Fugues n°36-06 septembre 2019
Fugues n°36-06 septembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36-06 de septembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 57,7 Mo

  • Dans ce numéro : la rentrée culturelle, communautaire et design.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
CULTUREL_LIVRES + SCÈNE À lire MAINLY BY MOONLIGHT Premier volume de la toute nouvelle série Bedknobs and broomsticks de l’auteure Josh Lanyon à qui l’on doit notamment la pentalogie (5 volumes) des aventures d’Adrien English. Le titre de la série est une référence au film éponyme de Disney de 1971 (connu en français sous le titre de L’apprentie sorcière) bien indicatif de l’orientation fantastique de celle-ci. Le roman met en scène Cosmo Saville, un jeune sorcier qui cache à John Joseph Galbraith, son futur époux et commissaire de police, la nature toute particulière de ses talents. Il faut dire que Cosmo a renoncé à exercer la magie (ou plutôt qu’il tente de le faire) et veut dorénavant vivre une vie de mortel. Évidemment, rien ne se passera comme prévu puisqu’il est rapidement soupçonné du meurtre de l’un de ses rivaux, un sorcier qui aurait détenu un grimoire aux pouvoirs démesurés. Tout ceci place John dans une position plus qu’inconfortable puisque tout semble indiquer la culpabilité de son conjoint alors même que les forces de police font enquête. Mais si Cosmo est innocent, à qui, sinon, peut bien profiter le crime ? Par ailleurs, à sa plus grande consternation, Cosmo découvre que le sentiment qu’éprouve John à son égard pourrait être la résultante d’un charme. La question se pose alors  : s’agit-il d’un amour partagé ou d’un simulacre destiné à se faner et mourir lorsque le sortilège se dissipera ? Ajoutons à tout cela, l’émergence d’une société secrète qui vise l’élimination des sorciers et le menu s’avère on ne peut plus alléchant ! Fidèle à son habitude, Josh Lanyon tisse un univers très crédible avec des personnages relativement complexes et bien articulés. L’humour est par ailleurs de la partie et elle s’amuse allègrement avec différents clichés et références culturelles puisque, dans cet univers, Cosmo est bien conscient que sa situation n’est pas sans évoquer celle de Samantha dans la série télévisée Ma sorcière bien-aimée. Jusqu’à maintenant, trois volumes sont prévus pour cette nouvelle série  : les personnages et les enjeux sont bien campés et on ne peut attendre la suite qu’avec impatience. Disponible en format électronique ! À noter que plusieurs des autres œuvres de l’auteure sont disponible en traduction française dans ce même format. 6 BENOIT MIGNEAULT MAINLY BY MOONLIGHT/Josh Lanyon. É.-U.  : JustJoshin Publishing, 2019. 252p. (Bedknobs and broomsticks, 1)/084 FUGUES.COM SEPTEMBRE 2019 LA DERNIÈRE LUMIÈRE DE TERREXIL La fantasy est un genre littéraire dans lequel les thèmes LGBT sont relativement peu présents, du moins pas avec la même intensité que, par exemple, le polar, la romance ou même l’action et la science-fiction. C’est ce qui explique sans doute que lorsqu’un tel titre est publié, il suscite une curiosité immédiate. Au cœur d’une forêt qui se meurt lentement, un jeune "fée" du nom de Yayael, prend la décision controversée de partir explorer ce qui se trouve au-delà des frontières tracées par les arbres à la recherche de quelque chose d’intangible qu’il ne peut trouver auprès des siens. De son côté, bien au-delà de cette forêt, Levengeur se voit contraint de prendre la mer par les membres de son peuple. On lui impose ainsi d’embrasser le rôle mythique d’un héros dans lequel il ne se reconnaît pas et où il craint de se perdre. Finalement, la toute puissante princesse Alaya se voit ordonner de n’utiliser ses pouvoirs que dans certains contextes précis sous peine d’un emprisonnement éternel. Trois personnages dont le destin se veut d’être imposé par une société aveuglée par ses diktats et qui n’en décident pas moins d’affronter l’inconnu et l’opprobre de leurs proches. C’est dans ces terres peu explorées que Laurent Maurice Lafontant, Montréalais d’adoption né à Haïti, situe l’action de ce qui semble être son premier roman. Alors que la plupart des auteurs situent de tels récits fantastiques dans une période fictive dite hyborienne, un « moyen-âge » situé vers -14 000 où chevalerie, sorciers et créatures mystiques évoluent, l’auteur a plutôt pris la décision de créer un univers sans liens apparents avec notre réalité. S’agit-il d’une Terre d’un autre âge, d’une autre planète, d’une dimension parallèle ? Mystère ! Le terme désignant ce monde, Terrexil (Terre exil), est peut-être le seul indice permettant de subodorer un lien avec notre propre réalité au cœur d’un récit au lyrisme omniprésent. LA DERNIÈRE LUMIÈRE DE TERREXIL/Laurent Maurice Lafontant. Québec  : Bookelis, 2018. 548p. RESPECT  : COMMENT EMBRASSER, AIMER ET FAIRE L’AMOUR QUAND ON EST UN GARÇON ? Traduit du suédois, Respect fait partie de la très courte liste des ouvrages offrant des réponses franches et directes aux adolescents d’aujourd’hui qui vont devenir les hommes de demain. L’ouvrage s’adresse tout aussi bien au lecteur hétéro, homo que bi et module donc les informations selon ces différents publics tout en maintenant un chapitre portant précisément sur la question des orientations sexuelles. Taille du pénis, comment se passe un premier rendez-vous, la porno, comment agir et respecter l’autre au cœur d’une relation, coucher avec un garçon, coucher avec une fille, démystification de la sexualité féminine, la masturbation, les différentes formes de pratiques sexuelles (incluant la pénétration anale), prendre une photo de sa queue  : aucun sujet n’est considéré trop trivial par l’auteur, Initi Chavez Perez. Et c’est justement ce qui fait la force de l’ouvrage  : ne pas simplement porter un regard clinique et statistique sur la sexualité, mais bien en aborder de front les éléments, même