Fugues n°35-08 novembre 2018
Fugues n°35-08 novembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35-08 de novembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 53,6 Mo

  • Dans ce numéro : afficher ses couleurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
RÉGION DE QUÉBEC_INFO Sortir QUÉBEC LE ST-MATTHEWS 819, Côte-Ste-Geneviève, Québec Derrière la Piazetta de la rue St-Jean. Ce bar gai ouvert tous les jours de 11h à 3h est surtout fréquenté par des hommes. On y trouve une table de billard, une terrasse et des appareils de loterie vidéo. Les moments forts sont les samedis soirs avec piste de danse, alors que l’endroit se transforme en discothèque, de même que les 5 à 7, particulièrement celui du samedi car on y fait tirer des prix de présence. Le St- Matthew’s est situé au 889, Côte-Ste- Geneviève, derrière la Piazzetta de la rue Saint-Jean. CABARET CLUB LE DRAGUE 815, rue Saint-Angustin, Québec T. 418-649-7212 facebook.com/ledrague ledrague.com Complexe ouvert à tous et à toutes avec borne wifi, comprenant  : la verrière ouverte tous les jours dès 10h, Le Cabaret ouvert tous les jours dès 16h et la ZONE 3 ouverte du mercredi au samedi. La discothèque (CLUB) sur deux niveaux vous accueille du jeudi au samedi à partir de 23h avec sa musique à la fine pointe des tendances musicales. 815, rue Saint-Augustin, Québec. 418-649-7212 facebook.com/ledrague ou ledrague.com CLUB SOCIAL FORHOM 221, rue Saint-Jean, Québec T. 418-522-4918, forhom.ca Bar pour hommes seulement situé au rez-de-chaussée de l’édifice bicentenaire du complexe Bloc 225. Géré entièrement par une équipe de bénévoles gais, pour les hommes de la communauté. Ouvert aux membres et nonmembres. Spécial 5 à 7, du mercredi au dimanche sur la bière en fût et sur combo pizza et bière ou boisson gazeuse. Vendredi billard en bobettes, de 19h à 21h. Dimanche soir, souper boîte à lunch. LE DAGOBERT 600, Grande-Allée Est, Québec T. 618-522-0393 www.dagobert.ca Club populaire auprès des jeunes et des touristes visitant la Vieille Capitale. Clientèle mixte, hétéro et gaie. Soirées avec des DJ gais de Québec ou de Montréal la fin de semaine. CHICOUTIMI BAR LE TUNNEL 445, rue Sainte-Marthe, Chicoutimi. T. 418-543-0003 Bar gai à Chicoutimi. OUTAOUAIS OTTAWA LOOKOUT BAR 41, rue York, Ottawa. T. 613-798-1624 Bar de quartier avec soirée karaoké tous les soirs. Ambiance relaxe.//092 FUGUES.COM NOVEMBRE 2018 THE DRAGONFLY BELLES-SOEURS THÉÂTRE THE DRAGONFLY OF CHICOUTIMI UNE INTROSPECTION RÉVÉLATRICE Du 30 octobre au 24 novembre, le Théâtre de la Bordée présente The Dragonfly of Chicoutimi, une pièce du dramaturge et auteur québécois Larry Tremblay datant de 1993 et mise en scène par Patric Saucier assisté d’Edwige Morin. Les amateurs de théâtre de Québec ont eu la chance de voir d’autres créations de Larry Tremblay  : Leçon d’anatomieà la Bordée en 2005 etL’orangeraieau Théâtre du Trident en 2016. Dans The Dragonfly of Chicoutimi - ville d’origine de Larry Tremblay, les comédiens Jack Robitaille, qui a joué dans L’orangeraie, et Sarah Villeneuve-Desjardins (Incendies au Trident en mars 2018, Belle famille au Théâtre La Roche à Veillon de Saint-Jean- Port-Joli pendant l’été 2017) interprètent respectivement les rôles de Gaston Talbot et de la mère de ce dernier. Cette pièce introspective sur le thème de l’identité québécoise est jouée avec des mots d’anglais, mais compréhensibles pour des Québécois francophones, selon la Bordée. Cette pièce a d’ailleurs été jouée pour la première fois en mai 1995 au Théâtre d’Aujourd’hui, dans le cadre du Festival de théâtre des Amériques, année référendaire au Québec. « Après des années de silence résultant d’un traumatisme, Gaston Talbot, originaire de Chicoutimi, se réveille d’un rêve étrange pour découvrir qu’il a perdu l’usage de sa langue maternelle, raconte la Bordée sur son site Web. Dans un anglais syntaxiquement contaminé par le français, il fait le récit de sa vie et de ce rêve où il se transforme en libellule (dragonfly), dévore sa mère, s’envole audessus de sa ville natale avant de s’écraser dans le douloureux souvenir d’un drame survenu durant son adolescence. Par de nombreux détours, mensonges, rétractations, il parle de lui, de sa mère, de sa relation ambiguë avec Pierre Gagnon, son ami d’enfance, pour finalement révéler l’origine de son traumatisme. » Les représentations ont lieu du mardi au samedi, à 19h30, à l’exception des samedis 17 et 24 novembre à 16h et le mardi 20 novembre à 13h. Les billets sont en vente sur le site Web de la Bordée (bordee.qc.ca) au prix de 28$ pour les 30 ans et moins, 33$ pour les 60 ans et plus et 38$ pour les autres spectateurs (taxes et frais de service non inclus). 