Fugues n°35-12 mars 2019
Fugues n°35-12 mars 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35-12 de mars 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 59,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur l'alimentation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
ACTUALITÉS_ICI ET AILLEURS RÉSEAU LGBTQI FRANCOPHONE INTERNATIONAL En juin 2018, une subvention de 4M$ sur cinq ans a été remise entre les mains de Montréal International par Christine St-Pierre, alors ministre des Relations internationales et de la Francophonie du Québec, pour créer et assurer le fonctionnement d’une nouvelle organisation internationale non gouvernementale (OING) à Montréal en faveur de la protection et des droits des personnes LGBTQI dans l’espace francophone. Où en est-on ? Montréal International s’est adjoint les services d’un gestionnaire de projet, en la personne de Daniel St-Louis, pour mettre ce futur réseau sur pied, et a créé un comité d’orientation international pour l’accompagner dans la création de ce réseau. Composé de sept personnes du Québec (Marie-Pier Boisvert, Laurent Breault, Line Chamberland, Esther-Léa Ledoux), de France (Arnaud Gauthier-Fawas), d’Algérie (Frida Wahrania) et de Côte d’Ivoire (Solange Musanganya), ce comité devait concevoir la mission et les orientations stratégiques de ce réseau, et proposer une structure, un mode de fonctionnement ainsi qu’une programmation répondant à ces objectifs. « Au cours des derniers mois, nous avons établi les bases de futurs partenariats qui seront porteurs avec des gouvernements, des ONG, des organismes multilatéraux et institutionnels », relate Daniel St-Louis, gestionnaire de projet/Organisations internationales, chez Montréal International. « L’objectif était d'identifier de possibles partenaires pour soutenir ses activités et de susciter un intérêt auprès des organisations LGBTQI de la société civile pour en devenir membres. À ce jour, nous avons des réactions positives et motivantes pour un projet très utile et structurant pour les communautés LGBTQI francophones. »//018 FUGUES.COM MARS 2019 UNE NOUVELLE OING EN MAI « Alors qu’il y avait peu de démarches communes dans les différents pays francophones, on est en bonne voie de créer de nouvelles occasions pour développer les capacités aux plans local et national, puis appuyer certaines actions sur le terrain. » Selon les propos de Daniel St-Louis, cette nouvelle OING serait lancée en mai 2019 dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie. « Le siège serait à Montréal, et nous sommes en recherche de locaux, même temporaires. Un conseil d’administration provisoire prendra place pour un mandat d’au moins un an, jusqu’à l’assemblée générale programmée pour 2020. » Selon la Global Philanthropy Project, très peu de ressources financières appuient les communautés LGBTQI de l’espace francophone. Cette OING sera donc la bien-venue pour corriger la donne. « Dans le cadre du renforcement des capacités, le réseau LGBTQI francophone international veillera à produire des outils de formation et d’information en français, à favoriser les actions locales dans le sens Nord-Sud, mais aussi Sud-Sud pour aider à la concertation et à la mobilisation. » OUTILLER AVEC VIGILANCE En plus de favoriser ce réseautage parmi les organisations locales et régionales de défense des droits humains, il s’agit aussi de créer des espaces de rencontres – virtuels ou physiques – qui soient sécuritaires et inclusifs. Mais il faut appuyer les associations en tenant compte toutefois des réalités et des besoins des communautés LGBTQI selon les pays francophones. « Toutes ces actions doivent donc se faire avec respect et parfois discrétion pour ne pas nuire aux personnes et organisations LGBTQI sur le terrain. Il faut être sensible aux réalités propres à chaque pays et comprendre les environnements sociaux et politiques de chaque membre de la francophonie et de ce réseau. » « Car, on le sait trop bien, même si la situation des droits est avancée dans certains pays francophones, ce n’est pas encore le cas pour ce qui est de la reconnaissance sociale », déplore Daniel St-Louis. « Dans l'univers francophone, un peu plus d’une douzaine de pays, situés principalement en Afrique, dans les Antilles et au Moyen-Orient, criminalisent toujours les relations sexuelles entre personnes de même sexe. L’homosexualité est encore punie par des peines de prison allant de trois à cinq ans, parfois à perpétuité, quand ce ne sont pas des peines de mort », rappelle-il. 6 MICHEL JOANNY-FURTIN montrealinternational.com FLORENCE ASHLEY RÉCOMPENSÉE PAR LE BARREAU DU CANADIEN Chaque année depuis 1999, le Prix du héros ou de l’héroïne de l’année de la section sur l’orientation et l’identité sexuelles est remis par le barreau canadien à un ou des membres des communautés LGBTB qui font avancer la cause des minorités sexuelles. Pour 2019, c’est Florence Ashley, humaniste et activiste pour les droits transgenres et non binaires. Florence revendique d’utiliser le pronom « ille » pour bien se démarquer des pronoms de genre binaires. Connue et reconnue par ses pair.es aussi bien dans le milieu universitaire que dans le milieu transgenre et non binaire, Florence Ashley. Ille a signé de nombreux papiers pour se porter à la défense des personnes transgenres et non-binaires, pour une meilleure reconnaissance sociale, mais aussi que le regard de la population en général évolue sur toutes les questions entourant le genre. De là, son combat parmi d’autres de supprimer la mention du genre féminin ou masculin sur les actes de naissance. Si ses positions sont souvent tranchées, elles sont toujours méticuleusement argumentées et documentées pour prendre le temps de s’y arrêter. Outre la fin de sa maîtrise en droit à l’Université McGillavec l’achèvement de la rédaction de sa thèse, ille servira l’an prochain comme auxiliaire de la juge SheilahL. Martin de la Cour suprême du Canada première personne ouvertement trans à occuper un tel poste au Canada. Florence Ashley souhaite que des progrès s’accomplissent aussi bien dans l’éducation pour que les jeunes non-binaires soient reconnus, respectés et valorisés, tout comme ille souhaite que les personnes trans migrantes puissent voir leur mention de sexe et de noms sans avoir à attendre leur citoyenneté qui peut atteindre 7 ans. Sans oublier un meilleur accès, une meilleure prise en charge, et la gratuité des soins de transition. Un prix hautement mérité en somme pour une personne déterminée à faire tomber les préjugés, réduire l’ignorance, et améliorer le sort des personnes trans et non-binaires. 6 DENIS-DANIEL BOULLÉ



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 1Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 2-3Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 4-5Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 6-7Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 8-9Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 10-11Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 12-13Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 14-15Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 16-17Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 18-19Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 20-21Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 22-23Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 24-25Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 26-27Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 28-29Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 30-31Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 32-33Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 34-35Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 36-37Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 38-39Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 40-41Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 42-43Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 44-45Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 46-47Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 48-49Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 50-51Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 52-53Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 54-55Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 56-57Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 58-59Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 60-61Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 62-63Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 64-65Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 66-67Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 68-69Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 70-71Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 72-73Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 74-75Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 76-77Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 78-79Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 80-81Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 82-83Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 84-85Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 86-87Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 88-89Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 90-91Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 92-93Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 94-95Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 96-97Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 98-99Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 100-101Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 102-103Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 104-105Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 106-107Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 108-109Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 110-111Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 112-113Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 114-115Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 116-117Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 118-119Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 120-121Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 122-123Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 124-125Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 126-127Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 128-129Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 130-131Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 132-133Fugues numéro 35-12 mars 2019 Page 134