Fugues n°35-11 février 2019
Fugues n°35-11 février 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35-11 de février 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 52,7 Mo

  • Dans ce numéro : amour et couples.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
ENTREVUE_AVEC FRANCIS BÉDARD Trouver sa voix COEUR VITRAIL DE FRANCIS BÉDARD FRANCIS BÉDARD ABORDE L’HOMOSEXUALITÉ SANS DÉTOUR AVEC SON PREMIER ALBUM//018 FUGUES.COM FÉVRIER 2019
Le chanteur Francis Bédard, que le grand public a connu en 2015 à La Voix, aborde des thématiques comme la rupture, les nouveaux départs, la quête intérieure et la recherche de l’amour véritable dans son tout premier album, Coeur vitrail. Cela dit, on ne peut faire autrement que de remarquer à quel point il chante sans gêne à propos de l’homosexualité, comme peu d’interprètes québécois l’ont fait avant lui. Dans Toujours là, tu chantes « Si j’avais pu seulement le dire/Qui j’aimais sans laisser mourir ma voix/Tu serais toujours là/Si j’avais pu seulement le dire/Que j’aimais un homme sans mentir ». Le chanson parle-t-elle d’une expérience personnelle ? Non, c’est plutôt métaphorique. Ça ne m’est jamais arrivé de tomber en amour et ne pas pouvoir en parler, mais j’ai sûrement manqué plusieurs opportunités pendant les années où je ne m’assumais pas. Avant de faire mon coming-out à 18 ans, j’ai eu une blonde et essayé d’être comme ce que je croyais qu’il fallait être. Si j’avais été assumé, j’aurais probablement profité de plusieurs autres possibilités. Cela dit, l’idée de mentir sur ses amours me rejoignait beaucoup. Il y a plein de gens à qui c’est arrivé et je trouvais ça intéressant de chanter ça avec un point de vue de l’intérieur. C’est plutôt rare qu’un artiste aborde le sujet. Donc, personne de l’industrie musicale ne t’a demandé de mentir sur ton orientation sexuelle ? Quand j’ai commencé ma carrière de chanteur, il y a dix ans, on m’a suggéré de ne pas dire que je suis gai, parce que ça ne passerait peutêtre pas bien auprès du public. Mais les choses ont beaucoup changé depuis. Dans mon album, je suis content d’assumer mon orientation à 100%. De nos jours, on dit souvent à quel point la situation est mieux qu’avant, mais il y a encore beaucoup de personnes qui ont peur de sortir du placard. En tant qu’artiste, c’est la moindre des choses de partager comment je me sens sur la question et d’aider ceux qui ne sont pas confortables face à ça. Pourquoi avoir nommé l’album Coeur vitrail ? Parce que le mot « cœur » revient dans presque toutes les chansons. L’album est près de moi, de mon cœur. Et « le vitrail » représente les nombreuses couleurs de ma personnalité. D’une chanson à l’autre, on entend vraiment des ambiances musicales différentes. Le vitrail évoque aussi la transparence et la fragilité. Quelles émotions t’habitaient en lançant ton premier album ? Beaucoup de fierté ! J’ai tout produit et co-réalisé de A à Z, en plus de gérer la pochette et d’organiser le lancement. J’avais aussi très hâte que ça arrive. Ça faisait plus d’un an que je travaillais là-dessus. J’étais très fébrile de découvrir les réactions des gens. Depuis quelques semaines, ils sont plusieurs à me dire qu’ils s’identifient aux chansons. C’est ce que j’espérais. Pourquoi avoir attendu 3 ans après La Voix pour lancer un album ? Je voulais vraiment prendre le temps de trouver mon style. Je trouvais que ce que je faisais avant ne se démarquait pas vraiment. Avec le temps et la maturité, j’ai trouvé une niche qui me ressemble davantage. Je fais de la pop contemporaine avec des sonorités électro. Ma façon d’interpréter a aussi changé, tout comme les thèmes que j’ai choisis. Des chansons sur l’homosexualité, le couple ouvert ou dire à un homme que je l’aime, je ne pense pas que tout le monde chanterait ça. Ça me ressemble davantage. Tu retiens quoi de ta participation à l’émission ? Qu’il faut travailler fort après ! En 2015, c’était la troisième édition. Donc, même si c’est une super belle vitrine et que j’ai été très exposé au public, c’était moins rare qu’au début de dire que j’avais fait La Voix. On est environ 48 participants par année. Quand ça se termine, il faut donc focaliser sur ce qu’on veut accomplir et ne rien tenir pour acquis. Est-ce que tu as encore des contacts avec ton ancien coach, Marc Dupré ? Oui, on se parle de temps en temps. Durant le processus de création de mon album, je lui ai fait entendre mes chansons et il m’a donné plusieurs conseils. Qu’est-ce qui t’attend dans les prochains mois ? On va lancer le deuxième extrait radio, Mon coeur te demande. Et je vais commencer à donner des spectacles cet été et l’automne prochain. Je ne peux pas avant puisque je travaille comme courtier immobilier à temps plein.6 SAMUEL LAROCHELLE L'album « COEUR DE VITRAIL » de Francis Bédard PHOTOS  : ANNIE DIOTTE/LA PTITE PHOTOGRAPHE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 1Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 2-3Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 4-5Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 6-7Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 8-9Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 10-11Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 12-13Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 14-15Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 16-17Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 18-19Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 20-21Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 22-23Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 24-25Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 26-27Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 28-29Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 30-31Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 32-33Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 34-35Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 36-37Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 38-39Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 40-41Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 42-43Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 44-45Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 46-47Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 48-49Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 50-51Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 52-53Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 54-55Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 56-57Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 58-59Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 60-61Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 62-63Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 64-65Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 66-67Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 68-69Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 70-71Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 72-73Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 74-75Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 76-77Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 78-79Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 80-81Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 82-83Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 84-85Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 86-87Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 88-89Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 90-91Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 92-93Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 94-95Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 96-97Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 98-99Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 100-101Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 102-103Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 104-105Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 106-107Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 108-109Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 110-111Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 112-113Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 114-115Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 116-117Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 118-119Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 120-121Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 122-123Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 124-125Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 126-127Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 128-129Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 130-131Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 132-133Fugues numéro 35-11 février 2019 Page 134