Fugues n°35-06 septembre 2018
Fugues n°35-06 septembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35-06 de septembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 166

  • Taille du fichier PDF : 68,9 Mo

  • Dans ce numéro : pop porn !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 102 - 103  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
102 103
CULTUREL_LIVRES À lire DEUX TRAJECTOIRES Biographies, autobiographies, mémoires ou carnets, les livres relatant en tout ou en partie la vie d’un artiste LGBT sont très souvent passionnants. Entrer dans l’intimité d’un écrivain homosexuel nous adresse parfois un appel au compagnonnage, à la félicité d’une trajectoire unique, au réconfort d’un alter égo qui nous ressemble et qui a probablement vécu les mêmes affres et les mêmes joies que les nôtres dans leur destinée sociale ou sexuelle. Des êtres qui sont souvent devenus des mythes ou des figures de références. Voici deux livres totalement différents l’un et l’autre, qui n’ont pas le même poids tragique. Celui d’Armistead Maupin, Mon autre famille, une autobiographie d’un Américain plutôt tranquille, est plus soft que la biographie d’Arnaud Maïsetti, intitulée simplement Bernard-Marie Koltès, dramaturge mort à 41 ans du sida. Selon les goûts et les principes de vie du lecteur, chaque livre paraîtra captivant. En même temps que paraît une nouvelle édition du tome 3 des Chroniques de San Francisco, est publiée en français l’autobiographie écrite sur un ton léger mais ferme d’Armistead Maupin. On saura surpris par la trajectoire qu’a prise la vie de cet auteur. Né en 1944 dans une famille du Sud des États-Unis, Maupin sera jusqu’à l’aube de ses quarante ans un fervent républicain (comme son père), admirateur du président Nixon, pour la guerre du Viêt Nam, sentimental vis-à-vis de la ségrégation. Il ira même s’engager dans l’armée pour aller au Viêt Nam pour connaître plus profondément la guerre qui, pourtant, est en train de se perdre (il est très macho). Il cachera son orientation jusqu’au moment où ses Chroniques connaissent un franc succès. Ce qui ne l’empêchera pas d’aller, comme on le devine, dans les bosquets chercher sa ration sexuelle et s’adonner aux narcotiques. Pur produit de son éducation sudiste, il déteste autant William Faulkner que Tennessee Willliams qui donnent, selon lui, une image du Sud non conforme à l’idéologie esclavagiste qui y règne. Ce n’est qu’une fois établi à San Francisco que l’ancien monde moral de Maupin se craquelle, se dépoussière, pour se transformer en défense des modes de vie homosexuels. L’écrivain a commencé sa carrière de romancier en publiant tous les jours un feuilleton – drôle et grave tout à la fois - sur les habitants et les visiteurs de la maison de pension de Mary AnnSingleton, qui sont de plus en plus singularisés par leur orientation sexuelle et leurs manières de la vivre. À Frisco, Maupin devient célèbre et connaît aussi d’autres célébrités qui ont élu domicile dans cette ville - qui dans les années 1970 et 1980 était encore abordable - comme Rock Hudson (pas encore sorti du placard) ou Christopher Isherwood (auteur d’Adieu à Berlin). Il se politisera presque malgré lui, sous le coup des événements, comme contrer la campagne menée par Anita Bryant (chanteuse qui faisait la publicité pour le jus d’orange de Floride) pour abroger une ordonnance locale interdisant toute discrimination des homosexuels, comme participer à l’élection d’un gai au conseil municipal de San Francisco, Harvey Milk. La vie d’Armistead Maupin se révèle, au fil des pages, une véritable et enivrante saga. Dans un tout autre style est racontée la trajectoire fulgurante de Bernard-Marie Koltès, mort trop jeune, ayant écrit quelques pièces de théâtre, des nouvelles et un roman. Difficile a été la conquête du théâtre pour ce beau jeune homme (une tête d’ange !) qui préférait aller voir un film plutôt qu’une pièce de théâtre. Et c’est sur cette difficulté que se concentre Arnaud Maïsetti qui raccorde une vie quotidienne à l’œuvre en train de se faire. Né en 1948 à Metz dans une famille bourgeoise, Koltès a décidé à vingt ans de mener une vie indépendante de tout désir d’argent et de tout emploi, choisissant le théâtre comme voie royale d’un accomplissement. Maïsetti nous fait assister à la naissance des grandes œuvres de BMK, dont celles du théâtre, qui commencent alors à être montées, au début//104 FUGUES.COM SEPTEMBRE 2018 devant un public restreint. C’est Hubert Gignoux, Patrice Cherreau et Michel Guy qui permettront à ces pièces de gagner en gloire et d’être jouées. Leur sous-texte est marqué par l’homosexualité et les expériences de voyage (en Afrique, en Amérique centrale et à New York). Les oeuvres sont portées par le désir d’être un autre. Ellles sont traversées par le tumulte d’une vie le plus souvent contrariée, faite de tâtonnements et d’errances. Leur écriture révèle une profonde inadéquation au monde. Entre espoir et désespoir, entre amour et désamour, entre réussites et échecs, l’amitié sera peut-être le lien le plus fort permettant à Koltès de continuer. Celui-ci puise aussi dans la littérature (Rimbaud, Dostoïevski) et la musique (Bob Marley) l’énergie de son écriture, une écriture puissante comme un fleuve charriant de purs moments de poésie, de lyrisme et d’ivresse. Les mots y sont des diamants qui renvoient des rayons brûlants de désir, vertigineux et intenses. Arnaud Maïsetti, scrupuleux, précis, vif, a su traduire l’expérience d’une vie comme le misérable et majestueux miracle d’un homme solitaire et peu sentimental, très discret sur sa sexualité, mais indubitablement un grand écrivain — et dont on a pu voir à Montréal La nuit juste avant les forêts, Combat de nègre et de chiens et Dans la solitude des champs de coton. 