Fugues n°35-09 décembre 2018
Fugues n°35-09 décembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35-09 de décembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 146

  • Taille du fichier PDF : 59,1 Mo

  • Dans ce numéro : prévenir et mieux vivre avec le VIH.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
PRÉVENIR & VIVRE AVEC LE VIH L’auto-prélèvement LE PROGRAMME PRELIB POUR FAVORISER LE DÉPISTAGE ! Disons que tu as rencontré un autre gars super hot sur une apple week-end passé, le sexe était très bon. Mais tu te poses des questions sur ce que vous avez fait. Mais tu ne veux pas aller voir le doc de la famille qui soigne ta sœur, ton petit frère, ta mère et ton père ? Tu ne sais pas comment il va réagir si tu lui dis que tu as baisé avec un autre gars ? Et si peut-être tu as pogné une ITSS ou, peut-être pas non plus ? Une quoi ? Alors quoi faire, où aller, qui voir ? Fruit de la coopération des médecins de la nouvelle Clinique médicale Quorum et d’une équipe de collaborateurs – designers, programmeurs web, etc. – ces médecins proposent une solution à la fine pointe de la technologie pour encourager le dépistage du VIH et d’autres ITSS (infections transmissibles sexuellement et par le sang). Et ça s’appelle PRE- LIB ! Le lancement du site-programme est prévu pour le 1er décembre, Journée mondiale de la lutte contre le sida. « L’idée est de combiner les technologies de télécommunications à l’expertise médicale dans le domaine des ITSS. L’objectif est d’encourager le dépistage en facilitant l’accès à ces types de services tout en limitant le sentiment de gêne et de jugement parfois ressenti lorsqu’on parle de sexualité. Il persiste encore aujourd’hui des croyances erronées au sujet du VIH et des ITSS, freinant certaines personnes à l’idée de faire des tests de dépistage. On remarque également une augmentation des ITSS particulièrement auprès des gais et bisexuels de 15 à 24 ans. Il faut donc à la fois favoriser l’éducation sexuelle, mais aussi s’adapter à la réalité de tous et toutes, notamment celle des jeunes d’aujourd’hui qui sont sur le web, sur les réseaux sociaux, etc. PRELIB vise donc à démystifier tout ce qui entoure les ITSS, le dépistage, le test sanguin… », explique D r Maxim Éthier, l’un des quatre médecins de la Clinique médicale Quorum et qui sont les concepteurs de PRELIB. On invite la personne à remplir un questionnaire en ligne permettant d’évaluer ses comportements, et ce, chez elle, en toute intimité. Des conseils personnalisés lui sont ensuite remis, adaptés à ses besoins. « L’important ici est que la personne se sente à l’aise et rassurée », poursuit le Dr Éthier, qui est médecin depuis 2014. « Après avoir pris connaissance des réponses, des conseils personnalisés sur les comportements//024 FUGUES.COM DÉCEMBRE 2018 sont donnés et on peut suggérer de faire un test de dépistage des ITSS, recommander la prise de PPE (prophylaxie post exposition sexuelle) ou de PrEP (prophylaxie pré-exposition sexuelle) », dit ce médecin qui, au moment de l’entretien téléphonique, était encore à la conférence annuelle de Glasgow, la HIV Drug Therapy, qui rassemble des centaines de médecins et de scientifiques de partout à travers le monde. En quelques clics, un rendez-vous pour un dépistage est assigné et une évaluation médicale électronique est complétée par téléconsultation. Mais ce sera une sorte « d’auto prélèvement ». Le prélèvement, lui, est donc fait de façon autonome par le patient au centre PRELIB, à l’intérieur duquel on y retrouve trois cabines. Celles-ci contiennent des écrans projetant des vidéos explicatives quant aux étapes à suivre afin de compléter la collecte d’échantillons. Si une prise de sang est nécessaire, une infirmière est sur place pour l’effectuer. Quant aux résultats des tests, ils sont rapidement affichés en ligne sur le portail patient, en moins de 7 jours. « On veut faciliter en toute confidentialité l’accès au dépistage des ITSS du début à la fin et ainsi prévenir la crainte du jugement », poursuit le Dr Éthier. Tout est fait pour mettre à l’aise le patient, c’est d’ailleurs pourquoi le centre de dépistage est accessible depuis la rue Saint-Hubert. Advenant un résultat positif à une ITSS ou au VIH, le patient serait rapidement pris en charge par le médecin responsable, soit à la clinique Quorum ou dans une autre clinique. « Partenaire avec la clinique Quorum, PRELIB offrira un corridor de services pour recevoir un traitement en 24h à même la clinique, à moins que la patient préfère consulter ailleurs », souligne le D r Maxim Éthier. Ce qui est capital ici, c’est que l’accès au dossier médical est disponible en ligne pour le patient en tout temps de façon confidentielle. « Un tel programme est novateur en Amérique du Nord. C’est un tout nouvel outil de prévention qui, je crois, aura un impact positif majeur sur l'accessibilité au dépistage à l’ère du numérique », dit le Dr Maxim Éthier. 