Fugues n°36-04 juillet 2019
Fugues n°36-04 juillet 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36-04 de juillet 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 55,4 Mo

  • Dans ce numéro : pour un été chaud...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
907028EX
PHOTO  : CAROLINE THIBAULT CULTUREL_EXPOS Sortir « À TABLE ! LE REPAS FRANÇAIS SE RACONTE… » UNE EXPO QUI MET EN APPÉTIT Inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, le repas gastronomique des Français s’installe jusqu’au 13 octobre à Pointe-à-Callière pour inviter le public à sa table à travers l’histoire. L’exposition À table ! Le repas français se raconte relate les histoires et l’évolution du repas français, de l’époque gallo-romaine à aujourd’hui. Une installation splendide où les arts de la table, mais surtout le décorum qui les entoure, rivalisent de magnificence  : vaisselle ornementée, couverts gravés, verrerie taillée, centres de table sculptés, matériaux en vermeil ou porcelaine, affiches, rites, protocoles et influences étrangères ont "nourri" au fil des siècles cet art de recevoir « à la française ». Sans oublier les alcools et l’intégration de produits "exotiques"  : épices, sucre, café, chocolat ou… pomme de terre ! Tout cela sous des lustres de cristal à pâlir d’envie… Les Français sont au monde ceux qui passent le plus de temps à table ! Vous comprendrez pourquoi en voyant l’expo  : pourquoi quitter la table quand tout est si beau… et si bon ? « Cette exposition relève le défi d’illustrer et d’expliquer ce patrimoine immatériel qu’est le repas français », explique Francine Lelièvre, directrice générale de Pointe-à-Callière. « En retraçant son histoire, c’est l’histoire de la France qui se dessine sous nos yeux. Un sujet aussi inépuisable que délectable », pour lequel Pointe-à-Callière a déployé un environnement immersif éclectique et multiple mettant en valeur près d’un millier de pièces d’exception qui ponctuent cette histoire somme toute… savoureuse. On y apprend une foule de choses  : l’origine de certaines expressions (entre la poire et le fromage, le trou normand, dresser la table) ; l’arrivée progressive des accessoires comme la fourchette (que ne prisait pas outre mesure Louis XIV lui préférant… ses doigts !) ; les services à la française ou à la russe, le buffet, les verres à boire venus tardivement sur la table (il fallait appeler un serveur à chaque gorgée !) ; comment la Révolution a mis sur le pavé les cuisiniers des maisons aristocratiques qui ont alors ouvert leurs premiers grands restaurants pour vivre de leur art ; et comment un guide dédié aux automobilistes est devenu la référence incontournable des plus grandes tables ! UNE NOURRITURE INTELLECTUELLE QUI MET L’EAU À LA BOUCHE Pointe-à-Callière y évoque aussi les grandes manufactures des arts de la table (Saint-Louis, Christofle, Hermès, Sèvres, etc.), les grandes figures du design, de la littérature culinaire et quelques grands chefs un peu oubliés alors qu’ils ont jeté les bases des traditions culinaires françaises. Combien de traités de paix se négocient encore autour d’une belle et bonne table ? D’ailleurs, différents personnages, politiciens, artistes ou grands chefs qui ont façonné, et ce dès le Moyen-Âge, l’art culinaire français sont évoqués. Les visiteurs pourront ainsi assister à une improbable dégustation où Voltaire, Churchill, Rabelais, Thomas Jefferson, Colette ou Napoléon 1er discutent de leur passion pour le vin. 6 MICHEL JOANNY-FURTIN Toutes les infos sur www.pacmusee.qc.ca//066 FUGUES.COM JUILLET 2019 la liste 2O19 de l’été EXPOSITIONS – 50E DU BILL OMNIBUS MADAME ARTHUR S’EXPOSE AU NEVER APART Du 18 juillet au 29 septembre, MediaQueer Database propose un retour au légendaire bar Chez Madame Arthur, par le biais d’une installation et des photographies de Suzanne Girard, exposées au Never Apart. Discussion avec Julianne Pidduck, chercheuse principale du projet et professeure au département de communication à l’Université de Montréal. « Ce projet a commencé alors que je menais des recherches au sujet des traces audiovisuelles des bars des années 70. J’étais intéressée par la nature éphémère de ces bars et leur importance pour les communautés gaies et lesbiennes ». Inspirée par les recherches existantes, Julianne désirait comprendre l’importance des bars par rapport au militantisme lesbien et féministe émergent de ces années-là. Puisque pas de traces visuelles subsistent de Chez Madame Arthur, ce bar qui aura pignon sur rue à Montréal de 1971 à 1975, l’exposition éponyme présentée au Never Apart se propose de revisiter l’atmosphère du lieu par le biais d’une installation, avec jukebox et capsules sonores de récits et mémoires des clientes ayant fréquenté le bar. Lieu important de rencontre, pour les lesbiennes de l’époque, « Madame Arthur fut un lieu de descentes policières, dont celle de 1974 qui fut particulièrement violente envers les femmes. Il reste de nombreux récits - relatés dans les revues lesbiennes de l’époque ou encore dans les recherches de Line Chamberland - que nous allons reproduire », explique Julianne. Afin de commémorer ce lieu, mais aussi les femmes très politisées qui fréquentaient ce bar, l’exposition présente aussi des photographies de Suzanne Girard  : « Puisqu’il ne reste plus de traces visuelles de Chez Madame Arthur et des bars lesbiens des années 70, l’idée est de présenter les photos de Suzanne Girard, qui a commencé à faire des photos de bars (l’Exit, Labyris, Lilith, Les ponts de Paris) et de clientes, dans les années 80 », explique Julianne qui n’hésite pas à vanter le travail de la photographe. Suzanne Girard est d’ailleurs reconnue pour ce fameux cliché de Baby Face (Denyse Cassidy) photographié à l'entrée de son bar, en 1980. Dans le cadre des célébrations du cinquantième anniversaire du Bill Omnibus et de la décriminalisation de l’homosexualité, deux autres séries d’expositions thématiques seront présentées au Never Apart. À commencer par 69 Positions  : décriminalisation dans les archives filmiques queer québécoises et canadiennes. Aussi, mentionnons La présence de l’absence, une exposition de Véronique Boilard, Virginie Jourdain, Kimura Byol-Nathalie Lemoine, en partenariat avec les Archives Gaies du Québec. 6 JULIE VAILLANCOURT www.virginiejourdain.com www.mediaqueer.ca PHOTO  : SUZANNE GIRARD



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 1Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 2-3Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 4-5Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 6-7Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 8-9Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 10-11Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 12-13Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 14-15Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 16-17Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 18-19Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 20-21Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 22-23Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 24-25Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 26-27Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 28-29Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 30-31Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 32-33Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 34-35Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 36-37Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 38-39Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 40-41Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 42-43Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 44-45Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 46-47Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 48-49Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 50-51Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 52-53Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 54-55Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 56-57Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 58-59Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 60-61Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 62-63Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 64-65Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 66-67Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 68-69Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 70-71Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 72-73Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 74-75Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 76-77Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 78-79Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 80-81Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 82-83Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 84-85Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 86-87Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 88-89Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 90-91Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 92-93Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 94-95Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 96-97Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 98-99Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 100-101Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 102-103Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 104-105Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 106-107Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 108-109Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 110-111Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 112-113Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 114-115Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 116-117Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 118-119Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 120-121Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 122-123Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 124-125Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 126-127Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 128-129Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 130-131Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 132-133Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 134