Gazette des Armes n°196 janvier 1990
Gazette des Armes n°196 janvier 1990
  • Prix facial : 32 F

  • Parution : n°196 de janvier 1990

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (204 x 283) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 73,6 Mo

  • Dans ce numéro : sabre de grenadier à cheval de la garde impériale.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
"°'"" LES 7,65 DE NOS GRANDS-PERES Bayard 1923 Bayard est la marque commerciale employée par la manufacture Pieper de Herstal-lez-Liège, en Belgique. Cette entreprise est à l'origine d'une impressionnante quantité d'armes de poing commerciales dont la plupart connurent un réel succès à travers toute l'Europe. Ce pistolet fut lancé en 1923. En fait, l'étude en est bien plus ancienne mais l'occupation allemande en a empêché la diffusion avant la fin de la Première Guerre mondiale. L'aspect n'est pas sans rappeler le Browning 1910, et l'on note une certaine similitude dans le mécanisme. Le principal souci de Pieper a été de réétudier l'agencement du mécanisme pour permettre une fabrication rapide et bon marché. Toutes les pièces sont goupillées y compris le bloc de percussion. La sécurité se limite au blocage du marteau par un levier latéral. Le bouchon de culasse est légèrement différent de celui du Browning pour éviter le plagiat. Sur la culasse se trouve frappé un chevalier », c'est le sigle Pieper que l'on trouvait déjà sur les pistolets Bergmannfabriqués sous licence par cette société au début du siècle. Le pistolet Bayard 1923 est bien fini et fonctionne parfaitement. La qualité de l'acier employé n'est de toute évidence pas suffisante pour permettre un usage intensif. Ce n'est pas non plus ce que l'on demande à ce genre d'arme. La fabrication du Bayard 1923 cessera définitivement en 1940. Nom : Bayard Longueur totale : 146 mm Longueur canon : 55 mm Poids : 565 g Capacité : 6 Nationalité : belge Lepage 1924 L'origine de la manufacture Lepage de Liège remonte au 13e siècle. Elle se mit à produire des armes à feu dès l'avènement de la cartouche broche. Ses premières fabrications étaient bon marché et de qualité médiocre. Après la Première Guerre mondiale, la manufacture Lepage a été entièrement restructurée et elle commença produire des pistolets semi-automatiques. Toutes ces armes emploient le même mécanisme couvert par un brevet de 1924. Elles sont équipées d'un canon fixé à la carcasse et la culasse est ouverte sur le haut, de la bouche du canon au bloc de percussion. Le mécanisme est original puisqu'il est monté dans un bloc amovible que l'on peut facilement retirer par l'arrière de Par Bernard MEYER la poignée. Le chien extérieur permet le contrôle visuel de l'armement. Le levier de sécurité, que l'on voit au busc, sert à la fois au blocage du marteau et comme arrêtoir du mécanisme. Les pistolets Lepage existent en calibres 6,35 mm, 7,65 mm et 9 mm Browning long et court. La version en 7,65, qui nous intéresse plus particulièrement, existe en deux versions : la standard, que l'on reconnait à sa culasse au bout biaisé, et une version de poche à la culasse tronquée avec une poignée plus courte. Les pistolets Lepage sont d'excellente qualité mais leur coût, trop élevé, ne leur permit pas de trouver des débouchés suffisants, c'est ce qui explique que ces armes soient si rares. Nom : Lepage Longueur totale : 146 mm Longueur canon : 80 mm Poids : 665 g Capacité : 8 Nationalité : belge Bayard 1923. 46 GAZETTE DES ARMES 11° 196
Sauer 1930. Sauer 1930 La firme allemande Sauer und Sohn de Suhl est une très ancienne manufacture qui a été l'un des producteurs de Reichsrevolver au début des années 1880. Après avoir fabriqué des pistolets semi-automatiques en collaboration avec diverses autres sociétés, la firme présenta, en 1913, son premier pistolet de marque Sauer. Il s'agit d'une arme de conception nouvelle équipée d'une culasse tubulaire terminée par un bouchon molette. Ce bouchon sert au démontage, une fois retiré par simple rotation, on peut enlever la culasse par l'avant des glissières. Le bloc de percussion est séparé et le canon est fixe. Cette arme fut créée pour la cartouche de 7,65 mm Browning, mais il en exista également une variante en 6,35. Elle connut un exceptionnel succès jusqu'en 1930, date à laquelle apparut un nouveau modèle. L'aspect est identique au modèle antérieur avec quelques petites améliorations. La forme de la crosse est mieux galbée. La culasse porte maintenant à l'arrière un indicateur de chargement. Un levier de sécurité, agissant sur la gâchette et sur la détente, bloque le mécanisme. Les dirigeants de la firme Sauer ont essayé de vendre ce modèle d'arme à l'armée allemande, mais sans succès. Il a par contre été adopté par les forces de police, ce qui lui valut l'appellation de Behördenmodell (modèle d'administration). Le reste de la production fut diffusé sur le marché commercial où ce matériel de qualité connut un certain succès. La fabrication cessa en 1937 pour étre remplacée par un autre modèle : le M38. Nom : Sauer Longueur totale : 146 mm Longueur canon : 77 mm Poids : 620 g Capacité : 7 Nationalité : allemande Lepage 1924 version longue et courte. GAZETTE DES ARMES N°196 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 1Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 2-3Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 4-5Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 6-7Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 8-9Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 10-11Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 12-13Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 14-15Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 16-17Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 18-19Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 20-21Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 22-23Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 24-25Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 26-27Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 28-29Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 30-31Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 32-33Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 34-35Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 36-37Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 38-39Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 40-41Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 42-43Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 44-45Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 46-47Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 48-49Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 50-51Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 52-53Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 54-55Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 56-57Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 58-59Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 60-61Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 62-63Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 64-65Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 66-67Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 68-69Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 70-71Gazette des Armes numéro 196 janvier 1990 Page 72