6 ANDRÉC. PASSIOUR Programme PRELIB  : www.prelib.com TÉMOIGNAGE MAX... SE SOUVIENT ! « J'avais 29 ans quand j'ai appris ma contamination. C'était en 1989. Cette année-là, j'ai perdu mon chum, qui est mort à 35 ans d'une toxoplasmose. Quatre autres bons amis sont aussi morts du sida dans les trois années qui ont suivies. À l'époque, il n'y avait pas d'espoir. J'étais convaincu qu'il ne me restait que quelques mois à vivre. Autour de moi, j’ai vu des connaissances emportées par la maladie, parfois en quelques jours. » Au milieu des années 1990, la prescription de sa première trithérapie sonne comme une « mauvaise nouvelle ». Le surdosage des traitements et les nombreux effets secondaires qui en découlent le contraignent à arrêter de travailler un certain temps. Mais « c'est grâce à ces traitements que je suis toujours en vie. Cela dit, à l'époque, cela n'a pas toujours été facile à gérer. » Pendant des années, il s’était battu avec énergie pour rester en vie, tout en pensant qu’il allait mourir. Et brusquement, il pouvait réinvestir cette vie à laquelle il avait cesser de croire. Séropositif depuis maintenant 29 ans, Maxime s'estime aujourd'hui « en bonne santé ». « À part le fait que je prends des pilules tous les jours, je vis normalement », assure-t-il tout en confiant avoir désormais une vision « beaucoup plus sereine de son avenir ». Grâce à son traitement et des contrôles de santé réguliers, il sait désormais qu'il n'est plus contaminant. « J'ai une charge virale indétectable, je ne risque plus de transmettre le virus. C’est un poids immense que je n’ai plus sur mes épaules. C'est vraiment quelque chose que je ne pensais pas connaître », dit-il avec soulagement. » 6 YVES LAFONTAINE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 1Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 2-3Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 4-5Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 6-7Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 8-9Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 10-11Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 12-13Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 14-15Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 16-17Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 18-19Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 20-21Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 22-23Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 24-25Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 26-27Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 28-29Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 30-31Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 32-33Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 34-35Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 36-37Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 38-39Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 40-41Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 42-43Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 44-45Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 46-47Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 48-49Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 50-51Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 52-53Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 54-55Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 56-57Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 58-59Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 60-61Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 62-63Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 64-65Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 66-67Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 68-69Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 70-71Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 72-73Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 74-75Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 76-77Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 78-79Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 80-81Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 82-83Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 84-85Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 86-87Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 88-89Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 90-91Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 92-93Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 94-95Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 96-97Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 98-99Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 100-101Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 102-103Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 104-105Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 106-107Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 108-109Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 110-111Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 112-113Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 114-115Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 116-117Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 118-119Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 120-121Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 122-123Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 124-125Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 126-127Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 128-129Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 130-131Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 132-133Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 134-135Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 136-137Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 138-139Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 140-141Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 142-143Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 144-145Fugues numéro 35-09 décembre 2018 Page 146