Fugues n°35-08 novembre 2018
Fugues n°35-08 novembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35-08 de novembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 53,6 Mo

  • Dans ce numéro : afficher ses couleurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
CULTUREL_SUR SCÈNE - MUSIQUE + DANSE Sortir LE CONCERT VOIX D’ESPOIR, LE 23 NOVEMBRE LE MESSIE DE HAENDEL POUR L’ESPOIR Comme c’est la tradition à cette période-ci de l’année, la Maison du Parc nous convie à un concert bénéfice avec musiciens et solistes de renom. En 2017, on avait apprécié la Messe en do majeur de Ludwig Van Beethoven. Cette fois, Voix d’espoir nous fait voyager au pays de Haendel avec des extraits de l’œuvre magistrale Le Messie, le vendredi 23 novembre en la magnifique église St. Andrew and St. Paul. L’oratorio sera jouée par 25 concertistes de l’Association des musiciens de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM). Cet événement vient souligner la Journée mondiale de lutte contre le sida, du 1er décembre. « De nos jours, on banalise le VIH-sida, c’est comme s’il n’existait plus. Pourtant, toutes les trois heures, une personne est infectée au Canada. Ce concert sert donc aussi à sensibiliser et à lutter contre la stigmatisation vécue par les personnes qui vivent avec le VIH. On oublie, trop souvent, qu’il y a encore des gens qui meurent du VIH », rappelle Monique Drolet de la Maison du Parc. Rappelons que la Maison du Parc « accueille toujours 12 personnes vivant avec le VIH-sida et elle est toujours pleine », indique Monique Drolet. Ce centre d’hébergement et de soins vit avec un budget de 750000$ par an, et ce concert amasse habituellement près du quart de ce budget. « Un événement comme Voix d’espoir est d’autant plus important que c’est de plus en plus difficile d’aller chercher de l’argent. C’est notre plus grand événement de financement de l’année à la Maison du Parc et c’est possible grâce à notre commanditaire principal, la BMO, qui nous soutient à travers les années », rajoute-telle. Cela fait maintenant 18 ans que cette activité de financement de la Maison du Parc est accueillit par cette église presbytérienne de style gothique capable d’accueillir plus de 1 200 personnes. Ceux et celles qui se déplaceront ce vendredi-là seront émerveillés par les extraits de ce Messie. Pièce monumentale de la musique classique et sacrée, cet oratorio a été composé par Händel en 1741. Jouée pour la première fois à Dublin, le Messiah - c’est une pièce en anglais – comporte trois longues parties d’une durée de plus de 2h30. « Le Messie est très long, c’est pourquoi on ne présentera que des extraits de cette création », souligne Monique Drolet. Sous la direction du maestro Jean-Sébastien Vallée, on pourra entendre Stéphanie Manias, soprano, Charlotte Gagnon, mezzo-soprano, Marcel D’Entremont, ténor, Olivier Gagnon, ténor, John Giffen, baryton, et Clayton Kennedy, également baryton, en plus des membres de l’excellente chorale de St. Andrew and St. Paul. Mais il y aura une nouveauté cette année  : ce sera un récital gender bender, comme on dit en anglais. « Pour le concert bénéfice de cette année, nous voulions offrir quelque chose d’un peu spécial, de ludique. J’ai décidé de revisiter ce classique qu’est Le Messie de Haendel et d’y ajouter encore un revirement inusité en changeant les partitions des chanteurs. Nous avons donc demandé aux solistes féminines de chanter les morceaux réservés aux hommes et vice versa. Ainsi, en plus d’offrir une version rafraîchie de ce classique, nous la jouons avec une nouvelle approche rendant ainsi la performance plus actuelle en redéfinissant les genres attribués normalement aux chanteurs. Dans une société où on parle de plus en plus d’égalité et d’identité de genre qui alimentent les débats, nous voulions saisir l’occasion de cette performance pour remettre en question les rôles préconçus dévolus aux genres », commente le chef d’orchestre Jean-Sébastien Vallée. 6 ANDRÉC. PASSIOUR Rappel  : Concert le 23 Novembre à 19h30 à l’église St. Andrew and St. Paul, 3415, rue Redpath, près de Sherbrooke, à côté du Musée des Beaux-arts de Montréal. Billets  : 35$ ou 100$ VIP (avec cocktail privé après le concert). Billets en vente sur ticketpro.ca. Infos  : maisonduparc.org//076 FUGUES.COM NOVEMBRE 2018 NORMAL DESIRES ÉMILE PINEAULT SEUL EN SCÈNE Artiste de cirque, Émile Pineault s’est intéressé à la danse depuis son enfance. Pour lui, l’acrobatie et le mouvement relèvent d’une même passion qui a commencé à l’âge de… 4 ans. Comme quoi, les révélations peuvent venir très tôt. Après s’être formé comme circassien et comme danseur, Émile Pineault a choisi de laisser libre cours à sa créativité avec ce premier solo  : Normal Desires dans le cadre de « Traces- Interprètes » de Danse-Cité. Émile Pineault a hâte de présenter son solo à Montréal. Une création mûrement réfléchie et qui a pris du temps. « Dans cette création, sur laquelle je travaille depuis deux ans, explique Émile Pineault, je souhaite tisser des liens entre l’acrobatie et la danse, en proposant une expérience sensorielle du mouvement ». Il intègre l’École de cirque de Québec, et s’initie à la danse contemporaine au début de l’adolescence en étant un fervent spectateur à la Rotonde de Québec. Avec Normal Desires, le créateur privilégie l’horizontalité. « Généralement, en cirque, on privilégie la verticalité, l’élévation, moi j’ai privilégié l’horizontalité, la relation du corps avec le sol, et ce qui pouvait s’exprimer par cette relation. Cette idée m’est venue suite à une blessure au genou, me demandant pendant un certain temps de repenser le mouvement, continue Émile Pineault, et donc de rechercher un nouveau vocabulaire. Tout comme