Fugues n°36-03 juin 2019
Fugues n°36-03 juin 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36-03 de juin 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 60,2 Mo

  • Dans ce numéro : Toronto vire au vert.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
Avec son impressionnante feuille de route, Joseph sait parfaitement nous amener dans son univers musical. Vous devez absolument découvrir ce qui se cache derrière cet artiste complet. Joseph Stephen, auteur-compositeur et interprète, excelle dans divers genres musicaux, la mode et le cinéma. Créateur du premier musical francophone à saveur country, Joseph y met en valeur ses talents avec ses chansons originales accrocheuses, ses décors réalistes et ses costumes dignes des plus grands films du Far West. Il fera d’ailleurs son entrée Montréalaise, le 1er juin 2019, avec ce spectacle à la maison de la Culture Maisonneuve. WWW.JOSEPHSTEPHEN.NET 906029EX 905001 906042EX 905033EX
CULTUREL_LIVRES À lire DIBEARCITY Chuck, Jack, Fisherman, Billy, Justin et Chase forment un groupe d’amis aux personnalités disparates que tout devrait sans doute opposer, mais qui n’en demeure pas moins inséparable. Chuck est l’incarnation parfaite du daddy  : il est dans une forme spectaculaire, ne perd pas de temps à couper les cheveux en quatre, et ne se laisse pas impressionner par les déclarations enflammées de ses jeunes conquêtes. Jack présente une image de macho indécrottable dont le poil se hérisse à la simple idée qu’on puisse sous-entendre qu’il n’est pas le top dans une relation. Fisherman pleure encore la mort de son conjoint, décédé six mois plus tôt, tout en s’affairant à élever Dani, leur jeune garçon. Billy est un geek fini qui s’enthousiasme pour le moindre gadget ou autres nouveautés culturelles. Finalement, Chase se languit pour quelque chose de plus qu’une histoire d’un soir. Ce premier opus installe l’action et présente admirablement bien les enjeux des différents hommes qui, comme le titre l’indique, partagent un point commun  : ils appartiennent tous à la communauté bear. Comme le jeu de mots du titre l’indique (à travers la ressemblance phonétique entre DiBearCity et Divercity), le récit s’attache à nous présenter la pluralité des enjeux, des rêves et des réalités des cinq hommes. Solitude, vieillissement, sexe, parentalité, homophobie, stéréotypes sociaux sont donc au cœur de ce premier opus avec comme point d’ancrage une amitié solide. David Cantero propose un univers visuellement riche dans lesquels les protagonistes sont très bien campés et pour lesquels le lecteur développe un attachement immédiat. L’intrigue fluctue avec habileté entre moments cocasses, action et scènes plus touchantes et l’on ne peut qu’être intrigué par la direction que cette nouvelle série prendra. 6 BENOIT MIGNEAULT DIBEARCITY/David Cantero. Burnaby, B.C.  : Class Comics, 2019. 85p. (26p. de BD+ 59 p.de planches inédites) Disponible en format numérique chez www.classcomics.com./080 FUGUES.COM JUIN 2019 CIEL  : 2 - DANS TOUTES LES DIRECTIONS Dans le premier volume, Sophie Labelle nous présentait Ciel, une jeune ado transgenre, alors qu’elle affrontait le difficile passage du primaire au secondaire. Elle se dédiait alors à monter sa chaîne YouTube et se passionnait à résoudre l’énigme de Liam  : un nouvel élève, champion de natation, que personne ne connait ni d’Ève ni d’Adam. Dans ce second volume, Ciel évolue au cœur d’un cercle d’amis bien solide, continue de développer sa chaîne, se lance dans un projet de science relativement complexe et décide de se présenter à la présidence de l’Alliance LGBT de son école où elle devra affronter le séduisant et très prétentieux Jérôme-Lou. Et comme si la liste d’épicerie n’était pas suffisamment chargée, elle commence à s’interroger sur la nature de sa relation avec Liam  : ne sont-ils vraiment que des amis ? L’auteure s’intéresse par ailleurs à diverses autres formes de clichés sociaux, que ce soit au niveau ethnique ou au regard des attentes masculinistes à l’endroit des garçons. Dans ce dernier cas, par l’intermédiaire de Frank qui s’intéresse à la couture, malgré l’inconfort manifeste de ses parents. La série s’adresse en premier lieu à un public adolescent, mais bien évidemment, les amateurs de littérature jeunesse ne doivent pas hésiter à y plonger.6 BENOIT MIGNEAULT CIEL  : 2 – DANS TOUTES LES DIRECTIONS/Sophie Labelle. Montréal  : Hurtubise, 2019. 270p. LES CINQ SAISONS DE L’AVENIR  : 2. L’HIVER  : QUI N’AIMAIT PAS COMME LES AUTRES Le volume 1 nous entrainait dans le sillage de Joachim O’Bomsawin, un métis exerçant les fonctions de directeur des Travaux publics et de chef de police intérimaire dans la cité-État de L’Avenir. C’est au cours d’une enquête portant sur le meurtre d’une femme retrouvée dans les poubelles d’un club de danseuses, qu’il s’alliait les services d’une adjointe en la personne de Léanille N’Guyen, une jeune trans. Détail important, le récit se déroule dans une dystopie faisant suite à un cataclysme planétaire qui laisse en place une technologie brinquebalante où le patentage et le gossage relèvent presque de la science (le concept même d’une voiture neuve tient de la légende urbaine). Le Québec actuel a presque disparu de la carte pour laisser place à une série de cités-États et nos deux policiers œuvrent