Fugues n°36-02 mai 2019
Fugues n°36-02 mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36-02 de mai 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 146

  • Taille du fichier PDF : 54 Mo

  • Dans ce numéro : beau et en santé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
ENTREVUE_AVEC LA MINISTRE DE LA JUSTICE Solidaire), et moi-même. Nous travaillons en partenariat avec les autres partis d’opposition, les milieux concernés des femmes, la police, différents groupes. Et vous savez qu’il en est de même pour la réforme du droit de la famille, où bien évidemment les groupes LGBT seront invités à travailler avec nous entre autres sur la filiation, sur la parentalité, sur la gestation par autrui. Nous avons rencontré la Coalition des familles LGBTQ. Le bureau de lutte contre l’homophobie et la transphobie peut aussi prendre des initiatives directement en lien avec les communautés LGBTQ ? Comme des campagnes nationales ponctuelles ? Nous sommes ouverts à tout ce qui peut avoir un impact direct sur le terrain. Présentement, pour mieux renforcer les projets on travaille avec le bureau de lutte et les groupes communautaires qui connaissent bien mieux la réalité du terrain que moi je peux la connaitre. Tout comme on ne veut plus travailler en silo, avec un comité interministériel, avec une meilleure communication et avec une meilleure concertation avec le milieu pour améliorer nos actions. Nous souhaitons aussi regarder comment, à travers le ministère de la Justice et le bureau de lutte, nous pouvons avoir un rôle de leadership. Est-ce que c’est concret actuellement dans les réalisations ? La réponse est non. Est-ce qu’on est en mouvement pour réorienter nos stratégies pour aller de l’avant ? La réponse est oui. En attendant, des résultats, des problématiques demandent qu’on s’y intéresse dès maintenant. Je pense entre autres à l’accès à la santé pour les personnes transgenres. Très peu de services en région, et des listes d’attente pour les services existants à Montréal. La sensibilisation est lancée auprès de mes collègues ministres. Mais pour les personnes transgenres, il y a comme vous le soulignez une différence entre le milieu urbain et le milieu rural. À Montréal, c’est mieux organisé. Dans le plan d’action, il y a la volonté de renforcer les services et les services communautaires en région, cela fait partie de nos priorités, et de renforcer les actions des groupes communautaires, comme le GRIS Mauricie, que je connais un petit peu mieux comme députée de la Mauricie, et comme députée régionale, j’ai une sensibilité plus forte pour les régions pour quelqu’enjeu que ce soit. PROJET DE LOI CONTRE LES VIOLENCES SEXUELLES La ministre de la Justice et procureure générale du Québec, Sonia LeBel, accompagnée d’Hélène David, députée de Marguerite-Bourgeoys ; Véronique Hivon, députée de Joliette ; et Christine Labrie, députée de Sherbrooke, a annoncé le 18 mars, la formation d'un comité d'experts sur l'accompagnement des personnes victimes d'agressions sexuelles et de violence conjugale. Parmi les experts, on note la présence, entre autres, de Michel Dorais, chercheur bien connu de nos communautés LGBTQ, professeur titulaire à l'École de travail social et de criminologie de l'Université Laval. Ce comité aura pour mandat d'évaluer, à la lumière du parcours d'une personne victime d'agressions sexuelles ou de violence conjugale, les mesures actuelles et d’étudier celles pouvant être développées afin d'assurer un accompagnement plus soutenu et répondant mieux aux réalités des personnes victimes. Le comité disposera d'un an pour s'acquitter de son mandat et proposer aux élues des pistes de solution afin d'adapter et de développer des mesures bénéficiant aux personnes victimes d'agressions sexuelles et de violence conjugale, et leur redonner confiance dans le système judiciaire et extrajudiciaire. 6//018 FUGUES.COM MAI 2019 Les organismes ont souvent du mal à faire correspondre leur mission avec les critères exigés dans les programmes de subvention. N’y aurait-il pas moyen de regarder les demandes de subvention en fonction de la pertinence et de l’impact d’une mission d’un organisme sur le terrain avant tout ? Nous sommes prêts à rencontrer chaque organisme pour discuter de leurs difficultés rencontrées dans le cadre de leur mission. Ce n’est pas dans notre philosophie de refuser des demandes de rencontres. La discussion, l’ouverture, la compréhension, cela fait partie de notre ADN. Malheureusement, c’est peutêtre un problème du gouvernement provincial actuel, on marche par programme, on marche par subvention, on décide que cela est en santé, que ceci est en immigration, etc. Il y a beaucoup d’organismes qui ont des missions hybrides et qui frappent généralement à plusieurs portes. Et on leur répond, votre mission est plus culturelle, allez voir du côté du ministère de la Culture, ou c’est plus la santé, allez voir le ministère de la Santé. Nous sommes en train de regarder comment on peut faciliter la vie de tout le monde. Nous souhaitons trouver une solution plus globale pour les organismes communautaires. Il y a donc deux points à regarder. Le premier concerne le financement à la mission des organismes pour qu’il soit récurrent, et qu’il ne survive pas que d’appels de projets. Le second, c’est maintenir l’appel de projets qui forcent la créativité et l’innovation. Parlant finances, est-ce que le budget est un peu plus généreux envers les organismes communautaires LGBTQ ? On ne doit pas seulement penser qu’en fonction des questions d’argent, il faut regarder plus largement, pour trouver des solutions. Cependant, bien évidemment je souhaiterai obtenir une enveloppe plus conséquente. Je me donne tout d’abord des objectifs de moyen. Tous les ministères voudraient plus d’argent, on le sait (Rires !) et c’est au gouvernement de présenter un budget équilibré. Le mot de la fin... Mon objectif est de travailler avec et pour les groupes et non pas de décider pour eux, bien entendu dans le cadre de mes moyens. Quant à revoir le mandat du bureau de lutte, réorganiser les façons de faire, donner un coup de pouce, une impulsion à des projets, je suis ouverte à rencontrer tous les groupes. 6 DENIS-DANIEL BOULLÉ *L’entrevue avec Sonia Lebel a été réalisée le 14 mars dernier. Le 18 mars, le Québec annonçait la formation d’un comité d’experts autour de la question des violences sexuelles.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 1Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 2-3Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 4-5Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 6-7Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 8-9Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 10-11Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 12-13Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 14-15Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 16-17Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 18-19Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 20-21Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 22-23Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 24-25Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 26-27Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 28-29Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 30-31Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 32-33Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 34-35Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 36-37Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 38-39Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 40-41Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 42-43Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 44-45Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 46-47Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 48-49Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 50-51Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 52-53Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 54-55Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 56-57Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 58-59Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 60-61Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 62-63Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 64-65Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 66-67Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 68-69Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 70-71Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 72-73Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 74-75Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 76-77Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 78-79Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 80-81Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 82-83Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 84-85Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 86-87Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 88-89Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 90-91Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 92-93Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 94-95Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 96-97Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 98-99Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 100-101Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 102-103Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 104-105Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 106-107Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 108-109Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 110-111Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 112-113Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 114-115Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 116-117Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 118-119Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 120-121Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 122-123Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 124-125Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 126-127Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 128-129Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 130-131Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 132-133Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 134-135Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 136-137Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 138-139Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 140-141Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 142-143Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 144-145Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 146