Fugues n°36-03 juin 2019
Fugues n°36-03 juin 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36-03 de juin 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 60,2 Mo

  • Dans ce numéro : Toronto vire au vert.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
à ce nouveau médium début 2000. Passionné par l’architecture, il a passé les 15 dernières années à capturer les atmosphères du Sud-Ouest américain. Fasciné par le contraste entre les métropoles et les déserts, il aborde la photographie d’objets et de lieux à la façon d’un portraitiste afin d’aller chercher l’émotion dans les choses inanimées. « Tous les objets et les lieux ont des histoires à raconter, il suffit de prendre le temps de les comprendre et ensuite essayer de les transmettre aux autres à travers les images réalisées ». MIREILLE R. CHAMPAGNE « Mon travail est basé sur mes expériences en tant que modèle et en tant que femme. Au fil des ans, j'ai dû équilibrer ma carrière entre ma pratique artistique et mes contrats de mannequin. Ces deux sphères de ma vie ont toujours été étroitement liées, même si le mannequinat pouvait parfois restreindre ma production artistique, les expériences et rencontres encourues durant certains de mes contrats se sont trouvées fondatrices de mes œuvres les plus significatives. C’est avec un désir grandissant d’exprimer ce que je ressens lorsque je regarde mon propre corps s’altérer encore et encore à travers les voiles de la publicité et des standards de beauté, que je me questionne sur les effets d'une telle appropriation de l'icône du corps. Surconsommation d’image déformations, filtres, standard de beauté, sexualisation du corps  : comment ces aspects, de plus en plus présents dans notre société de médias sociaux, affectent-ils la perception de notre propre image ? J’utilise l’autoportrait afin d’observer le moule que cette industrie projette sur mon corps […] », décrit l’artiste à propos de son travail. 6 ANDRÉC. PASSIOUR www.mtlenarts.com PASCAL FOISY-LAPOINTE GRAND PRIX 2018 DU FESTIVAL MTL EN ARTS « CELA M’A DONNÉ UN BOOST » Pascal Foisy-Lapointe a été le grand gagnant du Festival Mtl en Arts, en 2018. Fraîchement sorti de ses études en arts à l’Université Concordia, ce jeune homme de 29 ans avait donc reçu cette belle distinction qui l’a propulsé sous les projecteurs. L’artiste s’exerce autant à la peinture qu’au dessin. Il s’inspire de la vie quotidienne, de l’incertitude ambiante, des relations sociales et de l’environnement dans lequel nous vivons. Il s’interroge sur la société actuelle et sur ses dérives. Parfois, ses personnages ont l’air tout droit sortis d’une BD. Quant à ses toiles, elles nous parlent de la vie urbaine et de ses préoccupations sociales. « J’étais content et très surpris de recevoir ce prix, admet Pascal Foisy-Lapointe. Cela faisait seulement un an que j’étais sorti de l’université et je n’étais pas connu. Au début, je pensais que c’était un prix de participation lorsque Stéphane Mabilais [le directeur général de Mtl en Arts] m’a appelé pour m’inviter à la soirée de remise des prix et que Pierre-Marc Desjardins a insisté pour que j’y sois. Je ne m’attendais donc vraiment pas à gagner. D’autant plus que ce cela faisait la 2 e année que je participais à ce festival, c’était Cédric Taillon qui m’avait encouragé à y présenter mes œuvres. Cela m’a donné un "boost" de confiance pour foncer et continuer à peindre et présenter mes collections. » Après le festival, les créations de l’artiste ont garni durant un mois les murs de la Galerie Robert Poulin (sur Saint-Laurent). De plus, Pascal Foisy-Lapointe a réalisé plusieurs contrats par la suite. « C’était le fun d’exposer ainsi durant tout un mois dans cette galerie. Le prix du festival m’a donné une certaine visibilité que je n’avais pas avant, mais il faut dire aussi que je suis plutôt timide et solitaire, donc cette distinction a permis de me donner un certain élan », d’ajouter le jeune créateur. « Je suis quelqu’un de très créatif, je suis très figuratif et mes œuvres comportent plusieurs éléments et plusieurs personnages généralement. J’ai des thèmes diversifiés avec des personnages dans différentes situations. J’ai été moi-même ; je n’ai pas cherché à plaire nécessairement et c’est ce que j’ai présenté au festival et c’est ce qui a marché. Cela a plu au jury du festival ! Cela m’a donc donné de la confiance avec ce type d’œuvres », explique l’artiste qui a terminé ses cours en 2017 à Concordia après avoir étudié au cégep du Vieux-Montréal. « Son travail artistique s’inspire de la vie quotidienne, de l’incertitude ambiante, des relations sociales et de l’environnement dans lequel nous vivons. Notre époque est marquée par l’abondance, tant au niveau culturel, qu’au niveau de la diversité et des savoirs », peut-on lire sur son site web (www.pascalfoisy.com). « Foisy cherche à élever ses sujets à un autre degré de perception à travers sa connaissance des matériaux, ses techniques et ses références artistiques. Il ne cherche pas à documenter ou à devenir un "reporter de nouvelles", mais plutôt questionner les visions. Son travail joue avec différents types de matières, de procédés et niveau de rendus, dépendent du sentiment qu’il a avec certains éléments ou leur signification, une certaine manière de créer des figures de style. L’observateur par conséquent est invité à lire, comprendre et à interpréter avec ses propres visions et connaissances ce que l’artiste lui propose et développera ainsi son lien privé avec les œuvres. » 6 ANDRÉC. PASSIOUR www.pascalfoisy.com
ACTUALITÉS INCENDIES MAJEURS AU FIL DES ANS... LE VILLAGE  : UN QUARTIER QUI S’EST ENFLAMMÉ À PLUSIEURS REPRISES Comme on l’a déjà vu dans des articles précédents, le Village a connu plusieurs phases de développement, de décroissance, de redynamisation, etc. Mais dans le cadre des 35 ans de Fugues, nous abordons cette foisci le Village sous un angle tout à fait inusité  : celui des incendies. Par exemple, depuis le début des années 1900, sur le territoire qui est aujourd’hui le Village, sur la rue Sainte-Catherine Est, entre Berri et Papineau, il y a eu pas moins d’une centaine de feux, dont certains étaient majeurs. Depuis 1984, soit depuis la création de Fugues, on a recensé une vingtaine de brasiers majeurs, c’est-à-dire de 2 alarmes et plus. Certains endroits dans le Village, par exemple, sont le résultat d’une conflagration majeure qui a changé ainsi le visage des lieux. Peu de gens savent aujourd’hui qu’il y avait une bâtisse à l’angle de Sainte-Catherine et Panet. Pourtant oui. Après avoir été une année sur De Maisonneuve, Priape déménage au 1342, Sainte-Catherine Est, en 1975. En septembre de la même année, l’édifice où loge Priape est la proie des flammes. C’est une perte totale. La bâtisse doit être complètement démolie et fait place maintenant à ce qui est le parc de l’Espoir. Eh oui ! L’espace du parc de l’Espoir est né de cet incendie majeur.