Fugues n°36-03 juin 2019
Fugues n°36-03 juin 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36-03 de juin 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 60,2 Mo

  • Dans ce numéro : Toronto vire au vert.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
exclusive à Boris, offre beaucoup de vins issus de culture biologique et un très grand choix de vins au verre. L’établissement privilégie les bières artisanales et les produits locaux. Boris Bistro est tout désigné pour un repas décontracté ou pour un événement ! BORIS BISTRO 465, rue McGill, Vieux-Montréal, QC H2Y 2H1, borisbistro.com CANAL LOUNGE ET MARCHÉ DES ÉCLUSIERS Tout le monde à bord ! Un joli bateau-mouche — le Canal Lounge — accosté près du Marché Atwater sert cocktails et boissons à bâbord comme à tribord. Quant au Marché des Éclusiers, c’est un endroit de choix pour siroter un spritz en bordure du fleuve Saint-Laurent et à proximité d’un silo à grains historique (Silo no 5). UN ARC-EN-CIEL DE TERRASSES DANS LE VILLAGE Quoi de mieux que l’emploi de 175 000 boules flottant dans les airs pour égayer la rue Sainte-Catherine Est, à Montréal, rendue piétonnière pendant la saison estivale ? De trois grosseurs et formant un camaïeu de 18 teintes de l’arc-en-ciel, les boules en résine sont suspendues à différentes hauteurs et au travers des arbres, et ce, pour la derni ; ère année. Alors profitez-en ! Outre l’impression visuelle insolite et joyeuse qui s’en dégage, cette ins-tallation module la lumière au gré de la déambulation sur un parcours de 1 kmentre les rues St-Hubert et Papineau. On peut y flâner toute la journée pour le plaisir, s’arrêter à l’une des nombreuses terrasses qui viennent de surgir du bitume, pour prendre une bouchée ou un verre et profiter de tous les événements artistiques qui ponctuent la saison estivale. Que ce soit pour dîner ou pour souper, la majorité des restaurants, des cafés et des bars s’ouvrent sur la rue Sainte-Catherine. Évidemment, le choix de cuisines offertes est varié et exotique  : de l’Asie à la cuisine bistro, en passant par les pâtes, les pizzas, les smoked meat et les saveurs moyen-orientales, sans oublier les steaks, burgers-gourmet et fruits de mer. Les soirs de feux d’artifices, il est conseillé de ne pas arriver trop tard... ou de s’armer de patience. Même les grandes chaines se dotent de tables à l’extérieur  : Chez Cora, la Rôtisserie St-Hubert, la Station des sports et plusieurs autres. Certains mixologistes (les spécialistes des cocktails) offrent leurs propres mixtures, de véritables créations gustatives au raffinement d'essences inusitées. LE VILLAGE, VUE DE LA TERRASSE DU SKY BORIS BISTRO CANAL LOUNGE Pour prendre un café et une douceur, les flâneurs se poseront à la Mie Matinale (ou dans un autre des nombreux cafés) pour un bon cappuccino avec croissant... Les bars ne sont pas en reste, puisque non seulement animent-ils de mémorables soirées à l’intérieur de leurs murs, la plupart prennent également de l’expansion en terrasse sur la rue. C’est ainsi que le Sky aura, cette année encore, son ouverture sur la rue, tout comme le Cocktail, le Stud, le Cabaret Mado et plusieurs autres, fort bien fréquentés, comme le Lounge L’un et l’Autre et le Normandie). Qui sait, peut-être pourrez-vous boire des yeux les danseurs (du Campus ou du Stock) venus prendre l’air sur une terasse entre deux danses. Certaines terrasses sont perchées bien haut au-dessus de la rue Sainte-Catherine. Celle du Sky donne à penser à certains qu'on est véritablement au ciel. Elle connaît des soirées très tranquilles, d'autres, très animées, selon les heures et l’animation sur la rue. Sachez qu’on y est très bien placé pour regarder les feux d’artifices. L'un des lieux les plus sympathiques et virils pour prendre l'apéro est évidemment la terrasse de l’Aigle Noir. Quoi qu’il en soit, dans une ambiance de vacances et vibrant au son de la musique, les terrasses du Village ont de quoi vous emballer tous les jours et les soirs de l’été. 6 LOGAN CARTIER TERRASSES www.villagegaimontreal.com
CULTUREL_FESTIVAL Sortir 22 MAI - 4 JUIN 2019 — FTA PLUSIEURS OCCASIONS DE SORTIR DE SOI Est-ce un hasard du calendrier, la disponibilité des artistes invité.es, ou un choix voulu, mais les derniers spectacles présentés dans le cadre du Festival TransAmériques 2019 (FTA) sont tous des créations québécois.es. Plein phare alors sur les artistes d'ici, aussi bien en théâtre, en danse, en performance, ou les trois à la fois tant les murs entre les différentes disciplines sont devenus au fil du temps poreux. On ne peut d'ailleurs que s'en réjouir et profiter de nouvelles avenues artistiques, surprenantes, séduisantes, et parfois bouleversantes. INNERVISION Le grand spectacle gratuit du FTA sur la Place des festivals du Quartier des spectacles. 60 danseurs d'un côté. De l'autre un chef d'orchestre, chorégraphe, scénariste, etc., invisible, Martin Messier. Le lien entre les danseurs et lui  : des oreillettes à travers lesquelles Marin Messier dirige les danseurs et crée ce qu'il appelle lui-même, un ballet de fin du monde. 5 représentations à ne pas manquer pour découvrir une œuvre originale et envoûtante.//066 FUGUES.COM JUIN 2019 INNERVISION DONNY MCCASLIN UNFOLD 17 PERSPECTIVE SPEED GLUE Jouer au tennis de table avec comme unique objectif que jamais l'échange de balle ne s'arrête. Il ne s'agit plus de battre l'adversaire mais de maintenir une relation égalitaire avec l'autre. Cela n'enlève rien à la virtuosité, à la beauté des frappés, et bien mieux laisse apparaître une curieuse chorégraphie rythmée par le son sec de la balle frappant la table. Un spectacle hypnotisant. Deux joueurs professionnels, Antoine Bernardet et Edward Ly ont accepté la proposition de Simon Grenier et Dorian Nuskind-Oder, les concepteurs de cette performance, Le sport est un art, sans contexte avec Speed Glue. CUTLASS SPRING La chorégraphe Dana Michel, originaire d'Ottawa, continue d'écrire son aventure chorégraphique et performative en brisant les codes. Avec Cutlass Spring, la créatrice se demande comment parler « de trucs de sexe », selon ses propres mots. Quel est le rapport du corps aux autres, et comment le partager. Cutlass Spring se veut une exploration qui prend tout son sens à l'ère du politiquement correct. Originalité, humour, Dana Michel décrit ainsi sa démarche sur son site  : « Mon travail est possiblement d’examiner ce qui