Fugues n°36-02 mai 2019
Fugues n°36-02 mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36-02 de mai 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 146

  • Taille du fichier PDF : 54 Mo

  • Dans ce numéro : beau et en santé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 86 - 87  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
86 87
RÉGION DE QUÉBEC_ACTUS Entrevue UNE PAUSE DE 365 JOURS POUR S’IMPRÉGNER DES AUTRES CULTURES Un couple de Québec dans la mi-trentaine, Pierre-Luc Boulet et Jean-Philippe Chouinard, adore vraiment voyager. Et, début juillet, les deux hommes effectueront un tour du monde. Durant une année, ils mettront leur emploi sur pause, respectivement d’enseignant collégial en technique d’éducation spécialisée et de comptable. « Nous voyageons une ou deux fois par année », souligne Jean-Philippe. « Nous avons visité une cinquantaine de pays situés en Europe, Asie, Afrique et en Amérique, par exemple l’Espagne, la Chine, l’Égypte et le Pérou », renchérit Pierre-Luc. Pour le moment, seule l’Océanie est absente de leur album de photos. Leurs regards se sont croisés dans l’escalier du Drague. Depuis ce soir de 2001, ils ne se sont jamais quittés et se sont mariés en 2006. Parmi leurs points en commun, on retrouve la passion pour le voyage à travers le monde et la course à pied. « Dans nos façons de voyager, nous nous entendons super bien, raconte Pierre-Luc. Nous n’avons plus la pression du travail, de trucs à rendre. Nous sommes juste en train d’explorer et de découvrir de la nouvelle bouffe et de nouvelles activités, notamment pour dépasser nos peurs (benji, parapente, deltaplane, plongée sous-marine dans la mer Rouge, ascension du Kilimandjaro, etc.). Voyager, ça m’amène à prendre encore plus conscience de la chance que j’ai dans la vie. » Pour Jean-Philippe, les voyages lui permettent en plus d’évoluer sur le plan personnel. « Comme individu, je pense que de te mettre de temps en temps dans une situation en dehors de ta zone de confort, ça t’aide à cheminer vers d’autres choses. Si tu restes toujours dans ce que tu connais, parfois, ça peut te limiter. » Cette idée de tour du monde a commencé à germer en 2014. Pier-Luc a opté pour un congé différé et Jean-Philippe a mis de l’argent de côté. Ils ont utilisé le planificateur de voyages A-contresens (planificateur.a-contresens.net) pour organiser leur tour du monde, notamment dans la préparation de leur budget. « Nous devrions aller dans une quinzaine de pays », précise Jean- Philippe. Pour prendre une pause de l’hiver, leur itinéraire ne comprend pas de pays où la neige sera présente durant leur séjour. Ils n’ont pas visité la plupart des pays qu’ils ont sélectionnés. Et dans ceux où ils ont déjà séjourné comme le Brésil et la Thaïlande, ils visiteront d’autres régions. Ils ont exclu des pays où l’homosexualité est passible de la peine de mort. « Dans certains pays où l’homosexualité n’est pas bien vue, comme nous avons un physique qui se ressemble, nous disons que nous sommes des frères, précise Pier-Luc. Nous prenons également deux lits séparés que nous collons et que nous nous assurons de décoller quand nous quittons notre chambre. Dans certains pays, nous enlevons nos anneaux de mariage. Nous faisons aussi attention aux démonstrations d’affection. » La Colombie comme premier arrêt Les trois premiers mois seront consacrés à la découverte de l’Amérique du Sud. La Colombie sera le premier pays qu’ils visiteront pour la première fois. « Nous avons eu de bons commentaires de gens qui y sont allés, dit Jean-Philippe. Ce n’est pas une destination classique. C’est bien de sortir des sentiers battus et de ne pas aller dans les endroits où tous les bateaux de croisière s’arrêtent. » Après avoir séjourné en Équateur et au Brésil, ils partiront pour Melbourne, une première découverte de la faune et de la flore australienne pour ces deux globe-trotteurs. Ils retourneront ensuite en Asie, soit en Indonésie, Malaisie, Thaïlande, Vietnam, Laos, Birmanie, Sri Lanka, Inde, Népal, Turquie, Liban, Jordanie et Israël. Dans ce dernier pays, des amis du Québec les rejoindront, en juin, pour prendre part au Tel-Aviv Pride 2020. « Après, nous allons faire un dernier arrêt dans une ville d’Europe pour faire le bilan de notre voyage et faciliter notre transition vers le Québec », indique Jean-Philippe. Ce sera partie remise pour l’Afrique qu’ils ont déjà visitée (Rwanda, Tanzanie, Madagascar, les Seychelles), compte tenu des coûts élevés que représenterait cette destination dans leur budget. Échanges culturels privilégiés Pour plus de flexibilité, ils ont acheté chacun un billet d’avion, aller seulement, pour Carthagène, en Colombie, où ils prévoient demeurer environ un mois. Ils se procureront les autres billets d’avion vers la fin de chaque séjour. Ils se déplaceront aussi en autobus. Ils partent chacun avec un sac à dos seulement. Selon la durée de leur séjour, ils loueront sur place un appartement ou résideront dans une auberge ou chez des amis. « Contrairement aux hôtels, les auberges sont plus propices pour rencontrer d’autres voyageurs », fait remarquer Jean-Philippe. Ils adorent discuter avec les habitants des pays qu’ils visitent, notamment dans un café, un pub ou une place publique. « Quand nous sommes allés en Bosnie, nous sommes restés dans une famille où la mère et son fils avaient vécu les bombardements à Sarajevo. Ce dernier, qui