Gazette des Armes n°230 février 1993
Gazette des Armes n°230 février 1993
  • Prix facial : 35 F

  • Parution : n°230 de février 1993

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (204 x 293) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 54,2 Mo

  • Dans ce numéro : les Canadiens à Vimy en 1917.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
Plan en coupe du fusil Samain d'après le brevet du 10 octobre 1870 (Dessin G. Hébraud). Les divers marquages que l'on retrouve sur les montures, témoignent d'un passé déjà ancien qui remonte au début du XlXème siècle. Le marquage des Ateliers de la Buire sur le levier d'armement. La Gazette des armes n'230 1R fin de l'année 70, le fusil Samain est le produit de la transformation d'anciens fusils à silex, vendus par les domaines, et récupérés par la commission d'armement au Havre et en Avignon. Sur ces armes, on a retiré la platine et la contre-platine avant de boucher par un placage de bois, les encastrements de la monture. Le canon, lisse ou rayé, est conservé avec ses garnitures. Il est coupé au niveau de la chambre et reçoit la culasse dessinée par Pierre Samain. L'intérêt de cette arme qui tire la cartouche Gévelot Mle 1867 est d'assurer dans un même mouvement, l'ouverture de la culasse et l'armement du mécanisme de percussion. En cela, le fusil Samain est supérieur aux fusils Mles 1866 et 1867. Malheureusement, la qualité d'exécution est bien en deçà des armes réglementaires et le canon souvent trop mince pour être rayé, est loin de tenir les promesses de la hausse du type 1867 qui y est brasée... De nombreux fabricants Cette arme fabriquée aux quatre coins de la France par une multitude d'ateliers privés, varie souvent par les formes et par les matériaux utilisés, d'un modèle à l'autre. Une grande partie de la production sera assurée par les Ateliers de la Buire à Lyon. Cet établissement qui a par le passé participé à la transformation des fusils Mle 1867, dispose d'une certaine expérience, et travaille avec plusieurs sous-traitants de la ville de Saint-Etienne. Une des armes examinées pour la préparation de cette étude, porte sur la tête Caractéristiques techniques Fabricants Les ateliers de la Buire à Lyon. Cahen, Lyon & Cie. Divers ateliers travaillant pour les départements. Type Arme de guerre transformée à la cartouche Mle 1867. Calibre 18 mm. Munition Cartouche Gévelot Mle 1867. Capacité 1 coup. Mode de fonctionnement Fusil à verrou à chargement par la culasse. Finition Poli blanc, garnitures en fer Remarques La longueur du canon et du fusil varient suivant le modèle transformé, et le fabricant. Certains exemplaires sont montés avec des pièces de laiton. de culasse et l'embase du levier d'armement, la marque des Ets Curty : une ancre de marine dans un blason. Pour le reste l'arme à été transformée aux, Ateliers de la Buire, comme en témoignent le poinçon en forme de carafe apposé sur la queue de culasse, et le marquage du levier d'armement : Atelier de la Buire Lyon Avant guerre, la réalisation à l'étranger de Chassepot civils fut une des grandes
activités de la maison Cahen-Lyon & Cie ; elle contribua elle aussi, à l'époque, à la fabrication de milliers de fusils Mle 1867. Pendant la guerre de 1870-71, cette grande maison parisienne procurera du travail à plusieurs milliers d'ouvriers lyonnais, des quartiers de la Guillotière et de Brotteaux. L'essentiel de la production concernera des pièces d'armes et d'uniformes mais aussi la fabrication de fusils de type Samain. Dans l'ensemble, les armes montées dans les ateliers de la région lyonnaise sont d'assez bonne qualité ; même si les conditions qui présidèrent à leur réalisations ne permirent pas une finition digne des manufactures d'état. En marge de cette production contrôlée par l'Artillerie, certains département se firent confectionner leurs propres fusils Samain par de petits ateliers qui n'étaient soumis à aucun contrôle. C'est de ces établissements que sont issus les fusils montés en laiton que l'on peut rencontrer aujourd'hui. A l'encontre du fusil adopté en octobre 1870 par le gouvernement de la Défense nationale, qui n'emploie que des pièces en acier, ces armes utilisent un boîtier et une culasse mobile en laiton. Véritables fusils "de nécessité", ils sont rarement rayés et leur culasse sousdimensionnée n'apporte aucune garantie de solidité. La plupart de ces fusils montés en laiton sont dépourvus de marquage. Conclusion En février 1871, l'ensemble des armes à chargement par la culasse ayant été livré à la troupe (1), la réserve d'armes portatives n'était plus constituée que de 130 000 armes, à percussion pour la plupart. On entrepris alors d'activer les livraisons de l'étranger et de transformer 25 000 Springfield à percussion au système Samain : 25 000 culasses furent mises en fabrication, et un nombre équivalent de fusils américains fut remis aux industriels pour qu'ils commencent la transformation ; mais ces différents travaux furent interrompus par la fin du conflit. Au total, la Commission spéciale de l'armement par le concours de l'industrie privée, fit réaliser dans les derniers mois de la guerre 60 000 fusils Samain, auxquels il faut ajouter quelques dizaines de Springfield/Samain, montés avant la fin des hostilités. La plupart de ces armes finirent leur carrière sur le marché des surplus. Vingt ans après la fin de la guerre de 1870 les Ets Riga, de Liège, vendaient encore des fusils Samain, dans leur version d'origine ou transformés en chasse. Texte et photos : JP Bastié (1) A l'exception de 35 000 carabines américaines dont personne ne voulait. Sources : - S.H.A.T Vincennes. - Souvenirs d'enfance et de régiment par le comte de Comminges. - Collections de l'ancien arsenal de Toulouse au Musée P.Dupuy. - Collections particulières. - Archives de l'auteur. - Bibliothèque Nationale. - LN.P.L - Catalogue A. Riga. Francs-tireurs et troupes irrégulières étaient équipées d'armes disparates parmi lesquelles de nombreux fusils Samain. La Gazette des armes n°230 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 1Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 2-3Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 4-5Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 6-7Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 8-9Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 10-11Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 12-13Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 14-15Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 16-17Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 18-19Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 20-21Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 22-23Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 24-25Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 26-27Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 28-29Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 30-31Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 32-33Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 34-35Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 36-37Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 38-39Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 40-41Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 42-43Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 44-45Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 46-47Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 48-49Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 50-51Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 52-53Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 54-55Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 56-57Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 58-59Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 60-61Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 62-63Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 64-65Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 66-67Gazette des Armes numéro 230 février 1993 Page 68