Fugues n°35-08 novembre 2018
Fugues n°35-08 novembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35-08 de novembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 53,6 Mo

  • Dans ce numéro : afficher ses couleurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
ENTREVUE_AVEC LE RÉALISATEUR MARCEL GISLER Image+nation Pour la première fois de sa vie Mario, un jeune joueur de soccer tombe amoureux de Leon, un nouvel attaquant venu d’Allemagne. Mais dans l’équipe, des rumeurs commencent à circuler sur leur relation et Mario voit sa carrière compromise pour intégrer un club de première division. L'idée de départ du film est venue au réalisateur suisse Marcel Gisler par son coscénariste, grand fan de soccer (voir l’entrevue ci-contre). L'intrigue de MARIO commence comme une banale romance, la rencontre de deux hommes qui se rapprochent peu à peu. L'un se sait homosexuel, l'autre ne l'assume pas encore. Mais aucun des deux ne peut se permettre de l'être ouvertement, de faire un « coming-out » puisqu'ils veulent évoluer dans le football professionnel et embrasser une carrière nationale, voire internationale. L'homophobie présente chez certains joueurs est surtout très prégnante au niveau des clubs et des commanditaires qui ont peur de se voir refuser un soutien financier parce que telle ou telle marque ne souhaite pas être associée à l'homosexualité. Avec ce film, le réalisateur Marcel Gisler dénonce la souffrance de ces individus qui doivent absolument vivre cachés. Ils passent alors par des stratagèmes pour éviter que leur secret soit dévoilé. Le film aborde par conséquent également la problématique des femmes de footballeurs qui sont, pour certaines, des fairevaloirs pour cacher la réelle nature de ces sportifs. MARIO est un film fort, pertinent, bien interprété, dont on apprécie la démarche pudique mais émouvante, autant que la justesse de son regard qui n’a jamais besoin d’en faire trop pour filer au but. La souffrance inextricable du joueur professionnel est le cœur de ce longmétrage touchant et humaniste. Cela dit, Marcel Gisler parvient à livrer à la fois une belle histoire d'amour et un film politique qui n'oublie pas de faire du cinéma – les scènes de match sont magnifiquement chorégraphiées et les quinze dernières minutes sont d'une belle maîtrise dramaturgique.//040 FUGUES.COM NOVEMBRE 2018 MARIO DEVOIR CHOISIR ENTRE DEUX PASSIONS L'impossible histoire d'amour entre deux hommes est un thème traité à de nombreuses reprises par le cinéma. Pourquoi l'avoir adapté dans le milieu du football (soccer) ? Je ne suis pas un fan de foot. Le coauteur, Thomas Hess, l’est. Il était à la recherche d’une histoire de foot, mais n’avait pas trouvé le conflit intérieur du personnage. Un jour, il s’est posé la question de l’homosexualité dans ce milieu sportif. Quand il m’a proposé le sujet, je me suis dit que cela devait déjà être fait dans le cinéma. Ce n’était pas le cas. Il n’existait aucune histoire d’amour entre deux footballeurs professionnels. Des scénarios avaient été proposés, mais n'ont jamais abouti. Nous aussi, nous avons eu des difficultés à trouver les financements nécessaires. Les producteurs n’étaient pas chauds au départ prétextant que les films sur les histoires d'amour homosexuelles ne marchent pas. Heureusement, ils ont fini par saisir les enjeux sociaux dans le football où l'homosexualité est plus que jamais taboue. Comment vous êtes-vous renseigné sur ce milieu ? J'ai rencontré plusieurs joueurs professionnels, des managers. J'ai eu la chance de m'entretenir avec Marcus Urban, un des premiers joueurs à avoir arrêté sa carrière pour révéler son homosexualité. Il ne supportait pas la double pression qui reposait sur ses épaules. Celle que connaît tout footballeur mais aussi celle qui l'obligeait à cacher sa sexualité. Aujourd’hui, il est très engagé dans les droits de la communauté LGBT. Sur un joueur de foot, il y a déjà une pression énorme pour qu’il rapporte de l’argent. Un joueur joue pour un pays ou sa ville. Un joueur gai dans le placard doit en plus supporter le mensonge à soimême. Nous avons aussi été aidés par les clubs des Young Boys de Bern et de Sankt Pauli à Hambourg. Ils nous ont ouvert leurs portes et donné des conseils intéressants. J'ai même pu assister à des briefings avant matchs. Ne parle-t-on vraiment jamais d'homosexualité dans les vestiaires ? Si, on entend souvent les joueurs s'insulter de pédés ou d'enculés entre eux, mais c'est compris comme un synonyme de faibles, de sensibles... Pourtant il y a des contacts physiques entre les joueurs, souvent très tactiles. Il y a même une forme d'érotisme. Tapes sur les fesses, câlins, bisous sur le crâne... Tout ça est toléré à condition que cela reste viril. Mais si quelqu'un éprouve du plaisir à être touché, la frontière est franchie. La relation entre Mario et son agent montre combien ce sera difficile pour lui de devenir professionnel s'il révèle son homosexualité... Son agent tente désespérément de sauver son image. Le club ne veut pas salir la sienne. Le risque est de perdre des commanditaires qui gagnent de l'argent sur cette idée d'un homme viril et hétéro. Plus intéressant, le père de Mario, ancien joueur n'ayant pas réussi à passer professionnel s'en prend violemment à son fils quand il lui annonce aimer les hommes. Il n'est probablement pas homophobe mais il a la conviction que si son fils révèle son homosexualité, il ne pourra pas atteindre le plus haut niveau. Selon vous, être footballeur professionnel et gai, ce n’est pas encore possible ? La question de l’homosexualité ne concerne pas la majorité des joueurs, mais certains d’entre eux le sont évidemment. C'est statistique. Pour l'heure, il y a une atmosphère hétéronormative qui règne dans le milieu. J'ai souvent entendu cette phrase  : « Nous sommes pour que les joueurs expriment librement leur homosexualité, mais chez nous, il n'y a pas de gais... » Les choses changeront peut-être prochainement. Je l’espère. 6 YVES LAFONTAINE MARIO sera présenté dans le cadre de la 31 e édition du festibal image+NA- TION qui se tiendra du 22 novembre au 2 décembre. Visitez Fugues.com pour visionner un extrait du film.
610023



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 1Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 2-3Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 4-5Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 6-7Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 8-9Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 10-11Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 12-13Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 14-15Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 16-17Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 18-19Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 20-21Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 22-23Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 24-25Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 26-27Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 28-29Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 30-31Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 32-33Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 34-35Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 36-37Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 38-39Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 40-41Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 42-43Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 44-45Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 46-47Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 48-49Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 50-51Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 52-53Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 54-55Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 56-57Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 58-59Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 60-61Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 62-63Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 64-65Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 66-67Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 68-69Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 70-71Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 72-73Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 74-75Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 76-77Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 78-79Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 80-81Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 82-83Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 84-85Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 86-87Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 88-89Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 90-91Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 92-93Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 94-95Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 96-97Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 98-99Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 100-101Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 102-103Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 104-105Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 106-107Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 108-109Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 110-111Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 112-113Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 114-115Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 116-117Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 118-119Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 120-121Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 122-123Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 124-125Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 126-127Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 128-129Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 130-131Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 132-133Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 134