6 ANDRÉ ROY MON AUTRE FAMILLE/Armistead Maupin, traduit de l’anglais (États-Unis) par Marc Amfreville, Paris, Éditions de l’Oliver, 2018, 349 p.CHRONIQUES DE SAN FRANCISCO, TOME 3/Armistead Maupin, traduit de l’anglais par Michèle Albaret-Maatsch et Bernard Cohen, Paris, Éditions de l’Olivier, 2018, 859 p.BERNARD-MARIE KOLTÈS/Arnaud Maïsetti, Paris, Les Éditions de Minuit, 2018, 346 p.CRUDE Une bande dessinée, maintenant rendue à son quatrième fascicule, qui constitue un véritable OVNI dans la production littéraire indépendante américaine. On y suit les tribulations de Piotr Petrovich Bilibin, un ancien assassin russe, dans sa quête d’informations permettant d’élucider la mort de Kiril, son fils. Un fils qu’il maintenait à une certaine distance en lui présentant l’image d’un homme froid sans ambition afin de le protéger de ses activités criminelles. Une épée à double tranchant puisqu’elle crée un immense fossé entre les deux hommes et que Kiril cache donc également une part fondamentale de sa vie à un père qui lui semble par trop intransigeant, notamment tout ce qui touche à son orientation sexuelle. Plutôt que de faire face à un père qui ne pourra jamais le comprendre, il cherche la liberté dans les communautés reculées des raffineries d’huile de Blackstone en Sibérie où il trouve la mort. Atterré par cette nouvelle, Piotr décide de se rendre sur place pour reprendre contact, même si ce n’est qu’à titre post mortem, avec son fils et à en venger la mort. La vérité est cependant beaucoup plus complexe qu’il ne l’anticipait et il est rapidement confronté par la découverte d’un fils qui se trouvait au centre de nombreuses intrigues politiques visant à libérer les travailleurs prisonniers d’un système corrompu et leur permettre de retrouver leur humanité Un récit haletant, visuellement splendide, et d’une violence extrême dont, étrangement, la ligne scénaristique la plus prenante n’est pas celle de la vengeance, mais bien plutôt celle de la redécouverte d’un fils par son père. 6 BENOIT MIGNEAULT CRUDE/SteveOrlando & Garry Brown Portland  : Image Comics, 2018-.
809038EX



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 1Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 2-3Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 4-5Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 6-7Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 8-9Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 10-11Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 12-13Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 14-15Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 16-17Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 18-19Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 20-21Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 22-23Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 24-25Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 26-27Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 28-29Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 30-31Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 32-33Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 34-35Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 36-37Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 38-39Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 40-41Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 42-43Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 44-45Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 46-47Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 48-49Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 50-51Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 52-53Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 54-55Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 56-57Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 58-59Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 60-61Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 62-63Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 64-65Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 66-67Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 68-69Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 70-71Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 72-73Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 74-75Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 76-77Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 78-79Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 80-81Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 82-83Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 84-85Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 86-87Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 88-89Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 90-91Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 92-93Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 94-95Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 96-97Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 98-99Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 100-101Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 102-103Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 104-105Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 106-107Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 108-109Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 110-111Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 112-113Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 114-115Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 116-117Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 118-119Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 120-121Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 122-123Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 124-125Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 126-127Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 128-129Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 130-131Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 132-133Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 134-135Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 136-137Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 138-139Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 140-141Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 142-143Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 144-145Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 146-147Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 148-149Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 150-151Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 152-153Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 154-155Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 156-157Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 158-159Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 160-161Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 162-163Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 164-165Fugues numéro 35-06 septembre 2018 Page 166