//028 FUGUES.COM JUIN 2019 1998, SÉCURITÉ MAXIMUM « Depuis 1984, il y a eu dans le Village pas moins de 22 feux majeurs, de 2 alarmes et plus et ça c’est sans compter les incendies qu’il y a eu sur les autres rues du quartier durant la même période », explique Francis, membre du Service sécurité incendie de Montréal (SSIM) depuis l’âge de 23 ans. Pour le commun des mortels, le « 2 alarmes » ou alertes, ne dit pas grand-chose, mais cela implique sur les lieux la présence d’une quarantaine de pompiers, tandis que le 5 alarmes « comprend au moins 150 pompiers avec des camions pompes et des véhicules de soutien, c’est donc considérable », d’ajouter Francis. On voit donc mieux à présent l’ampleur d’un sinistre. Bien sûr, on ne parlera pas ici de tous les incendies, cela prendrait 10 pages du magazine ! En voici quelques-uns, les plus importants, classés par année. 1989 Le 21 août, vers les 4h, en pleine nuit, un incendie se propage au 1451, Sainte-Catherine Est, en face de la StationC. À l’époque, la drag Vicky Richard demeure au 2e étage de l’édifice. On doit appeler une 5e alarme. Vicky Richard perdra tout dans ce sinistre qui endommagera considérablement la bâtisse. Une soirée bénéfice sera d’ailleurs organisée au cabaret l’ENTRE-PEAU pour amasser des fonds afin d’aider Vicky Richard financièrement. 1993 Le Sauna St-Marc, au 1160, Sainte-Catherine Est, l’actuel GI Joe, est la proie des flammes. « Les pompiers doivent sortir en vitesse des hommes nus qui étaient dans l’établissement. C’est regrettable, mais certains se sont moqué de ces homme. C’était comme ça à l’époque », de dire Francis. 1996 Le 7 avril, la bâtisse du restaurant La Huerta, au 1355 (là où se trouvait avant le Bloc et l’ancien centre communautaire), prend en feu. L’incendie est majeur et on devra ensuite démolir. C’est maintenant l’édifice entre le café Second Cup et Armada par The Men’s Room, un building nouveau qui loge le restaurant Fantasie. Le 16 novembre, 1997, LE CRYSTAL on enregistre un incendie de 2 alarmes au bar Katakombes (sous-sol) du fameux K.O.X. Heureusement, cet incendie est sans conséquences importantes autant pour les personnes que pour l’édifice. 1997 C’est le début de la belle saison et on est en train d’effectuer des rénovations dans la bâtisse du 1488, rue Sainte- Catherine Est. Des travaux de soudure mêlés à un bois très sec engendrent un incendie majeur de plusieurs alarmes. L’édifice qui est à l’angle d’Alexandre-deSève est en feu. Il sera détruit par la suite. Il faisait partie… Du Complexe Bourbon ! Une nouvelle aile sera donc construite par Normand Chamberland, le propriétaire, et rajoutée au Bourbon, ça s’appellera le Café Européen.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 1Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 2-3Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 4-5Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 6-7Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 8-9Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 10-11Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 12-13Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 14-15Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 16-17Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 18-19Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 20-21Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 22-23Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 24-25Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 26-27Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 28-29Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 30-31Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 32-33Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 34-35Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 36-37Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 38-39Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 40-41Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 42-43Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 44-45Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 46-47Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 48-49Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 50-51Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 52-53Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 54-55Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 56-57Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 58-59Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 60-61Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 62-63Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 64-65Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 66-67Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 68-69Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 70-71Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 72-73Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 74-75Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 76-77Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 78-79Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 80-81Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 82-83Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 84-85Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 86-87Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 88-89Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 90-91Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 92-93Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 94-95Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 96-97Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 98-99Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 100-101Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 102-103Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 104-105Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 106-107Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 108-109Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 110-111Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 112-113Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 114-115Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 116-117Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 118-119Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 120-121Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 122-123Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 124-125Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 126-127Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 128-129Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 130-131Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 132-133Fugues numéro 36-03 juin 2019 Page 134