Fugues n°36-03 juin 2019
Fugues n°36-03 juin 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36-03 de juin 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 60,2 Mo

  • Dans ce numéro : Toronto vire au vert.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
TALES OF THE CITY SUR NETFLIX BIENVENUE À NOUVEAU AU 28 BARBARY LANE Une nouvelle série originale de Netflix, inspirée des Tales of the City d’Armistead Maupin, ouvre dès le 7 juin prochain son premier chapitre. En faisant revenir les vedettes de la version de 1993, tout en faisant aussi appel à de nouveaux visages, la mouture 2019 ouvre de nouvelles perspectives et offre une vision modernisée de la communauté LGBTQ. On ne peut exagérer l’impact du feuilleton de Maupin, composé de neuf romans publiés entre 1978 et 2014, et en trois saisons télé produites entre 1993 et 2001. Il a révolutionné la façon dont le monde appréhendait à la fois San Francisco et les diverses orientations sexuelles de ses résidents. Quand Les Chroniques de San Francisco ont été publiées, d’abord en feuilleton dans les colonnes du San Francisco Chronicle, Armistead Maupin s’est servi de Mary AnnSingleton (Laura Linney), une jeune fille de Cleveland un peu naïve, comme d’un cheval de Troie hétérosexuel dans une cité queer. Pas surprenant que Laura Linney soit devenu une icône gaie. Et le voisin homosexuel de Mary Ann, Michael « Moose » Tolliver, est rapidement devenu non seulement essentiel à l’histoire, mais un héros LGBTQ en son genre. Le personnage de la chaleureuse et envoûtante propriétaire du 28 Barbary Lane, Anna Madrigal fut révolutionnaire pour l’époque. Les lecteurs apprirent, au fil des pages, qu’elle était transgenre. Son nom est en réalité un acronyme pour « A Man And A Girl », et il faut se dire que ce tour de passe-passe paraissait moins artificiel à la fin des années 70 qu’aujourd’hui, mais c’est sans doute ce qui fait le charme des chroniques. Le revival de Netflix s’ouvre sur les 90 ans d’Anna Madrigal – l’occasion de rassembler ses locataires (ou ses « enfants », comme elle les appelle), passés ou présents, sous un même toit. Olympia Dukakis reprends le rôle emblématique qu’elle a joué en 1993, 1998 et 2001. De nombreux visages seront facilement reconnaissables pour les passionnés des Chroniques de San Francisco – notamment Paul Gross, qui jouera de nouveau Brian Hawkins, l’ex de Mary Ann. Mais cette nouvelle version comporte aussi son lot de nouveaux venus, comme Murray Bartlett (Looking) qui entrera dans la peau de Michael Tolliver (autrefois joué par Marcus D’Amico et Paul Hopkins). Au début du feuilleton, on apprenait rapidement que Michael est séropositif. Les livres étaient révolutionnaires  : ils montraient la survie de cet homme, et non pas sa mort tragique. Le roman de 2007 est d’ailleurs intitulé  : Michael Tolliver Lives, un triomphe. Dans la nouvelle version de Netflix, Michael et Brian sont toujours très amis et gèrent une pépinière, Plant Parenthood. Armistead Maupin a pris des chemins narratifs audacieux avec sa saga. L’un d’entre eux  : faire que Mary AnnSingleton abandonnait sa famille (Brian et leur fille adoptive, Shawna, jouée par Ellen Page) pour partir vivre à New York. Quand elle revient, des années plus tard, pour l’anniversaire d’Anna, Mary Annest obligée de confronter sa fille, qui a grandi. Shawna est à l’opposé de sa mère  : cool sans effort et la personnification même de la libération sexuelle. Elle ressemble bien plus à son père, charmeur de l’époque. Zosia Mamet, vedette de la série Girls, jouera une réalisatrice intéressée par Shawna, et qui prépare un documentaire sur l’histoire de la scène LGBTQ à San Francisco. Si la vieille génération est essentielle à ce nouveau chapitre, le personnage d’Ellen Page fera office de lien entre les anciens et les nouveaux résidents de Barbary Lane. Les nouveaux résidents de Barbary Lane semblent vouloir repousser les barrières de la diversité à la fois sexuelle et de genre, allant bien plus loin que ce dont Armistead Maupin pouvait rêver à la fin des 70s. Garcia est non-binaire, et jouera un jeune homme trans (Jake) dont la transition complique sa relation avec Margot (May Hong). Le jeune Ben, petit ami de Michael Tolliver, a lui aussi eu droit à une mise à jour. Joué par Charlie Barnett, Ben est noir dans la nouvelle mouture. Armistead Maupin, qui est producteur exécutif de cette nouvelle version, a collaboré de près avec Lauren Morelli, la réalisatrice principale de la nouvelle, pour que le Barbary Lane de 2019 s’avère plus réaliste en termes de diversité raciale. Jake vient du livre, mais on a modifié son nom de