a perdu son père, nous a raconté comment il avait vécu cette guerre. Pour les gens d’un pays qui n’ont pas la chance de pouvoir voyager, c’est également une occasion pour eux de découvrir une autre culture. Par exemple, dans la Cité interdite à Beijing, des groupes d’élèves chinois en visite scolaire, qui provenaient de la campagne, nous photographiaient comme si nous étions des vedettes. » Ces amateurs de course à pied prévoient également participer à des demi-marathons, notamment celui de Bogota en Colombie. Si l’occasion se présente, ils pourraient faire d’autres activités avec la population locale, par exemple suivre des cours de langue ou faire du bénévolat. Leur projet porte le nom de Bubble Boys autour du monde. « Nous sommes des gars festifs, qui aiment prendre des bulles avec des amis. Nous aimons faire la fête et rencontrer du monde », explique Pier-Luc. Ils termineront d’ailleurs leur long périple avec une bouteille de bulle pour célébrer la fin de leur plus gros projet de couple, qui se classe tout juste après celui de leur mariage. Ils invitent les gens à aimer leur page Facebook pour suivre leurs aventures. 6 ÉRIC WHITTOM
RÉGION_ACTUS Infos CÉLÉBRER 20 ANS AU SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN ! En octobre dernier, à Chicoutimi, l’Association des gais et lesbiennes du Saguenay- Lac-Saint-Jean (AGL-LGBT) célébrait son 20 e anniversaire lors d’un 5@7. Pour l’occasion, le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault était présent. Pour n’importe quel organisme communautaire LGBT, 20 ans, c’est toute une réalisation. Lorsqu’on est une association régionale, c’est encore plus méritoire. Nous avons discuté avec Daniel V. Gosselin, chargé de projet et responsable des communications à l’AGL-LGBT. De quelle manière ce groupe communautaire a évolué au cours des 20 dernières années dans cette région du Saguenay-Lac- Saint-Jean ? Pendant des années, l’organisme AGL-LGBT avait pour but de briser l’isolement par des rencontres sous forme de souper/soirée. Mais en 2015, la volonté de remplir pleinement sa mission d’informer, de sensibiliser et d’éduquer est devenue une priorité. Nous avons commencé par la reconnaissance du CIUSSS, en 2016, comme étant une association en santé et services sociaux sous la typologie Aide et Entraide. Nous avons étendu notre réseautage en devenant membre du Conseil québécois LGBT, de Fierté Agricole, de la Table//090 FUGUES.COM MAI 2019 Régionale des Organismes Communautaire du Saguenay Lac-Saint-Jean, de la Table des Aîné.es Domaine du Roy, de la Table Jeunesse du Domaine du Roy et de la Corporation de Développement Communautaire Domaine du Roy et enfin comme Association Communautaire Autonome. Nous sommes devenus la référence LGBT pour notre région dans tous les médias écrits, radio et télévision. Avec combien de membres l’association a- t-elle été fondée et combien de membres compte-t-elle aujourd’hui ? Nous avons gardé un membership entre 70 et 100 personnes et nous avons créé deux types de membres  : le membre actif avec droit de vote à 15$ (personnes de la communauté LGBT) ; et le membre sympathisant sans droit de vote à 12$ (personnes de la communauté LGBT et de la population en général). Ce sont les membres en assemblée générale annuelle qui déterminent le prix des cartes de membres. La raison principale du coût très bas de la carte de membre, c’est pour permettre aux étudiants de devenir membre de l’AGL-LGBT. Quels ont été les plus grands défis pour les organisateurs et les membres de cette association LGBT ? Comme nous n’avons pas eu de financement avant 2017, le principal défi était de maintenir l’association bien vivante. Ce sont les efforts des bénévoles qui ont contribué à poursuivre notre vie associative. La relève des jeunes est aussi un défi. Nos adhérents sont en majorité des membres de 50 ans et plus. Notre conseil d’administration est composé de sept membres dont cinq administrateurs sont de jeunes diplômés universitaires, et de deux retraités provenant de la diversité. Quels sont les objectifs futurs pour l’AGL-LGBT ? Nous avons obtenu du financement ponctuel grâce au programme de soutien aux organismes communautaire. Mais cette année nous espérons avoir un financement récurrent afin d’étendre notre action par des comités. Nous avons présenté différents projets de financement au Bureau de lutte contre l’homophobie et la transphobie du ministère de la Justice  : un comité Activités afin de briser l’isolement ; Un comité Jeunesse afin d’avoir une relève pour notre futur et d’aider au coming-out ; un comité Trans afin d’accompagner les personnes en questionnement ou en transition. Pour ce qui est du comité Trans des rencontres mensuelles ont lieu à l’université du Québec à Chicoutimi. Quel est le soutien de la population de cette région, en général, envers cet organisme et envers la collectivité LGBT du Saguenay- Lac-Saint-Jean ? La population du Saguenay-Lac-Saint-Jean est ouverte envers la communauté LGBT. On assiste même, depuis quelques années, à un retour des personnes LGBT qui s’étaient exilées en ville vers leur région natale pour y vivre leur identité sexuelle. Nous pensons qu’il y a des régions du Québec qui sont beaucoup plus habilités à offrir des services aux personnes LGBT que certains quartiers de Montréal ! Il y a de plus en plus de gens qui s’engagent dans la cause et cela fait en sorte que les mentalités