ceux qui peuvent sembler les plus futiles. L’exemple de la photo de soi nu est assez emblématique  : le sujet est généralement écarté des ouvrages alors que l’on sait bien que le sextage existe. Après avoir fait une mise en garde, l’auteur donne donc de petits conseils pratiques pour s’assurer que la photo soit la plus réussie possible. Truffé d’anecdotes et de petits conseils, l’ouvrage se présente plus sous la forme d’une conversation avec un grand frère que d’une rencontre avec son médecin de famille. On y retrouve même de petits exercices fort amusants pour amener le lecteur à remettre en question certains de ses aprioris. Par exemple, une section s’attarde sur la question des clichés relatifs à l’orientation sexuelle et suggère de se poster sur une place passante et de tenir pour acquis que chaque dixième personne, quel que soit le contexte, est gaie ou bi. Gagnant du prix Slägbellan, Meilleur livre de l’année pour les jeunes lecteurs, en 2010. Un ouvrage que l’on aurait souhaité avoir sous les yeux lors de notre propre adolescence ! 6 BENOIT MIGNEAULT RESPECT  : COMMENT EMBRASSER, AIMER ET FAIRE L’AMOUR QUAND ON EST UN GARÇON ?/Inti Chavez Perez. Paris  : JC Lattès, 2019. 216p.
PAPER GIRLS La publication du fascicule No 30, en juillet dernier, signe la conclusion de l’épopée palpitante des Paper girls à travers le temps, l’espace et une découverte de soi-même fascinante. Le récit s’annonçait pourtant relativement tranquille puisqu’il nous invitait simplement à suivre les aventures de quatre adolescentes gagnant un peu d’argent en tant que camelots. Pourtant la livraison des dits journaux, au cœur d’un petit matin blafard d’un mois de novembre 1988, se révèlera tout sauf ordinaire pour Erin, MacKenzie, KJ et Tiffany puisqu’elles seront bien vite confrontées à deux factions opposées, venues d’un futur lointain, résolues à sortir victorieuses d’une guerre du temps dont les jeunes filles ne comprennent ni les tenants et niles aboutissants. C’est au rythme des tribulations de ces dernières que le lecteur pose progressivement les pièces d’un casse-tête complexe dans lequel elles jouent un rôle plus fondamental qu’elles ne le croient tout d’abord. Elles y seront aidées ou contrecarrées, par leurs alter ego de différentes lignes temporelles et confrontées à une vision souvent dérangeante de leur propre avenir. C’est notamment au cœur de ce maelstrom d’émotions que KJ aura une vision d’un baiser échangé avec MacKenzie et réalise la nature des sentiments qu’elle éprouve pour sa consœur de travail. Elle ne peut cependant qu’être troublée par ce baiser annoncé puisque MacKenzie fait montre d’une homophobie virulente et que rien ne laisse entrevoir qu’elle ne puisse jamais changer. C’est au cœur de chassés-croisés à travers le temps, au sein d’enjeux planétaires, que les deux jeunes filles vont cependant se découvrir. Mais l’amour de KJ et MacKenzie, de même que la force des alliances tissées entre les quatre jeunes filles, saura-t-il survivre à un retour au présent et à la possibilité d’en perdre même le souvenir ? C’est à découvrir au cœur d’une conclusion percutante ! Récipiendaire de deux prix Eisner, en 2016, pour la Meilleure nouvelle série et Meilleur crayonneur/encreur, la BD est un plaisir tant pour l’intelligence du récit que pour son graphisme mainte fois salué par la critique. La refonte est disponible en anglais, chez Image Comics, dans deux superbes volumes contenant les fascicules 1 à 20, et en français, chez Urban Comics, dans 5 volumes renfermant les 25 premiers fascicules. Nul doute que les dernières refontes respectives seront publiées au cours des prochains mois. Dans l’intervalle, plonger déjà avec délectation et empressement dans l’univers de ces quatre camelots hors du commun. 6 BENOIT MIGNEAULT PAPER GIRLS/Brian K. Vaughan, Cliff Chiang, Matt Wilson & Jared K. Fletcher. COMMENT NOUS DIRE ADIEU Le commissaire Sergio Striggio fait face à la disparition d’un jeune garçon de onze ans, Michel Ludovisi, un drame familial qui fait ressurgir les propres traumatismes de son enfance puisqu’un concours de circonstances l’amène à également devoir accueillir son père. Celui-ci, ayant luimême exercé le métier de policier, vient lui apprendre une nouvelle qui ne vient qu’attiser l’urgence que cessent les silences dont sont empreints leurs relations  : il est atteint d’un cancer et la fin approche à grands pas. De son côté, Sergio souhaite retirer le voile qui le sépare de son père en lui révélant son orientation sexuelle et la présence de Léo, un instituteur, dans sa vie. Le cas de l’enfant disparu, de son côté, se complexifie puisque s’y ajoutent un attentat contre une voiture et un suicide. Et quand est-il de ce prêtre énigmatique qui gravite en pourtour de l’enquête ? À cheval entre deux genres, le polar et le drame familial, ce roman de Marcello Fois saura sans doute en déstabiliser certains, qui souhaiteraient un fil narratif plus clair, alors que cette caractéristique constituera, au contraire, une accroche pour plusieurs autres puisqu’il nous amène à creuser le passé de son personnage principal. Il faut également noter que le récit se déroule dans le nord de l’Italie, dans la région de Trentin-Haut-Adige, ce qui lui insuffle une couleur locale fort intéressante. Il ne faut cependant pas s’y tromper  : nous sommes dans le nord et c‘est donc le froid et la neige qui sont présents en toile de fond et non pas le souffle chaud de la Méditerranée. Évidemment, comme son titre l’indique, le deuil est au cœur du roman, que ce soit au regard d’une famille qui se déchire ou de ceux à qui l’on doit faire ses adieux, mais également des silences qu’il faut abandonner. 6 BENOIT MIGNEAULT COMMENT NOUS DIRE ADIEU/Marcello Fois. Paris  : Seuil, 2019. 