Fugues n°36-02 mai 2019
Fugues n°36-02 mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36-02 de mai 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 146

  • Taille du fichier PDF : 54 Mo

  • Dans ce numéro : beau et en santé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 102 - 103  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
102 103
PHOTO  : PODAITRES SANS FRONTIÈRES PODIATRES SANS FRONTIÈRES UN APPEL AUX DONS POUR CONTINUER CETTE ŒUVRE HUMANITAIRE Au mois de février dernier, on vous parlait des missions à l’étranger que mène le Dr Thanh Liem Nguyen de l’Association des Podiatres Sans Frontières. Au début du mois de mars, l’équipe de ce médecin podiatre s’est rendue à Marrakech au Maroc. Une mission qui fut un franc succès avec 366 patients soignés ! L’extrême pauvreté des gens a touché le Dr Thanh et son groupe d’étudiants en podiatrie et d’autres bénévoles. Une mission réussie grâce, entre autres, aux clubs Rotary de Montréal et de Marrakech pour leur collaboration. Les besoins sont si criants, qu’on planifie d’y retourner en 2020. Le voyage lui-même a duré du 2 au 10 mars, tandis que les journées de travail se sont étirées du 4 au 7 mars de manière intensive. La mission est tellement rarissime dans un tel pays, que les chaînes ont couvert l’événement dans leurs journaux télévisés. « La première journée, nous avons traités les patients du CHU MohammedVI, mais avec les reportages, cela a fait de la publicité pour la mission et bien des gens se sont déplacés pour être soignés. Nous étions partis avec neuf valises de 23 kg chacune remplies de matériels et de médicaments et tout a été épuisé. Il ne restait plus rien. Nous avons aussi effectué plusieurs chirurgies et fait la transmission de connaissances avec les médecins en orthopédie et en traumatologie de l’hôpital », explique le D r Thanh Liem Nguyen, podiatre et fondateur de l’Association des Podiatres Sans Frontières en 2012. Le Dr Thanh était partie avec, dans son équipe, la physiothérapeute d’origine marocaine Karima Boumeftah, « cela a beaucoup aidé d’avoir une personne comme elle avec nous et de pouvoir prodiguer des soins en physiothérapie », rajoute le D r Nguyen. Des gens qui avaient besoin d’orthèses, d’autres avec des plaies diabétiques ouvertes aux pieds, des patients aux problèmes neurologiques non traités ne sont là que quelques cas parmi les centaines qui ont été vus. Et l’âge des patients variait de quelques mois à plus de 80 ans. 26% étaient en effet des enfants et des adolescents. « La plupart du temps, ce sont des cas qui ne sont pas traités parce que les gens sont trop pauvres pour pouvoir se faire soigner », dit le Dr Thanh. « Ce qui a été le plus marquant, c’est la gravité des cas, des plaies infectées par exemple, note le Dr Thanh. La diversité des cas aussi qu’on a traité. Ici, de tels cas sont vus en théorie, mais c’est rare de les voir en pratique, alors que làbas, on pouvait les constater. […] L’extrême pauvreté des gens nous a marqué aussi. Je suis né au Vietnam et le Vietnam est un pays pauvre, mais je n’avais pas vu encore une telle pauvreté. Certains ont vu qu’il y avait une mission pour soigner les gens, mais ils n’avaient même pas l’argent nécessaire pour prendre l’autobus et se rendre à Marrakech. C’était vraiment triste. » Après Marrakech, trois autres missions attendent le D r Thanh Liem Nguyen et ses équipes. D’abord le Guatemala, du 16 au 26 mai, ensuite le Vietnam, en août et en décembre. Par contre, une autre équipe fera le voyage au Maroc, en pays berbère cette fois-ci, dans les montagnes de l’Atlas, au mois d’août. C’est bien beau les missions à l’étranger et de soigner tous ces gens qui n’en n’ont pas les moyens, mais cela coûte cher aussi. Tout est sur une base bénévole et personne ne reçoit d’honoraires. Et il n’y a pas que les billets d’avions qui sont onéreux, il faut aussi acheter tous les médicaments et le matériel requis. « C’est pourquoi j’en appelle à la population pour nous aider financièrement. Nous avons un numéro de charité, donc nous pouvons émettre des reçus pour tous les montants que les gens peuvent nous envoyer. Nous avons vraiment besoin d’aide pour poursuivre nos missions et nous en avons encore trois autres cette année… », souligne le Dr Thanh Liem Nguyen. On peut faire un chèque à l’ordre de l’Association des Podiatres Sans Frontières (1050, rue Berri, Montréal, H2L 4X2). 6 PAR ANDRÉC. PASSIOUR CLINIQUE PODIATRIQUE BERRI, 1050, rue Berri, Montréal 514-844-8868 ou www.podiatremontreal.com CLINIQUE PODIATRIQUE CADILLAC, 5770, Sherbrooke Est, Montréal 514-379-3833 ou www.podiatremontreal.com