évoluent. Cependant, tout n’est pas gagné pour la communauté LGBT. La population est plus sensibilisée, certes, mais il faut poursuivre le travail de démystification en région. L’AGL-LGBT collabore notamment avec le Service d’intervention de proximité du Domaine-du-Roy sur le projet La bientraitance dans la diversité. L’objectif premier de ce projet est d’informer, de sensibiliser et de démystifier les diversités culturelles, les orientations sexuelles et les identités de genre auprès du personnel et des organismes œuvrant avec les personnes aînées. Des ateliers de sensibilisation sont également offerts aux personnes aînées sous forme de groupes de discussion. De plus, pour la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, le vendredi 17 mai, l’AGL-LGBT demandent à 49 villes et villages ainsi qu’à la réserve autochtone Mashteuiatsh de hisser la bannière arc-en-ciel devant chaque hôtel de ville. 6 ANDRÉC. PASSIOUR POUR PLUS D’INFORMATIONS CONCERNANT L’AGL-LGBT, CONSULTER LE SITE WEB  : AGL-LGBT.CA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 1Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 2-3Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 4-5Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 6-7Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 8-9Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 10-11Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 12-13Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 14-15Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 16-17Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 18-19Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 20-21Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 22-23Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 24-25Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 26-27Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 28-29Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 30-31Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 32-33Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 34-35Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 36-37Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 38-39Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 40-41Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 42-43Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 44-45Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 46-47Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 48-49Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 50-51Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 52-53Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 54-55Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 56-57Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 58-59Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 60-61Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 62-63Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 64-65Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 66-67Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 68-69Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 70-71Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 72-73Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 74-75Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 76-77Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 78-79Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 80-81Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 82-83Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 84-85Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 86-87Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 88-89Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 90-91Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 92-93Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 94-95Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 96-97Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 98-99Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 100-101Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 102-103Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 104-105Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 106-107Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 108-109Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 110-111Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 112-113Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 114-115Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 116-117Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 118-119Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 120-121Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 122-123Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 124-125Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 126-127Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 128-129Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 130-131Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 132-133Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 134-135Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 136-137Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 138-139Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 140-141Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 142-143Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 144-145Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 146