donc dans un contexte où administration rurale chambranlante et crime sordide vont souvent de pairs. Ce nouveau volume s’ouvre sur l’incendie d’un poulailler de volailles « patrimoniales » qui cache un cadavre, qui lui-même camoufle une strangulation et donc un meurtrier. Est-ce que le commerce du poulet de grain peut susciter une convoitise meurtrière ? Peu probable, à première vue ! Et pourtant, les problèmes ne font que commencer… Michel Bélil se fait un malin plaisir de nous présenter un univers quelque peu chaotique où chacun tente de s’en sortir avec les moyens du bord, et ce, même au cœur d’une enquête pour meurtre. Il s’ingénie également à illustrer le passage du temps par l’intermédiaire d’un vocabulaire ou d’expressions transformées par les années, de même que de références à des événements historiques qui font ici plus figure de mythes tant ils sont parfois presque méconnaissables. Bref, un second opus fort intrigant où une certaine légèreté de ton côtoie le meurtre crapuleux ainsi que les méandres de la bureaucratie. Bienvenue dans la cité-État, au nom quelque peu ironique, de L’Avenir ! 6 BENOIT MIGNEAULT LES CINQ SAISONS DE L’AVENIR  : 2. L’HIVER  : QUI N’AIMAIT PAS COMME LES AUTRES/Michel Bélil. Lanoraie  : Éditions de l’Apothéose, 2019. 326p.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 1Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 2-3Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 4-5Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 6-7Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 8-9Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 10-11Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 12-13Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 14-15Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 16-17Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 18-19Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 20-21Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 22-23Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 24-25Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 26-27Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 28-29Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 30-31Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 32-33Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 34-35Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 36-37Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 38-39Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 40-41Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 42-43Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 44-45Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 46-47Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 48-49Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 50-51Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 52-53Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 54-55Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 56-57Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 58-59Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 60-61Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 62-63Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 64-65Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 66-67Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 68-69Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 70-71Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 72-73Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 74-75Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 76-77Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 78-79Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 80-81Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 82-83Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 84-85Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 86-87Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 88-89Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 90-91Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 92-93Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 94-95Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 96-97Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 98-99Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 100-101Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 102-103Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 104-105Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 106-107Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 108-109Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 110-111Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 112-113Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 114-115Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 116-117Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 118-119Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 120-121Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 122-123Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 124-125Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 126-127Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 128-129Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 130-131Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 132-133Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 134