379 p.CULTUREL_SCÈNE 24 AU 29 SEPTEMBRE 2019, UN POYO ROJO CORPS-À-CORPS COMICO-ATHLÉTIQUE Les argentins Alfonso Barón et Luciano Rosso sont danseurs, acrobates, athlètes, performeurs. Dans le vestiaire de leur salle de sport, ils se livrent à un jeu de séduction d’où se dégage une forte charge érotique. Un spectacle ouvertement gai et très touchant qui tourne sur les scènes à travers le monde depuis plus de 10 ans ! Après un passage à Montréal Complètement Cirque en 2018, le spectacle sera présenté au Théâtre Centaur en septembre. Dans les vestiaires d’une salle de sport, deux hommes Alfonso Barón et Luciano Rosso se jaugent, se provoquent, s’affrontent, se rejettent, s’unissent... Ils tournent le bouton au hasard et tombent sur un flash info ou une radio musicale. Ces programmes les inspirent ou non. Lorsque la musique techno envahit l’espace, le moustachu Luciano Rosso (le plus clown des deux) débute un jeu de séduction sur son partenaire. Il joue avec des cigarettes dans la bouche, il se rapproche, frôle les épaules d’Alfonso Barónqui s’empresse de tourner le bouton pour changer de stations et faire retomber la pression. L’érotisme s’installe peu à peu. Ils se reniflent, leurs bouches se collent, se touchent le torse et se lancent dans un corps à corps, sorte de mélange de capoeira et de lutte d’où se dégage une forte charge érotique. Ils sont autant gymnastes que danseurs. Ce sont des aussi des contorsionnistes, des acrobates et des clowns. Grâce à une souplesse athlétique impressionnante, ils parviennent à distordre leur corps. Ils sont aériens comme montés sur des ressorts. Un Poyo Rojo est un spectacle indéfinissable  : entre compétition sportive, cabaret, combat de coqs, danse, théâtre, acrobatie, percussion, clown... Le duo propose avec énergie et humour d’aborder sans échanger un seul mot, les différentes façons d’entrer en contact et de créer une relation. Drôle, intelligent et touchant. 6 CARTIER LOGAN Au Theatre Centaur, du 24 au 29 septembre www.centaurtheatre.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 1Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 2-3Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 4-5Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 6-7Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 8-9Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 10-11Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 12-13Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 14-15Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 16-17Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 18-19Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 20-21Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 22-23Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 24-25Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 26-27Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 28-29Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 30-31Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 32-33Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 34-35Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 36-37Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 38-39Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 40-41Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 42-43Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 44-45Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 46-47Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 48-49Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 50-51Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 52-53Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 54-55Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 56-57Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 58-59Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 60-61Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 62-63Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 64-65Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 66-67Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 68-69Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 70-71Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 72-73Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 74-75Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 76-77Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 78-79Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 80-81Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 82-83Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 84-85Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 86-87Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 88-89Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 90-91Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 92-93Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 94-95Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 96-97Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 98-99Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 100-101Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 102-103Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 104-105Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 106-107Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 108-109Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 110-111Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 112-113Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 114-115Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 116-117Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 118-119Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 120-121Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 122-123Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 124-125Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 126-127Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 128-129Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 130-131Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 132-133Fugues numéro 36-06 septembre 2019 Page 134