Fugues n°36-04 juillet 2019
Fugues n°36-04 juillet 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36-04 de juillet 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 55,4 Mo

  • Dans ce numéro : pour un été chaud...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
OÙ SONT LES LESBIENNES ? Chronique Et si la servante écarlate devenait prophétie ? Lorsque j’ai visionné le premier épisode de la série La Servante écarlate, j’ai eu froid dans le dos. Puis, j’ai continué à regarder, en me disant que ce n’était que de la science-fiction. Quand j’ai constaté qu’en Alabama, on passait une loi anti-avortement, je me suis carrément barré le dos. J’ai pensé à la République de Gilead… Et si, bientôt, la réalité dépassait la fiction ? « Béni soit le fruit. Que le Seigneur ouvre… » Si vous trouvez que j’exagère, j’aimerais rappeler en quelques 800 mots, les analogies entre la réalité et la fiction, pour préciser à quel point nous devrions toutes et tous être apeurés par les lois régressives de nos voisins du Sud. En 1985, la romancière canadienne, visionnaire et féministe, Margaret Atwood publie The Handmaid's Tale, un roman avant-gardiste qui inspirera la série éponyme. Dans la République de Gilead, une dictature théocratique, la loi divine domine la politique dans un régime totalitaire, où le taux de natalité est très bas (causé par la pollution). Les femmes, objets d’asservissement, sont divisées en classes d’esclavagisme  : les Marthas (entretien ménager, cuisine), les Épouses (potiches, car « stériles ») et les Servantes (esclaves sexuelles, dédiées à la reproduction humaine). Ces servantes sont contraintes à la reproduction, lors d’un viol ritualisé, en présence de l’Épouse stérile. Toutes les autres femmes (âgées, infertiles, révolutionnaires, etc.) sont déportées dans les Colonies où elles manipulent des déchets toxiques, jusqu’à ce que mort s’ensuive. Nous sommes, bien sûr, dans une société dystopique, soit une « société imaginaire régie par un pouvoir totalitaire, une idéologie néfaste ». Au-delà de la « fiction », l’auteure vient mettre en garde, en présentant les conséquences néfastes de l’application de ladite idéologie, d’ailleurs bien présente aujourd'hui… « Que la loi sanctionne. Contrôle le corps de la femme. » Vous aurez compris que cette société dystopique trouve écho dans la réalité américaine contemporaine, en lien avec les lois anti-avortement. Si nous ne sommes guère prudents, la République de Gilead deviendra réalité, dans un futur pas très lointain. Le Sénat de l'État de l’Alabama adoptait, en mai dernier, le projet de loi sur l’avortement, le plus répressif des États-Unis. Cette loi, devant entrer en vigueur le 25 novembre prochain, « interdit la quasi-totalité des interruptions volontaires de grossesse (IVG), même en cas d'inceste ou de viol. Il assimile l'avortement à un homicide et prévoit une peine de 10 à 99 ans de prison pour les médecins le pratiquant, sauf en cas d'urgence vitale pour la mère ou "d'anomalie létale" du fœtus. » (La Presse, 24 mai 2019) Ce même État qui, en 1955, a vu naitre une figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États- Unis  : la féministe et militante Rosa Parks, qui s’opposa par l’action aux lois ségrégationnistes dans les autobus. Vous trouvez ma comparaison boiteuse avec le mouvement des droits civiques américains ? Pensez-y.//012 FUGUES.COM JUILLET 2019 Si on remet au goût du jour la criminalisation de l’avortement, rien ne protège les combats d’hier et les droits acquis. En fait, aucun droit n’est acquis ! De l'aveu même de ses partisans, la loi est en contradiction avec l'arrêt de la Cour suprême « Roe v Wade », ayant légalisé l'avortement aux États-Unis en 1973. Non seulement la loi criminalise la pratique de l’avortement, mais rend implicitement le viol légal ! Bref, toutes les servantes écarlates de l’Alabama devront accoucher de leur enfant et tous ceux y portant entrave seront punis. Si vous pensez que cette loi est une « anomalie » régionale, elle est en voie de devenir un problème national. « Plusieurs autres États conservateurs du sud des États-Unis ont adopté des lois restrictives sur l'IVG. Six États, dont la Géorgie et le Mississippi, ont interdit l'avortement dès que les battements du cœur du fœtus peuvent être détectés, tandis que le gouverneur du Missouri a promulgué une loi interdisant l'IVG à partir de huit semaines de grossesse. » (La Presse) Annexée à ces lois aberrantes, la montée du masculinisme (dans le sens antiféministe du terme) fait peur. Qui plus est, ajoutons la montée au pouvoir des partis conservateurs  : une belle potion à la Obélix pour faire avaler l’élixir d’un asservissement des femmes. Et que la Servante écarlate devienne l’allégorie de l’ère Trump… En cette année du cinquantième anniversaire de la décriminalisation de l’homosexualité au Canada, restons sur nos gardes ! Pendant que l’on s’attaque aux femmes pour mieux les soumettre, celles qui en souffriront le plus sont nécessairement les plus démunies et les plus discriminées. Les femmes victimes de violences sexuelles et de viols. Les femmes LGBTQ+, les femmes racisées, les femmes handicapées, les femmes moins bien nanties, etc. Bref, pas la gouverneure pro-vie de l’Alabama, Kay Ivey, qui met en danger ses consœurs, au nom de Dieu… J’oubliais  : « Béni soit le fruit. Que le Seigneur Ouvre… » Nous devons user de stratagèmes pour demeurer maitres de nos corps et résister. Du wen-do à la solidarité féminine, il est temps de construire nos propres outils d’empowerment, avant que nos corps deviennent violés sous la propriété de la République de Gilead. Et que la Servante écarlate devienne une prophétie. 6 JULIE VAILLANCOURT julievaillancourt@outlook.com Instagram  : juliecurlymusic N’hésitez pas à m’écrire ! J’aime lire vos commentaires et suggestions de sujets à aborder. La troisième saison de La Servante écarlate est disponible depuis juin sur Hulu. Margaret Atwood, The Handmaid's Tale, Toronto, éd. McClelland & Stewart, 1985. Traduit de l'anglais par Sylviane Rué, La Servante écarlate, Paris, éd. Robert Laffont, coll. Pavillons, 1987. « Avortement en Alabama  : une plainte pour bloquer la loi draconienne », La Presse, Montréal, 24 mai 2019.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 1Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 2-3Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 4-5Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 6-7Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 8-9Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 10-11Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 12-13Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 14-15Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 16-17Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 18-19Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 20-21Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 22-23Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 24-25Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 26-27Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 28-29Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 30-31Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 32-33Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 34-35Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 36-37Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 38-39Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 40-41Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 42-43Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 44-45Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 46-47Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 48-49Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 50-51Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 52-53Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 54-55Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 56-57Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 58-59Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 60-61Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 62-63Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 64-65Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 66-67Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 68-69Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 70-71Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 72-73Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 74-75Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 76-77Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 78-79Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 80-81Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 82-83Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 84-85Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 86-87Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 88-89Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 90-91Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 92-93Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 94-95Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 96-97Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 98-99Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 100-101Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 102-103Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 104-105Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 106-107Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 108-109Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 110-111Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 112-113Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 114-115Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 116-117Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 118-119Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 120-121Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 122-123Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 124-125Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 126-127Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 128-129Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 130-131Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 132-133Fugues numéro 36-04 juillet 2019 Page 134