famille  : de Greenleaf, on passe à Rodriguez. La présence de May Hong – mais aussi celle de Christopher Larkin et Ashley Park, qui joueront deux jumeaux obsédés par les réseaux sociaux – permet de refléter plus sincèrement la présence de la communauté asiatique à San Francisco. Et pour faire ça, il fallait introduire une nouvelle génération de personnages et donc, une audience plus jeune. La communauté queer exige de la représentation authentique, il fallait créer un monde qui ressemble à la réalité de 2019. La série ne manquera pas de relever à quel point la ville a changé depuis les années 70. L’explosion des loyers, l’arrivée de l’industrie de la tech et les embouteillages contredisent l’Eden qu’avait créé Anna Madriga à Barbary Lane. Malgré cette volonté de représenter la vie queer de San Francisco, Les Chroniques de San Francisco sont, au fond, ce qu’elles ont toujours été  : drôles et jouant, entre rebondissements soapesques et improbables, et la douce humanité de ses personnages. Ces nouvelles chroniques souffriront peut-être de comparaisons aux autres grandes séries sur la vie queer, comme Queer As Folk et Looking – qui se déroule, elle aussi, à San Francisco. Mais gageons qu’il y aura encore un élément de mystère avec les nouvelles chroniques et que le 28 Barbary Lane restera un espace sécurisant où l’on peut disparaître, ne serait-ce qu’une heure. 6 YVES LAFONTAINE TALES OF THE CITY, sur Netflix à partir du 7 juin.
CULTUREL_SCÈNES ET EXPOS Sortir DÈS LE 5 JUIN 2019 MAMMA MIA ! Du pur bonheur grâce aux chansons d’ABBA. Dès l’été 2019, Juste pour rire vous invite à voyager sous le chaud soleil de la Grèce, grâce au succès international Mamma Mia ! À la veille du mariage d’une jeune fille en quête de l’identité de son père, trois hommes, ayant visité l’île où sa mère résidait il y a 20 ans, ressurgissent. Ce conte enchanteur, réunissant les plus grands succès du groupe suédois ABBA, vous plongera dans une histoire sous le signe de l’amour, du rire et de l’amitié. 6 TANNICK LECLERC théâtre St-Denis à Montréal, www.hahaha.com 1 JUIN - 31 AOÛT 2019 AU-DELÀ DES ÉCHOS Imaginé par Guy Laliberté, PY1 est un lieu d’expériences immersives dédié à la présentation de spectacles multimédias et de soirées thématiques vibrantes. Dans Au-delà des Échos, conçu par Gabriel Coutu- Dumont, plongez dans une odyssée poétique numérique, du Big Bang à aujourd’hui. Vous serez submergés dans un univers parallèle de lumière et musique pour découvrir le pouvoir de connexion entre les humains. Guidés par les étoiles, vous explorerez le fil inédit de l’espace et du temps comme dans un rêve éveillé. 6 TANNICK LECLERC Vieux-Port de Montréal www.py1.co/076 FUGUES.COM JUIN 2019 21 JUIN -1er JUILLET 2019 CÉRAMYSTIC AU CENTRE D’ART ROZYNSKI Découvrez la production d'une trentaine de céramistes professionnels lors de l’événement Céramystic, expovente extérieure de céramique contemporaine qui se déroulera du 21 juin au 1er juillet 2019, de 10h à 18h, au Centre d’art Rozynski situé dans le hameau de Way’s Mills à Barnston-Ouest. Le charme champêtre tout en fleur et bien hospitalier de Céramystic vous attend lors de cette expo-vente qui aura lieu pour la première fois au Centre d’art Rozynski, Céramystic ayant pris place depuis plus de 15 ans en Montérégie. De la nourriture, des rafraîchissement et des activités vous y attendent. Vous pourrez également apporter votre propre lunch pour pique-niquer ! Plusieurs ateliers de créations seront offerts et auxquels vous pourrez choisir de prendre part. Un rendez-vous à ne pas manquer ! Entrée gratuite. 6 LOGAN CARTIER 21 juin -1er juillet 2019 CÉRAMYSTIC AU CENTRE D’ART ROZYNSKI www.artsrozynski.com/ceramysti 15-16, 22-24 JUIN ROUTE DES ARTS ET SAVEURS DU RICHELIEU Découvrez la magnifique région de la Vallée-du-Richelieu à travers les créations de ses artistes et les saveurs de son terroir. Offrez vous du plaisir pour les pupilles et du bonheur pour les papilles ! Ce circuit touristique permet aux amateurs d'art et de plaisirs gourmands de vivre des expériences uniques chez plus de 60 créateurs talentueux en arts visuels, métiers d’arts et en agrotourisme. Faites la tournée lors des portes ouvertes (les 15-16, 22-24 juin et les 7-8, 14-15 septembre) ou encore en visite libre, pour les adresses ouvertes à l'année. Des ateliers de création et activités participatives sont aussi disponibles, consultez le site web ou visitez la page Facebook de la Route des Arts et Saveurs du Richelieu. 