6 ÉRIC WHITTOM DANSE PAUL-ANDRÉ FORTIER PAF CÉLÈBRE 70 ANS SUR SCÈNE Dans le cadre d’une tournée canadienne, Paul-André Fortier, chorégraphe et interprète en danse de Montréal, présentera Solo 70, les 29 et 30 novembre à 20h, à la salle Multi du complexe Méduse. Âgé de 70 ans, il fête ses 40 ans de carrière sur scène avec un « faux solo », puisqu’il est accompagné du comédien Étienne Pilon et de la compositrice et musicienne Jackie Gallant.Le dramaturge Étienne Lepage signe les textes et collabore à la mise en scène avec ce monument de la danse nommé, en juin, officier de l’Ordre national du ANATOLE Québec. L’artiste visuel de renommée internationale Marc Séguin a créé la scénographie. En mai, Solo 70 a été présenté à Paris, au Chaillot - Théâtre national de la Danse, et en juin, à Montréal, lors du Festival TransAmériques. « Ni adieu ni rétrospective, Solo 70 s’impose comme une synthèse de son travail par autant de révolutions que de minutie. C’est un corps souverain, élevé, que Fortier donne à voir]. Les modalités pour l’achat des billets au coût de 25$ en prévente et 30$ comme prix d’entrée général sont énumérées sur larotonde.qc.ca. Les artistes discuteront avec les spectateurs après la représentation du 29 novembre. 6 ÉRIC WHITTOM THÉÂTRE MUSICAL LES 50 ANS DES BELLES-SŒURS Les Belles-sœurs seront présentées dans une version de théâtre musical au Capitole de Québec, du 7 au 25 novembre, du mercredi au samedi à 20h et le dimanche à 16h. Jouée pour la première fois en 1968 au Théâtre du Rideau Vert, cette pièce fétiche du dramaturge Michel Tremblay et du metteur en scène André Brassard célèbre son cinquantième anniversaire en 2018. René-Richard Cyr (livret, paroles et mise en scène) et Daniel Bélanger (musique) ont collaboré à l’adaptation en théâtre musical. Parmi les comédiennes, on retrouve notamment Kathleen Fortin (Germaine Lauzon), Sonia Vachon (Rose Ouimet) et Éveline Gélinas (Pierrette Guérin). Une ménagère du Plateau Mont-Royal [Germaine Lauzon] gagne un million de timbres-primes et voit du coup sa vie complètement bouleversée. Elle invite ses sœurs et ses voisines à une veillée de collage… MUSICALE ! Cette soirée sera toutefois loin d’être une partie de plaisir… Les billets sont en vente sur ovation.qc.ca. Les prix varient de 45$ à 60$ (frais de service et taxes non inclus). 6 ÉRIC WHITTOM MUSIQUE ANATOLE LANCE SON NOUVEL ALBUM TESTAMENT Alexandre Martel alias Anatole, un artiste de Québec de la scène musicale électro-pop, lance son deuxième album francophone intitulé Testament au Drague Cabaret Club, le mercredi 31 octobre, à 20 heures. Sur sa page Facebook, il dit s’inspirer de Prince et de Vangelis. En 2016, il a fait paraître son premier CD de dix chansons intituléL.A. Tu es des nôtres. Il a aussi co-réalisé le récent album Darlène d’Hubert Lenoir. Sur Testament, ce dernier participe aux chœurs avec Gabrielle Shonk et Odile Marmet-Rochefort sur les chansons Testament, Aveux et Isaac. Les billets pour assister à la performance du personnage d’Anatole sont en prévente sur le site Weezevent.com (environ 13 $) et à la porte, le soir de l’événement (15$). Les portes ouvrent à 19h. (sources  : Bandcamp, Facebook, iTunes et ICI Musique). 6 ÉRIC WHITTOM
LA COMÉDIE MUSICALE QUI MÉRITE UN VOYAGE À TORONTO Profondément touchante et follement divertissante, la comédie musicale Come from away vous redonnera foi en l’humanité et vous rendra, peut-être, fier d’être Canadien. Récompensée du prestigieux Tony Award de la meilleure mise en scène en 2017, la production est seulement la cinquième de l’histoire à se rendre jusqu’aux grandes scènes de Broadway. En pleine tournée nord-américaine depuis le début octobre, le spectacle est présenté dans la Ville Reine jusqu’en avril 2019. VOYAGES_CANADA Come from away Les auteurs Irene Sankoff et David Hein ont trouvé un angle peu exploité à propos du 11 septembre 2001 en relatant la situation inattendue dans laquelle les habitants de la petite ville de Gander, à Terre-Neuve, ont été plongés, lorsque 38 avions ont été déviés chez eux, en raison des tragiques attentats survenus à New York. Peu à peu, 7000 passagers – et quelques animaux – ont débarqué au Canada, tenus à distance de l’horreur, coincés dans cette petite localité insulaire du nord-ouest. Sans hésiter, les résidents ont organisé tout ce qu’il fallait pour les loger, les nourrir, leur fournir des vêtements propres et un moyen de communiquer avec leurs proches un peu partout sur la planète. Plusieurs critiques ont écrit que la comédie musicale, qui sera bientôt adaptée pour le grand écran, fait une démonstration éclatante de l’hospitalité et de la gentillesse canadiennes. On serait bien mal placé pour les contredire ! Dès les premières secondes du spectacle, on est ému de voir les locaux remuer ciel et terre pour accueillir ces milliers d’âmes, les sécuriser, les soutenir, les divertir et, peu à peu, former des liens avec eux, dans l’adversité. Hommage à la puissance de la communauté, à l’amitié et à l’amour, l’œuvre invite également les spectateurs à suivre le parcours intérieur des passagers et des résidents qui, en raison d’un événement exceptionnel qui les a coupés de leur quotidien ou qui les a obligés à s’oublier pendant des jours, seront forcés de réfléchir à leur vie. Les réflexions sont subtilement amenées. Les blagues, nombreuses et