l’inspire  : cinématographie, sculpture, comédie, psychologie, commentaire social. » FEAR AND GREEDE Danse encore avec deux grands noms de la chorégraphie québécoise. Tout d'abord, Frédérik Gravel présentera un solo, Fear and Greede. Connu pour ses créations à plusieurs, Frédérick Gravel veut encore une fois se questionner sur son art, sur ce qu'il veut dire, et surtout ce qu'il peut exposer aux spectateurs.trices. Une façon pour le chorégraphe, à la veille de sa quarantaine de se mettre en danger. Le créateur de Tout se pète la gueule, Chérie (2010) n'a pas perdu sa fougue et bouscule, parfois avec humour, parfois avec grincement, ce que nous sommes devenus pour peut-être nous convaincre de sortir de notre torpeur. Chorégraphe et interprète, Frédérick Gravel trace dans ce solo l'essence de son écriture. UNFOLD 17 PERSPECTIVES On ne présente plus Danielle Desnoyers et sa compagnie Le carré des Lombes. Avec Unfold 17 perspectives, la chorégraphe joue l'instabilité, les équilibres qui ne durent pas grâce à un dispositif scénique modulable qui oblige les interprètes à s'adapter à des contraintes inusitées pour le corps. Adaptation et aussi résistance pour ne pas plier, ne pas chuter, ne pas tomber. Huit interprètes tentent alors de survivre entre la recherche de l'individualité et du collectif. SOIFS MATÉRIAUX Théâtre et littérature autour d'un monument de la littérature québécoise, Marie-Claire Blais. Le spectacle SOIFS Matériaux conçu par Denis Marleau et Stéphanie Jasmin (UBU compagnie de création) réunissant 25 interprètes sur scènes, plus des musicien.nes, parcourt le vaste cycle polyphonique de l'autrice commencé avec Soifs, publié en 1975, et se terminant avec Une réunion près de la mer en 2018. Un cycle où se croisent plus de 240 personnages. À travers l'œuvre de Marie-Claire Blais, les deux concepteurs, Denis Marleau et Stéphanie Jasmin ont été attirés non seulement par la langue de l'autrice mais aussi par son regard presque visionnaire sur nos sociétés et leurs enjeux, comme les mouvements migratoires, les violences faites aux femmes, l'urgence climatique ou encore la résurgence de fléaux comme celui du racisme. Un spectacle d'une essentielle pertinence à nos questionnements actuels qui rend hommage à Marie-Claire Blais. 6 PAR DENIS-DANIEL BOULLÉ Pour les dates et les lieux des spectacles, une seule adresse  : fta.qc.ca



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 1Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 2-3Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 4-5Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 6-7Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 8-9Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 10-11Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 12-13Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 14-15Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 16-17Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 18-19Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 20-21Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 22-23Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 24-25Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 26-27Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 28-29Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 30-31Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 32-33Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 34-35Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 36-37Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 38-39Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 40-41Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 42-43Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 44-45Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 46-47Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 48-49Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 50-51Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 52-53Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 54-55Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 56-57Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 58-59Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 60-61Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 62-63Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 64-65Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 66-67Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 68-69Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 70-71Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 72-73Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 74-75Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 76-77Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 78-79Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 80-81Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 82-83Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 84-85Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 86-87Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 88-89Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 90-91Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 92-93Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 94-95Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 96-97Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 98-99Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 100-101Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 102-103Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 104-105Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 106-107Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 108-109Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 110-111Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 112-113Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 114-115Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 116-117Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 118-119Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 120-121Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 122-123Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 124-125Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 126-127Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 128-129Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 130-131Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 132-133Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 134