6 LOGAN CARTIER Vallée du Richelieu www.routeartssaveursrichelieu.com 22-23 JUIN FANTASIA EN CONCERT Faites l'expérience de Fantasia de Walt Disney comme jamais vu et entendu auparavant. L'Orchestre FILMharmonique se joindra à Mickey Mouse et son balai, sur écran géant à la Salle Wilfrid-Pelletier. C’est l’occasion de décrouvrir ou de revivre ce classique de Disney sur la musique immortelle de Beethoven, Tchaikovsky et Stravinsky. Le concert, présenté deux soirs seulement à Montréal, est composé d'extraits de la version originale de 1940 et de la version Fantasia 2000. Il s'agit d'un ciné-concert images et musique seulement. 6 LOGAN CARTIER Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Asrts, les 22 et 23 juin. www.placedesarts.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 1Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 2-3Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 4-5Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 6-7Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 8-9Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 10-11Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 12-13Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 14-15Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 16-17Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 18-19Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 20-21Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 22-23Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 24-25Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 26-27Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 28-29Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 30-31Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 32-33Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 34-35Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 36-37Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 38-39Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 40-41Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 42-43Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 44-45Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 46-47Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 48-49Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 50-51Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 52-53Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 54-55Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 56-57Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 58-59Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 60-61Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 62-63Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 64-65Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 66-67Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 68-69Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 70-71Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 72-73Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 74-75Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 76-77Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 78-79Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 80-81Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 82-83Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 84-85Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 86-87Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 88-89Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 90-91Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 92-93Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 94-95Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 96-97Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 98-99Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 100-101Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 102-103Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 104-105Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 106-107Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 108-109Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 110-111Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 112-113Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 114-115Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 116-117Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 118-119Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 120-121Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 122-123Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 124-125Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 126-127Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 128-129Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 130-131Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 132-133Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 134