Fugues n°35-11 février 2019
Fugues n°35-11 février 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35-11 de février 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 52,7 Mo

  • Dans ce numéro : amour et couples.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
ACTUS_D’AILLEURS Ex... et techno ÉTATS-UNIS HARCÈLEMENT ET RESPONSABILITÉ « C’était comme un épisode de Black Mirror », a déclaré Matthew Herrick, dont le procès très médiatisé chez nos voisins américains, prétend que Grindr a détourné les yeux alors que son ex le tourmentait. Ce New-Yorkais d’abord débouté par un premier tribunal, pourtant conscient du problème et de l’inaction de Grindr, se retrouve devant la Cour d’appel de l’État de New York qui a accepté de se saisir de la question. En cinq mois, plus de 1000 hommes se sont présentés au domicile et sur le lieu de travail de Matthew Herrick, pensant qu'ils avaient communiqué avec lui via l'appli de rencontres Grindr. En fait, c'était l'ex de Herrick qui avait invité tous ces inconnus, après avoir créé des faux comptes Grindr. Dans les messages, l'ex en question se faisait passer pour Herrick et convainquait jusqu’à vingt gars par jour que Matthew Herrick voulait coucher avec eux. Il est même allé jusqu'à préciser que si Herrick avait l'air réticent, il fallait insister car cela faisait partie d'un fantasme de viol. Certains épisodes ont viré à la violence, notamment lorsqu'un inconnu a refusé de quitter l'immeuble et que la police a dû intervenir. « Ma vie a été complètement chamboulée. Je n'ai plus de vie privée. Je me suis senti humilié tous les jours. J’ai vécu l'enfer », confie Herrick. Les ordonnances de protection et les rapports de police contre J.C. n'ont pas permis d'arrêter le flot de harcèlement. Herrick, ses amis et ses avocats ont soumi plus de 100 plaintes à Grindr lui demandant de bloquer J.C., mais ils n'ont reçu aucune réponse. Finalement, Herrick a poursuivi Grindr en justice pour tenter de forcer l’entreprise à faire quelque//046 FUGUES.COM FÉVRIER 2019 chose pour mettre fin au cauchemar. Grindr a fait valoir qu'en vertu de la loi fédérale, il n'était pas obligé légalement d'aider Herrick. En février 2017, à contrecœur, une juge fédérale a donné raison à l’appli. Les avocats de Herrick prétendent maintenant que la juge s’est trompée. Ils ont porté l'affaire devant la cour d'appel américaine, qui a accepté d’entendre la cause. La décision des juges pourrait avoir de lourdes conséquences sur ce que les entreprises de médias sociaux et d'applications doivent faire pour lutter contre le harcèlement sur leurs plateformes. J.C. a été arrêté le 23 octobre 2017 et a été accusé de harcèlement criminel, d'usurpation d'identité criminelle, de faux rapport de police et de désobéissance à une ordonnance du tribunal. Il vient de plaider noncoupable lors de la nouvelle audience et est détenu en attente du procès ou d’une caution de 500 000 dollars. Au cœur du litige se trouve le degré de protection de l’article 230 de la Communications Decency Act qui confère à un site Web (ou à une application) une quasi-immunité concernant les actes commis sur sa plateforme par des utilisateurs. C’est cette loi américaine qui empêche Twitter d’être poursuivi en justice pour des tweets controversés ou que Yelp soit poursuivi en justice pour des critiques négatives de restaurants par les utilisateurs, que ceux-ci soient faux ou non, légitimes ou non. Mais une coalition croissante de groupes de défense des consommateurs et de défenseurs des victimes de la violence conjugale affirme que l'article 230 incite les entreprises à fermer les yeux sur les abus ou même qu’elle favorise leur existence. « Toute cette affaire est horrible », a déclaré le juge Dennis Jacobs, l’un des trois juges entendus lors de l’appel de Herrick. « Mais la question est  : quelle est la responsabilité de Grindr dans tout ça ? » En 2017, la juge qui a statué en faveur de Grindr en 2017, avait elle-même déclaré qu’elle ne trouvait pas que « ce que Grindr a fait était acceptable ». Mais en vertu de l'article 230, la juge Valerie E. Caproni avait statué, qu’une application de rencontres telle que Grindr ne pouvait pas être poursuivie en justice parce qu'un de ses utilisateurs harcelait quelqu'un via la plate-forme. Pour l’avocate Carrie Goldberg, qui se spécialise dans les cas de revenge porn, « les entreprises ne méritent pas de protections spéciales lorsque leur produit est dangereux ». L’ATTITUDE ARROGANTE DE GRINDR Ce qui choque en particulier dans cette affaire, c’est l’attitude de Grindr devant les demandes répétées de la victime et de ses avocats. La direction a refusé de faire quoi que ce soit. Une autre application de rencontre similaire – Scruff – où l’ex avait également posté des annonces similaires, avait réagi rapidement de façon très différente aux faux profils. Après une plainte de Herrick, et les vérifications d’usage, Scruff avait empêché l'ex de créer de nouveaux comptes avec le même ordinateur et la même adresse IP. Au moins deux autres entreprises offrant des services similaires — Jacked et Hornet — ont affirmé qu’elles peuvent et ont opté de réagir lorsque des plaintes simi-laires légitimes sont portées à leurs attention. La cour d’appel n’a pas précisé quand elle rendrait sa décision. C’est la première fois qu’elle doit examiner l’article 230 dans une affaire impliquant non seulement une application basée sur la technologie de géolocalisation, mais une application tout court, mais, selon les avocats de Grindr, cela ne change rien. « La géolocalisation est un système neutre », a déclaré lundi au