Gaumont Pathé ! Le Mag n°216 mai 2013
Gaumont Pathé ! Le Mag n°216 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°216 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : SEC Colisée

  • Format : (176 x 250) mm

  • Nombre de pages : 46

  • Taille du fichier PDF : 10,4 Mo

  • Dans ce numéro : Epic... une fable écolo et guerrière digne d'Avatar.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Pourquoi Gatsby est magnifique Six bonnes raisons d’aller voir cette ambitieuse adaptation du roman de F. Scott Fitzgerald, avec DiCaprio dans le rôle-titre, qui sera l’un des événements cinéma de l’année. 12 Les Cinémas Gaumont ET PathE/LE MAG cinemaSgaumontpathe.com rejoignez-nous sur
Parce que c’est un classique New York, 1922. En pleine prohibition, alors que l’Amérique goûte à la libéralisation des mœurs et découvre les sonorités du jazz, un jeune écrivain dresse le tableau de son époque et le portrait d’un mystérieux millionnaire au passé trouble, célèbre pour ses fêtes légendaires. Aujourd’hui, Gatsby le Magnifique est considéré comme un véritable monument de la littérature américaine. Le cinéma s’en est emparé à peine un an après sa publication, puis en 1949, sous le titre Le Prix du silence, avant sa plus célèbre adaptation à ce jour, celle réalisée par Jack Clayton, en 1974, dans laquelle le millionnaire énigmatique était incarné par Robert Redford. Pour Baz Luhrmann, tourner Gatsby, c’est aussi entrer dans la légende. Parce que Baz Luhrmannassure toujours le spectacle Roméo + Juliette, Moulin Rouge !, c’est lui. Le cinéaste australien à l’esthétique chic aime mélanger les genres et moderniser les classiques : ses héros déclament du Shakespeare au son de Radiohead ou chantent du Madonna dans le Paris de la Belle Epoque. « De nos jours, l’énergie du jazz se retrouve dans le hip-hop », assure le réalisateur. Il est donc allé chercher Jay-Z, pape du rap américain, qui a travaillé avec le compositeur Craig Armstrong pour apporter cette modernité aux années 20 décrites par le romancier. Parce que Carey Mulligan est plus glamour que jamais En une poignée de films, l’actrice est devenue une véritable égérie du nouvel Hollywood (comme Kristen Stewart, Emma Stone ou Amanda Seyfried). Après Ryan Gosling (Drive) et Michael Fassbender (Shame), c’est auprès de Leonardo DiCaprio qu’elle poursuit son ascension. La manière dont elle incarne Daisy Buchanan, jeune épouse faussement candide qui tente de ne pas mourir d’ennui et que Gatsby veut à tout prix éblouir, rejoignez-nous sur cinemaSgaumontpathe.com PASSION CINEMA MAI Parce que DiCaprio est un Gatsby magnifique Millionnaire au charme fascinant mais inquiétant, objet de tous les fantasmes et hôte de fêtes très décadentes, Gatsby est un personnage littéraire au romantisme tragique qui semble avoir été taillé sur mesure pour Leonardo DiCaprio, que Baz Luhrmannavait d’ailleurs déjà choisi il y a dix-sept ans pour réinventer son Roméo dans Roméo + Juliette, autre rôle funeste qui avait valu à Leo le prix d’interprétation au festival de Berlin en 1997. A 38 ans, l’acteur surpasse désormais Robert Redford, dont l’interprétation du héros fitzgeraldien était pourtant difficile à faire oublier. Baz LuhrmannL’entretien en intégralité sur cinemasgaumontpathe.com « Dès le début, je voulais Leonardo DiCaprio » « Sans lui, je n’aurais jamais fait le film. Il a la beauté du personnage, mais il a surtout son opacité, son mystère et son étrangeté. C’est précisément ça que je recherchais : je voulais que mon Gatsby soit incarné et ambigu. Et seul Leo, dans le cinéma actuel, pouvait m’apporter ça. » atteint des sommets de classe. Parce qu’on ne parlera que de ça à Cannes En 2001, le cinéaste australien éblouissait déjà la Croisette avec Moulin Rouge !, l’une des ouvertures les plus marquantes de l’histoire du Festival. Le casting de son nouveau long métrage, emmené par Leonardo DiCaprio, Tobey Maguire, Carey Mulligan, Isla Fisher et Joel Edgerton, ne pouvait que séduire les sélectionneurs. Le film lancera Pour en savoir plus sur l’histoire du film, rendezvous p.26 Parce ce qu’on n’a jamais vu la 3D utilisée comme ça Le choix de la 3D, que l’on pensait réservée aux films fantastiques spectaculaires ou à l’animation, peut surprendre. Baz Luhrmannne l’utilise pourtant pas comme un gadget mais s’en sert pour valoriser le jeu des acteurs et entraîner le spectateur dans l’intimité des personnages. Pour le cinéaste, la 3D est la réponse à cette question : « Comment faire entrer le public à l’intérieur de la pièce ? » donc la quinzaine. Un événement glamour et hautement symbolique, Gatsby le Magnifique ayant été écrit en grande partie sur la Côte d’Azur, où Fitzgerald a longtemps résidé. Jeanne de Maisonneuve Les CinEmas Gaumont ET PathE/LE MAG 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :