Fugues n°35-06 septembre 2018
Fugues n°35-06 septembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35-06 de septembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 166

  • Taille du fichier PDF : 68,9 Mo

  • Dans ce numéro : pop porn !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 116 - 117  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
116 117
VOYAGE_DÉCOUVREZ LE QUÉBEC Les maritimes On entend parler des îles à l’extrême est du Québec depuis toujours. On y rêve, un peu, beaucoup, passionnément. Mais on repousse le voyage, faute de temps ou d’argent, croyant – à tort – que la destination est réservée aux vieilles personnes fortunées. Puis, le destin nous convainc de tenter le coup  : après quelques secondes sur place, on est persuadé qu’on n’aurait jamais dû passer toutes ces années sans connaître ce paradis. Et en plein milieu du séjour, on est pris d’un vertige, incapable d’imaginer quitter pareil endroit. Qu’on s’y rende en avion ou en voiture, en réalisant un long et formidable road trip, l’archipel a de quoi ravir tous les voyageurs  : globe-trotters solos, couples, groupes d’amis, familles, jeunes et moins jeunes. Personne ne peut résister à cet amalgame de paysages renversants, de saveurs inoubliables et de chaleur humaine, parce que, oui, les Madelinots sont réellement plus gentils qu’ailleurs au Québec. Ils ont le sourire sincère, la générosité indescriptible et la simplicité dans l’âme. À leur contact, on a le cœur léger et le pas plus lent  : on sait qu’il y a mille et une choses à faire sur les lieux, mais on prend notre temps pour les découvrir, parce qu’on s’est déjà promis de revenir. Parmi les images les plus frappantes, on retient les petites maisons colorées, les vallons verdoyants, le phare (à Julie Snyder) et le décor magnifique d’Havre aux maisons, les jolies grottes rougeâtres de la Dune du sud, les plages de Pointes-aux-Loups, la marina de l’Étang-du-Nord, et plus spécialement, l’île où l’on envisage louer/acheter une maison pour les étés à venir  : Havre-Aubert. Après une séance déambulatoire sur les interminables plages environnantes, où l’on croise deux personnes en autant d’heures, une saucette dans l’eau frigorifiante de la mer du début juillet et une course pour tenter de semer – sans//118 FUGUES.COM SEPTEMBRE 2018 ON NE REVIENT JAMAIS VRAIMENT DES ÎLES-DE-LA-MADELEINE succès – les maringouins les plus voraces de l’histoire (les Îles étant réputées pour leurs vents INTENSES, les bestioles se jettent sur le pauvre monde lorsqu’il y a une rare accalmie), on peut rouler sur les petites routes afin d’admirer les maisons sises en plein champs, sur le bord des falaises et de la mer, visiter une par une les boutiques de souvenirs et d’artisanats (mentions spéciales aux Artisans du sable et À marée basse, qui mériteraient tous deux qu’on écrive des romans sur l’originalité et la beauté de leurs œuvres d’art) et comprendre toute la signification de l’expression « sky porn » quand le soleil se couche sur le village. On ne peut évidemment pas passer sous silence les nombreux arrêts gustatifs des îles. Sachez que vous n’avez pas le droit de passer à côté du Café de la Grave (nos papilles ne sont pas encore remises de la chaudrée de palourdes) ; du magnifique restaurant Au Vent du large ; de la chocolaterie Chez Diane, qui vend des pilules de chocolat pour différents diagnostics ; du Flanneur, un hommage aux salons de thé britanniques avec vue sur la mer et les bateaux, ainsi qu’une section spéciale consacrée aux personnages géants fabriqués par la propriétaire ; de la Pizzeria de la Pointe, qui est à côté de la non moins incontournable pâtisserie Hélène des Îles (on a pensé camper sur place pour tout goûter) ; du restaurant/café/traiteur Gourmande de Nature, où l’on mangerait n’importe quoi les yeux fermés ; du Café d’chez nous à l’ambiance un peu hippie et du restaurant des Pas perdus, qui sert le meilleur homard qu’on a mangé de notre vie. Bien entendu, on ne fait pas que manger et admirer la beauté environnante, aux Îles. On fait du kayak ou du stand-up paddle board (SUP) sur la mer, du yoga sur la plage du Paradis bleu (la plus belle auberge de jeunesse qu’on ait vue de notre vie, oui, oui, on se répète), un arrêt instructif et délicieux au Fumoir d’antan, une dégustation à la fromagerie au Pied-de-Vent, une visite sympathique et historique au Musée de la mer, des expéditions en zodiac ou en bateau pour faire le tour des grottes ou pour aller jusqu’à l’Île d’Entrée, la seule île (peu) habitée qui n’est pas reliée par la route dans l’archipel  : on peut y faire l’ascension de la Big Hill et admirer les environs à partir du sommet très, très venteux. Si vous êtes chanceux et que vous avez des contacts avec des locaux, vous pourriez même avoir l’occasion d’accompagner des pêcheurs en mer, après un réveil à 3h30, la contemplation du lever de soleil vers 4h30 et quelquesunes des plus belles heures de votre existence. À la fin de votre aventure marine, comme à la fin de votre voyage de quelques jours sur les îles, vous prendrez certainement conscience du privilège d’avoir visité ce territoire insulaire au moins une fois dans votre vie. 6 SAMUEL LAROCHELLE
LA THAÏLANDE, LE PAYS DE TOUS LES POSSIBLES C’est un beau pays d’une part, mais ce qui lui confère un supplément d’attrait, c’est que la Thaïlande est le plus accueillant des pays d’Asie pour qui veut vivre pleinement son orientation sexuelle. En effet divers sondages nous apprennent que pour ce qui est des personnes issues de la communauté LGBT, c’est en Thaïlande où ils se disent les plus heureux. D’ailleurs une question piège dans un quiz serait celle-ci. Alors que l’on pense généralement que c’est Pierre-Elliott Trudeau qui a fait figure de pionnier historique sur le plan mondial, comme chef de gouvernement pour avoir décriminalisé l’homosexualité avec le bill Omnibus en 1969, et bien c’est en Thaïlande qu’on a pris les devants et ce, dès… 1956 ! Et depuis 2005, une loi relative à l’égalité des sexes protège tous les individus contre la discrimination. Récemment un sondage dévoilait que 76% des hommes gais thaïlandais disaient ne souffrir d’aucune intimidation, tant à l’école qu’au travail. Un beau palmarès.. LE BOUDDHISME RECONNAÎT QUATRE GENRES SEXUELS Si on s’étonnera de tant de tolérance pour un pays d’Asie, c’est en rapport avec l’interprétation locale des bouddhistes que font ceux-ci de la notion de genre. Ainsi on reconnaît le genre mâle, femelle, hermaphrodite et ceux de nature non usuelle… La transsexualité y est éminemment respectée et d’ailleurs les transgenres représentent 2% de la population ! Je me souviendrai toujours de la confidence d’un de mes amis « plus-hétéro-que ça-tu-meurs », qui m’avait avoué un peu gêné, avoir rencontré lors d’un séjour de vacances en Thaïlande, celle qu’il estimait comme la plus belle femme au monde et qui avait gardé son « truc », voyez ce que je veux dire. Et fort en confidence, il a renchéri en disant qu’il n’avait pas eu à s’en plaindre. C’est vrai que les ladyboys ou katoyes sont souvent sublimes. Tellement, que le concours national de beauté qui les concerne, le Miss Tiffany Universe, est une des émissions les plus regardées avec 15 millions de téléspectateurs. En