BIEN VIVRE_ESTHÉTIQUE CONFIDENCES D’HOMMES QUI ONT RECOURS À LA CHIRURGIE ESTHÉTIQUE Nous vivons dans un monde où l’image de soi est devenue une obsession et où nous ne pouvons plus ignorer le rôle que la médecine et la science jouent dans notre quête de beauté et de jeunesse. Si pendant de nombreuses années, les hommes — gais ou non — ont été assez discrets quant à leur utilisation des services médicaux pour améliorer leur apparence, ils sont plus nombreux à accepter d’en parler tout en étant conscients, qu’ils sont soumis à la pression sociale liée à l’apparence. Lorsqu’il est question de chirurgies esthétiques, tout le monde a ses préjugés, favorables ou défavorables. Si certaines personnes plaident la liberté de faire ce qu’elles souhaitent de leur corps, d’autres diront qu’il ne s’agit plus de libertés, mais plutôt d’un effet d’entraînement, d’une pression sociale, d’un désir d’atteindre la perfection qui n’est pas de ce monde. Karl, 54 ans, spécialisé dans le mobilier design, fait des injections de Botox et aussi, un peu, d'acide hyaluronique. « Sincèrement, ce n'est pas pour être coquet, mais par cohérence. J'essaie d'avoir la tête de l'emploi  : il n'est pas facile de vendre des meubles contemporains avec un look démodé ou avec un air fatigué ! Je m'y suis mis à la quarantaine, en même temps que j’ai repris l’entraînement sportif et que j’ai opté pour une cuisine santé. C'était ça ou le début du "naufrage". Je veille à ne pas abuser des injections, car il y a toujours le risque de ressembler à un vieux refait ! » Martin, 49 ans, avocat spécialisé en droit des affaires, a, lui aussi, recours depuis 7 ans à la petite piqûre qui ralentit les aiguilles du temps. « Un jour, vous vous réveillez l’air fatigué à 7 heures du matin bien que vous ayez dormi neuf heures ! Alors imaginez le lendemain d'une séance de travail d'équipe intense pour finaliser un dossier terminé au milieu de la nuit... Ce qui n'est pas le cas pour un confrère junior qui débarque frais comme une rose ! » Du coup, ce grand fauve du barreau se fait régulièrement piquer quelques rides, pratiqu la plus répandue en matière de médecine esthétique masculine. La toxine botulique fige le muscle, ce qui atténue la dureté du regard et les plis sur le front. C'est le Botox, avatar d'une éternelle quête de performance où vivre, c'est forcément croître et plaire. Et ce qui est particulier, c'est qu'il n'y a pas d'âge pour débuter. Les hommes consultent de plus en plus tôt. Il n'est plus rare de voir entrer des trentenaires ou des gars à la fin vingtaine dans les cliniques. C'est une nouvelle génération consciente d'avoir un capital qui s'entretient, très demandeuse de conseils.//106 FUGUES.COM MAI 2019 Pour plusieurs, il est préférable d'intervenir tôt et peu, plutôt que tard et trop. De manière générale, la plupart des hommes considèrent toutefois qu'une intervention est réussie quand elle ne se voit pas et qu’on a simplement l'air de rentrer de vacances. Confirmation de Mathieu, 39 ans, qui travaille dans l’industrie des effets spéciaux numériques. « Je fais une injection de Botox une ou deux fois par an, grand maximum. Car je n'ai ni la vie ni la mentalité d'un homme de mon âge. J'évolue dans un monde ludique, un peu futile, je m'habille et je me comporte encore comme un ado. Il y a cinq ans, un beau matin, j'ai cru voir mon père dans la miroir, alors sans hésiter j'ai pris rendez-vous chez un dermatologue... Depuis, je me sens mieux dans ma peau, bien qu'elle soit légèrement trafiquée ! » L’écueil à éviter selon bien des spécialistes est de paralyser exagérément le front, qui est le siège de l'expression... Excepté certains gars de moins de 30 ans, très décomplexés à ce sujet, la majorité des hommes souhaitent que les interventions ne se voient pas, ne se sachent pas. Ils veulent pouvoir travailler dès le lendemain en ayant juste l'air en pleine forme. P., 50 ans, travaille à la télé. « J'avais pris rendez-vous chez le chirurgien, mais je n'y suis jamais allé. D'abord, j'ai un peu la trouille, et puis je considère que je prendrais plus de risques à modifier mes traits qu'à faire mon âge à l'écran. Avec la HD, à la télé, le maquillage est devenu beaucoup plus léger. Les téléspectateurs connaissent donc mon vrai visage, et j'ai tout intérêt à vieillir avec eux. Cela dit, je ne dis pas que je ne le ferai jamais, on verra dans quelques années. » Surtout si, d'ici là, notre homme rencontre un homme plus jeune que lui. Bien souvent, quand un homme refait sa vie à 50 ans, qu'il se retrouve à nouveau sur le marché ou que son nouveau compagnon à quinze, vingt ou vingt-cinq ans de moins que lui, il poussera probablement la porte d'une clinique médicale spécialisée. Confirmation de Stéphane, consultant informatique  : « à 45ans, mon chum m’a quitté après 20 ans de vie de couple parce qu’il était persuadé que je ne l'aimais plus. En réalité, c'était moi qui ne n'aimais plus beaucoup... J'ai fait du Botox, une intervention sur mes cernes, du Cool Sculpting à la taille et les les cuisses et j'ai repris le sport. Résultat, j'ai rajeuni de presque dix ans, perdu vingt livres... et retrouvé l'amour ! » Être beau est devenu un scénario de vie. Un enjeu, une cause sociale. L'existence dure plus longtemps, mais plus rien ne dure. On change de métier, de conjoint, d'environnement... L'allongement de l'espérance de vie a fait naître une notion de prévention. Les hommes ne veulent plus apparaître déglingués à 40 ans puisqu'ils sont seulement à mi-chemin. On ne se contente plus de son corps biologique, on se crée un corps culturel. On vit désormais à l’époque du selfie, des réseaux sociaux, dans une société où l'on passe son temps à s'observer, à se préoccuper de son apparence. Le Botox et autres chirurgies esthétiques mineures ne sont ni plus ni moins qu'une version clinique de Photoshop  : rapide, réversible, mondialisé. 6 PROPOS RECUEILLIS PAR SÉBASTIEN THIBERT ET YVES LAFONTAINE PHOTO  : ISTOCK



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 1Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 2-3Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 4-5Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 6-7Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 8-9Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 10-11Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 12-13Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 14-15Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 16-17Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 18-19Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 20-21Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 22-23Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 24-25Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 26-27Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 28-29Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 30-31Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 32-33Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 34-35Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 36-37Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 38-39Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 40-41Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 42-43Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 44-45Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 46-47Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 48-49Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 50-51Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 52-53Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 54-55Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 56-57Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 58-59Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 60-61Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 62-63Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 64-65Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 66-67Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 68-69Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 70-71Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 72-73Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 74-75Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 76-77Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 78-79Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 80-81Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 82-83Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 84-85Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 86-87Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 88-89Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 90-91Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 92-93Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 94-95Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 96-97Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 98-99Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 100-101Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 102-103Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 104-105Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 106-107Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 108-109Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 110-111Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 112-113Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 114-115Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 116-117Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 118-119Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 120-121Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 122-123Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 124-125Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 126-127Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 128-129Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 130-131Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 132-133Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 134-135Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 136-137Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 138-139Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 140-141Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 142-143Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 144-145Fugues numéro 36-02 mai 2019 Page 146