tribunal Daniel P.Waxman, l'un des avocats de Grindr. « Il est ouvert aux bons utilisateurs et aux mauvais utilisateurs. » Dans un document de cour, la société a déclaré que l’appli est un « espace sécurisé » qui permet aux personnes gaies, bisexuelles, trans, queer et autres de se connecter et que, pour offrir aux utilisateurs flexibilité et discrétion sur leurs relations amoureuses et sexuelles, elle demande très peu d'informations, et ne vérifie pas les profils. Si une personne le souhaitait, une personne malveillante pourrait simplement créer de nouveaux profils liés à des adresses électroniques différentes sans que l'application puissent jamais le détecter, avait déclaré l'avocat de Grindr lors d'une des audiences lors du procès de première instance, en 2017. La protection de la vie privée des utilisateurs de Grindr a été maintes fois mise en cause. L’année dernière, une enquête a révélé que l’application avait partagé le statut sérologique de ces utilisateurs - lié à leurs données GPS, leur numéro de téléphone et leur adresse électronique - à deux sociétés externes à des fins de marketing social et publicitaire. Au départ, Grindr a déclaré que le partage des données était une pratique courante dans l'industrie, puis il a annoncé qu'il cesserait de le faire « pour apaiser les craintes de la population. » Un article relatant que Grindr avait par le passé révélé l'emplacement exact des utilisateurs et n'avait pas mis en œuvre le simple ajustement nécessaire pour résoudre le problème. 6 YVES LAFONTAINE SOURCE  : PINKNEWS ET OUTLINE
807004EX



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 1Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 2-3Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 4-5Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 6-7Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 8-9Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 10-11Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 12-13Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 14-15Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 16-17Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 18-19Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 20-21Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 22-23Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 24-25Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 26-27Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 28-29Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 30-31Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 32-33Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 34-35Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 36-37Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 38-39Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 40-41Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 42-43Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 44-45Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 46-47Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 48-49Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 50-51Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 52-53Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 54-55Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 56-57Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 58-59Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 60-61Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 62-63Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 64-65Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 66-67Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 68-69Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 70-71Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 72-73Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 74-75Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 76-77Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 78-79Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 80-81Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 82-83Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 84-85Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 86-87Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 88-89Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 90-91Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 92-93Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 94-95Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 96-97Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 98-99Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 100-101Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 102-103Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 104-105Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 106-107Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 108-109Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 110-111Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 112-113Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 114-115Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 116-117Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 118-119Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 120-121Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 122-123Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 124-125Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 126-127Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 128-129Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 130-131Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 132-133Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 134