Fugues n°35-08 novembre 2018
Fugues n°35-08 novembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35-08 de novembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 53,6 Mo

  • Dans ce numéro : afficher ses couleurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
ENTREVUE_AVEC KEVIN LAMBERT La parole furieuse QUERELLE DE ROBERVAL KEVIN LAMBERT MET LE FEU AU LAC-SAINT-JEAN Un an avoir décrit l’étouffement des jeunes qui rêvent de quitter leur milieu dans Tu aimeras ce que tu as tué, Kevin Lambert rapplique avec un deuxième roman, Querelle de Roberval. Évoquant le nom du personnage principal, un jeune homosexuel qui baise en série, le titre fait aussi référence au conflit opposant les ouvriers et les patrons d’une scierie du Lac-Saint-Jean. Le roman est une charge frontale contre toute forme de pouvoir  : la police, les gouvernements, les syndicats et les patrons d’entreprises. « Je cherche à comprendre comment ces pouvoirs verticaux s’immiscent dans la vie quotidienne des gens et de quelle façon le système capitaliste néo-libéral teinte les relations entre les êtres », explique l’auteur. Étudiant au doctorat en création littéraire et doté d’une analyse très pointue de son œuvre, Kevin Lambert livre néanmoins un texte accessible, rythmé et excessivement jouissif, dans lequel il tire à bouts portants sur toutes les franges de la société jeannoise. « Je me sers de la parole furieuse comme une totalité littéraire pour poser des questions sociales. Je pense que les gens des régions reconnaissent le milieu que je décris, qui est très proche de moi. Ce sont souvent des gens de ma famille que je déguise et transforme, mais que je connais très bien. J’essaie de comprendre leurs discours. » Il tente aussi de les porter jusqu’à un certain milieu littéraire, intellectuel et médiatique qui n’est pas suffisamment en contact avec le milieu régional et populaire, croit-il. « Je fais un peu partie des deux milieux, alors ça me permet de créer des liens. »//020 FUGUES.COM NOVEMBRE 2018 Marqué par la grève des étudiants en 2012 et par une autre chez Renaud-Bray, son ex-employeur, il a campé le conflit de travail de son histoire dans le milieu forestier, ce qui l’a obligé à lire abondamment sur l’histoire du syndicalisme et à rencontrer des travailleurs de l’industrie. Il a également fait le choix d’exposer une homosexualité frontale, dénuée de la moindre censure. « C’est ce que j’avais envie d’écrire et il n’était pas question de faire de compromis. J’aime questionner la fonction de la sexualité dans le texte. » Il ajoute son nom à la liste de jeunes auteurs québécois qui font de même, tels Nicholas Giguère, Guillaume Lambert, Antoine Charbonneau-Demers et Maxime Collins. « Il y a une sorte de mouvement très récent qui est en train de changer la domination de l’hétérosexualité dans la fiction. Si on recule dans le temps, outre Michel Tremblay et Michel Marc Bouchard, on a très peu d’œuvres du genre auxquelles se rattacher. » Son personnage principal fera certainement sa place dans l’imaginaire homo-érotique de plusieurs lecteurs. « Querelle est une sorte de Survenant dans ce petit milieu-là. Il est proche de ses collègues ouvriers et il n’a pas l’air gai, mais le gouffre inconnu de sa sexualité est vraiment dérangeant, voire dangereux pour eux. C’est un personnage de l’ambiguïté. On ne sait jamais s’il est bon ou méchant. Il permet aux jeunes de la région de vivre leur sexualité, mais il ne les considère pas du tout. Il couche avec eux avant de les domper. De part sa position limitrophe, il vient mettre en lumière la manière dont on place les frontières entre les catégories. » Les cases de préférences sexuelles sont en effet mises à mal durant le roman, alors que tous les hommes du Lac, même les hétérosexuels les plus rustres, oscillent entre un désir pour le physique magnifique de Querelle, une envie pour les corps masculins qu’il enchaîne ou des tendances homosexuelles plus ou moins refoulées. « Pour moi, l’homosexualité et l’hétérosexualité sont des constructions, des catégories qu’on pense étanches, mais qui ne le sont pas. Je voulais exposer l’idée qu’en se choisissant hétéro, les gens doivent aussi se dire non-gai, comme si ça impliquait le refus ou le refoulement de quelque chose d’autre, qui peut se révéler être une sexualité queer. » 6 SAMUEL LAROCHELLE QUERELLE DE ROBERVAL, de Kevin Lambert, Héliotrope, 2018, 288 pages.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 1Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 2-3Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 4-5Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 6-7Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 8-9Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 10-11Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 12-13Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 14-15Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 16-17Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 18-19Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 20-21Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 22-23Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 24-25Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 26-27Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 28-29Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 30-31Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 32-33Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 34-35Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 36-37Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 38-39Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 40-41Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 42-43Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 44-45Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 46-47Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 48-49Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 50-51Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 52-53Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 54-55Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 56-57Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 58-59Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 60-61Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 62-63Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 64-65Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 66-67Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 68-69Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 70-71Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 72-73Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 74-75Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 76-77Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 78-79Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 80-81Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 82-83Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 84-85Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 86-87Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 88-89Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 90-91Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 92-93Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 94-95Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 96-97Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 98-99Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 100-101Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 102-103Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 104-105Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 106-107Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 108-109Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 110-111Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 112-113Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 114-115Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 116-117Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 118-119Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 120-121Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 122-123Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 124-125Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 126-127Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 128-129Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 130-131Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 132-133Fugues numéro 35-08 novembre 2018 Page 134