je voulais intégrer plusieurs médiums, comme l’éclairage, le son, qui sont aussi importants pour moi que ma performance ». Seul en scène, sur un plateau vide seulement traversé par des effets lumineux et sonores, Émile Pineault semble ramené toujours vers le sol, rattrapé par la gravité et contre laquelle il doit lutter. L’interprète doit résister, s’extraire de la pesanteur qui le cloue au sol, l’obligeant à répéter les mêmes mouvements. Il y dévoile toute sa fragilité, sa vulnérabilité, mais en même temps déploie toute la force et l’énergie pour résister et déjouer, voire s’adapter à cette condition. Un autre regard sur nous-mêmes est ainsi porté à partir du corps à terre. « Même si c’est moi qui portait le projet, j’ai accordé beaucoup de place aux collaborations pour aboutir à un résultat qui nous a agréablement surpris », confie Émile Pineault. Ainsi le son (Joël Lavoie, conception son), la lumière (Julien Brun, conception des éclairages) et le mouvement sont intimement reliés, construits comme une partition, deux instruments jouant ensemble. Actuellement Émile Pineault travaille sur un autre projet qui n’est pas le sien mais qui lui tient à cœur puisqu’il fait aussi appel à des acrobates et à des danseur.ses, tout comme il souhaite pouvoir tourner avec Normal Desires. Le désir de porter plus loin ses propres créations est bien là. Le créateur est loin d’avoir fait son dernier saut. 6 DENIS-DANIEL BOULLÉ NORMAL DESIRES dans le cadre de Danse-Cité-Traces interpètes, à la Chapelle Scènes contemporaines, du 23 au 30 novembre et le1er décembre. www.danse-cite.org PHOTO  : ROMAIN HUCK
S 702038 505, rue Wellington 708013EX T. 819-758-2662. 808033EX 811008



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 1Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 2-3Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 4-5Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 6-7Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 8-9Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 10-11Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 12-13Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 14-15Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 16-17Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 18-19Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 20-21Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 22-23Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 24-25Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 26-27Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 28-29Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 30-31Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 32-33Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 34-35Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 36-37Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 38-39Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 40-41Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 42-43Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 44-45Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 46-47Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 48-49Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 50-51Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 52-53Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 54-55Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 56-57Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 58-59Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 60-61Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 62-63Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 64-65Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 66-67Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 68-69Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 70-71Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 72-73Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 74-75Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 76-77Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 78-79Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 80-81Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 82-83Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 84-85Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 86-87Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 88-89Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 90-91Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 92-93Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 94-95Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 96-97Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 98-99Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 100-101Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 102-103Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 104-105Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 106-107Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 108-109Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 110-111Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 112-113Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 114-115Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 116-117Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 118-119Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 120-121Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 122-123Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 124-125Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 126-127Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 128-129Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 130-131Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 132-133Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 134