Fugues n°35-11 février 2019
Fugues n°35-11 février 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35-11 de février 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 52,7 Mo

  • Dans ce numéro : amour et couples.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
CULTUREL_SUR SCÈNE Sortir DU 13 AU 16 FÉVRIER — XENOS D’AKRAM KHAN XENOS, UNE ÉPOPÉE POUR UN DANSEUR ET CINQ MUSICIENS Le danseur et chorégraphe Akram Khan est devenu un habitué des saisons de Danse Danse. Acclamé dès sa première prestation en 2006, avec Ma. Il l’est de nouveau dans ce duo improbable, In-I, qu’il crée avec l’actrice française Juliette Binoche, présenté à Montréal en 2009. Il est invité de nouveau pour présenter Vertical Road en 2012. Enfin, en 2017, avec Until The Lions, le chorégraphe présente une autre facette de sa création. Avec XENOS (étranger en grec) présenté cette année, Akram Khan est seul en scène pour une allégorie sur la Première guerre mondiale. Akram Khan se singularise par une création qui lie deux cultures, occidentale et sud-asiatique. De là sa formation en danse contemporaine et une danse indo-persane, le Kathak. Dès son premier solo Loose in Flight, le jeune danseur est remarqué et encensé par la critique. Depuis, la Akram Khan Company tourne sur tous les continents. Le métissage des cultures est aujourd’hui la signature et l’écriture chorégraphique d’Akram Khan, toujours en recherche d’explorer le langage du corps. Chacune de ses créations est une réinvention, avec l’idée de repartir d’une page blanche et de l’investir des préoccupations de l’artiste mais qui sont aussi les nôtres. Pour sa dernière apparition sur scène comme interprète soliste, Akram Khan et son équipe de collaborateurs puisent dans les archives du XX e siècle pour révéler l’histoire occultée de millions d'hommes non occidentaux mobilisés//074 FUGUES.COM FÉVRIER 2019 par les armées européennes et américaines pendant la Première Guerre mondiale. Plus d’un million d’entre eux étaient venus de l’Inde, enrôlés par l’Empire britannique. Ces soldats ont combattu et sont morts en Europe, en Afrique et au Moyen Orient. Ils sont souvent oubliés quand on évoque les deux grandes guerres mondiales. Dans XENOS, Khan réanime ce pan méconnu de l’histoire, représentant autant le « nous » de l’humanité entière que cet « autre » anonyme, oublié de tous.. En entrevue dans d’autres médias, Akram Khan assurait qu’il s’agit de son dernier solo, mais pas de sa dernière création. Comme toujours, le chorégraphe oriente sa création vers l’idée du spectacle total, ce qui inclut entre autres cinq musicien.nes et chanteur.ses sur scène qui joue déjà sur scène lors de l’entrée des spectateurs dans la salle invitant chacun à s’immerger dans l’univers de Khan. La violence, la mort, la lutte pour sa survie dans un monde dévasté par la guerre où chaque seconde peut-être la toute dernière. Si l’aventure de XENOS peut sembler au départ une plongée dramatique dans l’horreur, c’est aussi une réflexion sur la découverte et l’acceptation de l’Autre, dans ses différences, dans son histoire et sa culture singulières, d’où l’importance pour Akram Khan de se perdre dans la danse Kathak, un retour aux liens les plus sacrés avec la vie, l’espoir qu’est la culture, qu’est chaque culture. La culture pour rassembler face à la violence qui sépare. Akram Khan, par ses origines, a toujours revendiqué le désir de porter des messages, de bousculer nos perceptions rejoignant ainsi la grande majorité des artistes tout art confondu sur la résistance politique qui se dégage de toute œuvre, si nous savons voir, si nous savons écouter, si nous sommes encore capables de nous indigner comme de nous émerveiller. Danseur talentueux, engagé, inspiré et inspirant, Akram Khan, encore une fois dévoile ce que le corps peut nous dire, ce que le mouvement peut nous donner en termes d’émotions, avec une physicalité exceptionnelle et époustouflante. XENOS est peut-être aussi le chant du cygne du danseur comme solo, un testament, un requiem, ou tout simplement une ode à la vie, même dans ce qu’elle a de plus tragique. 6 DENIS-DANIEL BOULLÉ XENOS, au Théâtre Maisonneuve, les 13, 14, 15, 16 février 2019, à 20h, Chorégraphié et interprété par Akram Khan, dans le cadre de Danse Danse. dansedanse.ca PHOTOS  : JEAN-LOUIS FERNANDEZ



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 1Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 2-3Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 4-5Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 6-7Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 8-9Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 10-11Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 12-13Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 14-15Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 16-17Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 18-19Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 20-21Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 22-23Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 24-25Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 26-27Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 28-29Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 30-31Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 32-33Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 34-35Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 36-37Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 38-39Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 40-41Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 42-43Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 44-45Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 46-47Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 48-49Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 50-51Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 52-53Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 54-55Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 56-57Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 58-59Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 60-61Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 62-63Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 64-65Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 66-67Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 68-69Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 70-71Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 72-73Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 74-75Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 76-77Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 78-79Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 80-81Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 82-83Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 84-85Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 86-87Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 88-89Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 90-91Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 92-93Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 94-95Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 96-97Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 98-99Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 100-101Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 102-103Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 104-105Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 106-107Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 108-109Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 110-111Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 112-113Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 114-115Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 116-117Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 118-119Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 120-121Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 122-123Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 124-125Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 126-127Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 128-129Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 130-131Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 132-133Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 134