballila"), l'organisation des jeunesses fascistes. Produit à plusieurs dizaines de milliers d'exemplaires, ce modèle de dimensions et de poids réduits, connu sous le nom de mousqueton "Ballila", ne fonctionnait naturellement pas avec des cartouches à balle puisqu'il était destiné exclusivement aux enfants participant aux parades et aux grands rassemblements para-militaires organisés par le régime mussolinien. Les deux derniers dérivés du Modèle 1891 firent leur apparition durant la Seconde Guerre mondiale. D'abord le Modèle 1891/41, qui offre la particularité de posséder un canon à quatre rayures hélicoïdales au pas de 215 mm et une hausse à planchette, avec cran de mire en "V", réglable jusqu'à 1000 mètres par paliers de 100 mètres (cette version du "Carcano" est également plus courte de 100 mm par rapport à l'original). Enfin, une version spéciale en calibre 7,92 mm Mauser. Cette dernière version fut mise en service peu de temps avant la capitulation de l'Italie le 8 septembre 1943. Il s'agissait, en l'oc-
currence, d'une simple adaptation du mousqueton 1891/38 type TS pour permettre l'emploi de la cartouche réglementaire allemande de 7,92 X 57 mm ; une initiative qui ne fit que compliquer encore davantage le travail des services logistiques italiens. Cette version, qui conserve toutes les caractéristiques et les dimensions du Modèle 1891/38 TS, fut fabriquée en petite quantité jusqu'à la fin de la guerre. Signalons qu'une version expérimentale avec magasin type Mauser, mais chambrée en calibre 7,35 mm, fut également réalisée vers la même époque. Avant de conclure ce bref historique du "Carcano", précisons que le "Regio Esercito" utilisa, au cours des deux guerres mondiales, plusieurs types de munitions dont celles : - à balle perforante, avec noyau en acier traité de forme pointue ; - à balle traçante-incendiaire, avec godet renfermant un mélange inflammable produisant une traînée lumineuse pendant 1 500 mètres environ (la température élevée de combustion du mélange traçant, de l'ordre de 2 000°C, faisait que la balle était également incendiaire ; - à balle perforante-incendiaire, avec noyau en acier traité de forme pointue et caractéristiques similaires à la précédente ; - à balle pour le réglage de tir ou l'observation, utilisée également par les fantassins italiens comme cartouche explosive, de forme tronconique avec capsule contenant un explosif ou du phosphore blanc qui, grâce à la présence d'un percuteur inertiel, produisait un petit nuage de fumée blanche au moment de l'impact. Précisons également que les lames chargeurs de six cartouches prévues pour l'ali- mentation du Modèle 1891 et de tous ses dérivés avaient été produits durant la Grande Guerre en laiton et en acier. Entre les deux guerres ces clips de chargement furent réalisés principalement en laiton et, ensuite, durant le dernier conflit mondial, en tôle d'acier. En guise de conclusion A la fin de la Seconde Guerre mondiale l'armée italienne se retrouva tout naturellement encore plus mal lotie qu'au moment de son entrée en guerre au côté des puissances de l'Axe. Les fusils et mousquetons dérivés du Modèle 1891 furent progressivement retirés des unités à partir de la fin des années quarante et remplacé par des Enfield britanniques et des Garand américains. Seuls certains services de la Police d'Etat et du Corps des Carabiniers restèrent équipés pendant longtemps du mousqueton Modèle 1891/38 type TS. Au début des années soixante, les autorités militaires italiennes décidèrent de se débarrasser d'importants stocks de "Carcano" qui dormaient dans les armureries des casernes transalpines. Une grande partie de ces armes prit la direction des Etats-Unis où, grâce à la présence de nombreux tireurs et collectionneurs d'armes militaires, il ne fut guère difficile d'écouler les surplus. Mais avant de sombrer dans l'oubli, l'ex fusil réglementaire du "Regio Esercito" devait faire parler de lui une dernière fois. En effet, le 22 novembre 1963, à Dallas, au Texas, un dénommé Lee Harvey Oswald faisait entrer le "Carcano", et plus précisément le Modèle 1891/38, dans l'histoire du crime politique... Pavie, octobre 1944, un groupe de la Garde Nationale Républicaine (les chemises noires) se fait photographier avec son armement. Outre quelques fusilsmitrailleurs Breda Mod. 31 et mitrailleuses lourdes Breda Mod. 37, les hommes sont tous équipés de mousquetons Mod 91. (Collection Berrafato/Panzarasa) La Gazette des armes n°239 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 1Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 2-3Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 4-5Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 6-7Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 8-9Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 10-11Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 12-13Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 14-15Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 16-17Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 18-19Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 20-21Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 22-23Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 24-25Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 26-27Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 28-29Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 30-31Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 32-33Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 34-35Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 36-37Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 38-39Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 40-41Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 42-43Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 44-45Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 46-47Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 48-49Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 50-51Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 52-53Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 54-55Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 56-57Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 58-59Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 60-61Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 62-63Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 64-65Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 66-67Gazette des Armes numéro 239 décembre 1993 Page 68