Thaïlande, on a pour coutume de proclamer que la vraie beauté ici commence avec son peuple et c’est vrai. Pays tolérant certes, mais qui ne permet quand même pas les débordements. Ne croyez pas que vous allez pouvoir vous promener main dans la main avec votre petit ami ou mieux vous embrasser. On ne le permet même pas à la grande population, réserve asiatique oblige. DES ATTRAITS CULTURELS ET THÉRAPEUTIQUES Chaque année au printemps (vous vérifierez la date auprès de l’Office du tourisme de la Thaïlande), il y a un festival LGBT très couru, le Songkran, connu aussi sous l’appellation de G-circuit. Les chinois gais, plus oppressés dans leur pays côté mœurs, accourent pour enfin se libérer pouvoir vivre leur vie à plein. Ensuite on a d’autres motifs pour visiter le pays. Le guide Lonely Planet a décrit sa capitale, Bangkok, comme la ville de tous les XXL en termes de temples, palais, restos, galeries marchandes et discos. Vous allez vivre un « ground » unique au monde. Une fois sur place vous allez pouvoir faire des excursions, notamment à KoPha-Ngan, l’Ibiza thaïlandais, prisée des fêtards, Ko Samet, non loin de Bangkok, une destination balnéaire qui permet de reprendre des forces. Viennent ensuite Chiang Mai pour le côté culturel et Ayutthaya et ses temples classés par l’Unesco. Les gais auront comme point de chute la capitale bien entendue mais aussi Phuket et Pattaya. UNE OFFENSIVE DE CHARME AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS L’Office du tourisme de la Thaïlande, dont les bureaux sont basés à Toronto, a entrepris une grande campagne de séduction auprès de la communauté LGBT au Québec afin que ceux-ci viennent goûter aux attraits du pays de tous les possibles. Et ils ne manquent pas d’arguments pour nous convaincre. Effectivement, pour toutes les raisons invoquées, dont aussi l’art culinaire, difficile de faire la moue. Si vous êtes en mal d’exotisme et que vous avez un besoin urgent de changer d’air, c’est la destination toute trouvée. Renseignez vous auprès de votre agent de voyage ou communiquer avec l’Office. On se fera un plaisir de bien vous guider pour revenir avec mille beaux souvenirs en tête. 6 DANIEL ROLLAND GOTHAIBEFREE.COM (647) 329-1000, TOURISM AUTHORITY OF THAILAND



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 1Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 2-3Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 4-5Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 6-7Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 8-9Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 10-11Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 12-13Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 14-15Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 16-17Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 18-19Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 20-21Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 22-23Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 24-25Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 26-27Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 28-29Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 30-31Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 32-33Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 34-35Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 36-37Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 38-39Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 40-41Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 42-43Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 44-45Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 46-47Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 48-49Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 50-51Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 52-53Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 54-55Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 56-57Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 58-59Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 60-61Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 62-63Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 64-65Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 66-67Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 68-69Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 70-71Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 72-73Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 74-75Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 76-77Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 78-79Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 80-81Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 82-83Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 84-85Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 86-87Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 88-89Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 90-91Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 92-93Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 94-95Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 96-97Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 98-99Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 100-101Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 102-103Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 104-105Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 106-107Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 108-109Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 110-111Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 112-113Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 114-115Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 116-117Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 118-119Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 120-121Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 122-123Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 124-125Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 126-127Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 128-129Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 130-131Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 132-133Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 134-135Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 136-137Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 138-139Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 140-141Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 142-143Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 144-145Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 146-147Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 148-149Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 150-151Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 152-153Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 154-155Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 156-157Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 158-159Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 160-161Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 162-163Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 164-165Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 166