Fugues n°35-11 février 2019
Fugues n°35-11 février 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35-11 de février 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 52,7 Mo

  • Dans ce numéro : amour et couples.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
CULTUREL_LIVRES À lire LA DIOSCURE  : LA CONSPIRATION DES SCORPIONS Troisième opus d’une série qui fait le pari audacieux d’associer deux genres qui fréquentent rarement les mêmes artères  : le roman policier et le roman historique, plus précisément celui portant sur la période du 17 e siècle. Dioscure est le nom de code de Louis de Bourbon-Verneuil, un agent très spécial qui reçoit des missions délicates de son demi-frère, Louis XIII. Alors que le volume précédent le mêlait de près à une affaire de poisons, le voilà maintenant projeté dans une enquête portant sur le décès du maréchal d’Orléans, l’ancien précepteur de Gaston d’Orléans, nul autre que l’un de ses demi-frères. Un scandale politique se trame-t-il en filigrane derrière ce décès ? Le maréchal versait allègrement dans les intrigues  : s’est-il trouvé pris au cœur de l’une de ses propres toiles d’araignée ? N’écoutant que son courage, son esprit analytique et n’hésitant pas à utiliser les charmes de son corps, notre enquêteur se trouve rapidement plongé dans un nœud de vipères où il est parfois difficile de distinguer le traitre de l’allié. Une troisième incursion, haute en couleur, séduction et turpitude, qui nous fait pénétrer dans la cour des Grands comme des petits du Royaume de France. 6 BENOIT MIGNEAULT LA CONSPIRATION DES SCORPIONS/Philippe Gimet. Saint-Martin-de- Londres, 2018. 252p. (La Dioscure)//080 FUGUES.COM FÉVRIER 2019 DEBBIE LYNCH-WHITE  : FAUT QUE JE TE PARLE Moins une biographie qu’un carnet de notes, Faut que je te parle permet cependant à la comédienne de faire flèche de tout bois et d’aborder une multitude de sujets qui n’auraient pas nécessairement trouvé leur place dans un ouvrage de facture plus conventionnelle. Image corporelle (un chapitre portant le titre évocateur de Viking), vieillissement, sexualité et homosexualité, confrontation au fait de devenir plus rangée (Le jour où j’ai commencé à plier mes sacs de plastique), famille, amis, « grossophobie »  : les sujets sont très diversifiés et amenés avec un humour et une verve contagieuse ! Les inconditionnels pourront y découvrir les facettes surprenantes d’une comédienne d’exception. Pour les autres, c’est l’occasion de partir à la découverte d’une femme qui n’hésite pas à porter un regard critique et délicieusement railleur sur sa propre existence, ses forces comme ses travers. 6 BENOIT MIGNEAULT FAUT QUE JE TE PARLE/Debbie Lynch-White. Montréal  : Libre Expression, 2018. 226p. UN POIGNARD DANS UN MOUCHOIR DE SOIE Robert Lalonde nous présente le parcours inhabituel de deux êtres, Romain et Irène, qui n’auraient sans doute jamais dû se rencontrer si ce n’était des manœuvres de Jérémie, un jeune paumé qui vit de la charité des passants. Romain est un professeur de philosophie à la retraite et Irène, une comédienne sur le déclin qui ne se fait plus offrir que des rôles de dame patronnesse. Le premier est veuf et cherche un nouveau sens à sa vie et la seconde, un nouveau rôle à incarner avec brio. Romain s’est amouraché de Jérémie et l’a littéralement arraché à la rue pour le dévorer goulument. Pour sa part, Irène le côtoie lors de ses pauses, dans la ruelle d’un théâtre, et se laisse progressivement séduire par sa verve. Le jeune homme souhaite cependant vivre une vraie « vie de couple » et organise une rencontre faussement inopinée entre ses deux élus. « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point », disait Pascal  : reste à savoir si l’adage s’appliquera ici ou s’il ne s’agit pas plutôt d’un échafaudage fragile qui risque de s’écrouler comme un château de cartes au premier coup de vent. Une incursion atypique dans les méandres du cœur. 6 BENOIT MIGNEAULT UN POIGNARD DANS UN MOUCHOIR DE SOIE/Robert Lalonde. Montréal  : Boréal, 2018. 199p. GARÇON EFFACÉ Les mémoires de Garrard Conley, un garçon de 19 ans auquel on impose de brutales thérapies de conversion lorsque sa famille découvre la vérité quant à son orientation sexuelle. Le « choix » était simple  : subir un désaveu familial ou devenir hétérosexuel. À noter que l’action se déroule en 2004, en Arkansas, et on aurait donc pu s’attendre à une plus grande ouverture d’esprit, mais c’était évidemment sans compter sur un contexte baptiste ultraconservateur (alors que le père est sur le point d’être ordonné pasteur) qui entraine rapidement le jeune Garrard dans une spirale d’interventions ayant pour seul but de lui faire renoncer à une chose jugée profondément dégoutante  : être lui-même. Les cinéphiles auront sans aucun doute reconnu le synopsis du film du même titre (Boy erased, en anglais), mettant en vedette Nicole Kidman, sortie dans un petit nombre de salles à la fin de 2018 et ayant récolté les louanges de la critique. Le sujet des thérapies de conversion est ponctuellement abordé dans les médias, mais il est toujours un peu difficile d’en mesurer la nature et les conséquences. Percutant tout en demeurant nuancé, cet ouvrage a le malheureux privilège de nous en dresser un portrait à la fois saisissant et bouleversant. 6 BENOIT MIGNEAULT GARÇON EFFACÉ/Garrard Conley. Montréal  : Flammarion Québec, 2018. 379p. LES VIES D’ANGES En août dernier, Fugues annonçait la publication prochaine de ce nouveau roman de Daniel French. Histoire étonnante que celle de cet ange qui accompagne les mourants dans leurs derniers moments et de Mélanie, alors au chevet de son père, qui perce le voile mystique qui le cache habituellement du regard des mortels. Un dialogue s’installe entre les deux personnages. La première qui relate son parcours et celui de son père alors que le messager divin, portant le très banal prénom de Louis, révèle un douloureux passé, celui d’un boulanger bisexuel tourmenté, père de plusieurs enfants, dans le Montréal de la fin du 19e siècle. Après avoir goûté à la saveur du corps masculin entre les bras d’un compagnon de travail, il aménage éventuellement un lieu de rencontre pour hommes dans son arrière-boutique et c’est à partir de ce moment que tout commence à se compliquer… 6 BENOIT MIGNEAULT LES VIES D’ANGES/Daniel French. [Montréal]  : Autres choses, 2018. 262p.