nécessaires, font mouche à tout coup. Les chansons, qui n’ont pas le pouvoir nostalgique de certaines comédies musicales comme Mamma Mia, The Lion King, Sister Act, Fame, Hairspray ou Mary Poppins, soutiennent l’histoire de façon parfaitement équilibrée. Il faut le dire  : tout de cette production est brillamment pensé et exécuté. Le décor – quelques troncs d’arbres, des chaises et des tables – est d’une désarmante simplicité, laissant toute la place à l’ingéniosité de la mise en scène. D’un tableau à l’autre, les comédiens/chanteurs (tous polyvalents, charmants, drôles, émouvants et brûlants de vérité) deviennent les passagers ou les résidents, dans une chorégraphie parfaitement calibrée. Changeant de personnage avec un accessoire, un accent, une dégaine ou une voix différente, ils nous entraînent dans un tourbillon de beau et de grandiose. Come from away est une histoire vraie. Une ode à l’humanité. Et la nouvelle raison de prévoir un séjour à Toronto. 6 SAMUEL LAROCHELLE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 1Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 2-3Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 4-5Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 6-7Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 8-9Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 10-11Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 12-13Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 14-15Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 16-17Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 18-19Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 20-21Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 22-23Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 24-25Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 26-27Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 28-29Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 30-31Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 32-33Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 34-35Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 36-37Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 38-39Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 40-41Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 42-43Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 44-45Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 46-47Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 48-49Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 50-51Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 52-53Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 54-55Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 56-57Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 58-59Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 60-61Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 62-63Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 64-65Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 66-67Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 68-69Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 70-71Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 72-73Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 74-75Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 76-77Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 78-79Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 80-81Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 82-83Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 84-85Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 86-87Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 88-89Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 90-91Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 92-93Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 94-95Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 96-97Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 98-99Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 100-101Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 102-103Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 104-105Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 106-107Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 108-109Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 110-111Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 112-113Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 114-115Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 116-117Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 118-119Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 120-121Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 122-123Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 124-125Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 126-127Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 128-129Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 130-131Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 132-133Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 134