LA NEF DE VÉNUS L’art romain regorge de représentations d’organes génitaux masculins et féminins et la lecture populaire qui en est souvent faite est qu’il s’agit sans doute de la pointe de l’iceberg d’une société obnubilée par le sexe. Après tout, quel autre motif qu’une société extrêmement permissive expliquerait un nombre aussi important de vases, statuettes, céramiques, peintures, lampes, pendentifs, amulettes ou boucles d’oreilles à l’effigie de pénis en érection, de vulves ou de relations sexuelles ? La réalité est cependant tout autre et beaucoup plus terre à terre puisque la Rome antique avait des codes moraux relativement stricts même s’ils différaient des nôtres. Alors, pourquoi donc porter un pénis en érection en boucle d’oreille ? Pourquoi illustrer de relations sexuelles explicites le haut des murs des thermes (bains publics) ? Qu’est-ce qui peut expliquer l’utilisation d’une urne funéraire sur laquelle on retrouve une double fellation ? Dans son ouvrage, sous-titré Érotisme et mauvais œil dans l’Est de la Gaule et de l’Empire romain, Nicolas Mengus nous entraine à la découverte des liens profonds entre représentations sexuelles et croyances religieuses, plus particulièrement la notion de mauvais œil. Ce regard simplement envieux ou carrément malveillant qui pouvait être porté par l’Autre sur soi, sur sa famille ou sur ses biens et qui pouvait causer ruine, maladie ou mortalité. La fonction fondamentale de nombre de ces objets sexualisés était donc, non pas d’éveiller le désir, mais bien plutôt de détourner le regard des envieux ou malintentionnés. À titre d’exemple, la présence de représentations érotiques dans le haut des murs des thermes ne visait donc pas à susciter la passion, mais plutôt à détourner les regards de son corps et de l’envie que pouvait susciter sa santé physique et financière. Un ouvrage bien documenté et abondamment illustré qui, bien que réduisant à zéro notre regard libidineux sur le passé, n’en demeure pas moins fascinant ! 6 BENOIT MIGNEAULT LA NEF DE VÉNUS  : ÉROTISME ET MAUVAIS ŒIL DANS L’EST DE LA GAULE ET DE L’EMPIRE ROMAIN/Nicolas Mengus. Bernardswiller  : I.D. l’Édition, 2018. 128p. MÉNAGE À 3, VOL. 2 Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. Un proverbe qui résume bien l’attente incommensurable longue que les admirateurs de la série de Gisèle Lagacé et David Lumsdon ont dû affronter entre la publication du volume 1 et 2 de la série, soit neuf ans ! La série suit les tribulations de Gary, un jeune homme très Ivory Neige (et vierge) qui approche dangereusement de la trentaine, et de ses deux colocataires  : Zii, une bisexuelle délurée et DiDi qui l’est également ou… pas du tout. Ajoutons à cela une ribambelle de personnages aux personnalités, métiers et orientations plus diversifiées les unes que les autres. Une particularité de la série est que l’action se déroule à Montréal et que, bien qu’écrite dans la langue de Shakespeare, de nombreux dialogues entremêlent le français et l’anglais et qu’on retrouve même des commerces, des publicités ou des chansons dans la même langue (notamment « T’es mon amour, t’es ma maîtresse »). Un style visuel très manga dans lequel on retrouve un alliage parfaitement bien maîtrisé entre naïveté et volupté, dans une série d’aventures explosives et hilarantes, qui arrachent sourires et éclats de rire ! Je vous laisse d’ailleurs découvrir de quelle manière Zii règle son cas à un troll de Laval ! 6 BENOIT MIGNEAULT MÉNAGE À 3, VOL. 2/Gisèle Lagacé et David Lumsdon. Richmond Hill, Ont.  : Udon Entertainment Production, 2018. 350p. 812027EX



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 1Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 2-3Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 4-5Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 6-7Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 8-9Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 10-11Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 12-13Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 14-15Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 16-17Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 18-19Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 20-21Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 22-23Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 24-25Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 26-27Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 28-29Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 30-31Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 32-33Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 34-35Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 36-37Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 38-39Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 40-41Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 42-43Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 44-45Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 46-47Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 48-49Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 50-51Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 52-53Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 54-55Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 56-57Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 58-59Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 60-61Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 62-63Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 64-65Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 66-67Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 68-69Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 70-71Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 72-73Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 74-75Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 76-77Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 78-79Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 80-81Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 82-83Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 84-85Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 86-87Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 88-89Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 90-91Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 92-93Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 94-95Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 96-97Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 98-99Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 100-101Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 102-103Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 104-105Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 106-107Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 108-109Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 110-111Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 112-113Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 114-115Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 116-117Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 118-119Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 120-121Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 122-123Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 124-125Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 126-127Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 128-129Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 130-131Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 132-133Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 134