Fugues n°35-05 août 2018
Fugues n°35-05 août 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35-05 de août 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 222

  • Taille du fichier PDF : 90,2 Mo

  • Dans ce numéro : votre guide de survie annuel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
CULTUREL_LIVRES À lire ALAIN CLAUDE SULZER, ANDRÉ ACIMAN ET ÉDOUARD LOUIS FAMILLES, JE VOUS AIME ET FAMILLES, JE VOUS HAIS ! On connait la fameuse instance d’André Gide qui, entière, se lisait comme suit  : « Familles, je vous hais ! Foyers clos ; portes refermées ; possessions jalouses du bonheur. » Oscar Wilde écrivait de son côté  : « La famille n’est jamais qu’un assemblage de gens ennuyeux, qui n’ont pas la moindre idée de la façon dont il faut vivre. » Cellule de la société, la famille est, en fait, un composé de passions et de jalousies inextricablement nouées, aux effets le plus souvent délétères par ses rivalités et ses résiliences. Chacun éprouve donc à son égard des sentiments contradictoires, différents, difficiles  : c’est l’amour-haine. On y trouve des avantages et des inconvénients. Si on se sent différents, homosexuels par exemple, ces avantages et ces inconvénients ne pourront jamais s’égaler. Mais tout cela n’empêche pas des gais et des lesbiennes de vouloir en fonder une famille ! Alors que certains et certaines préfèrent la liberté du célibat – ils vont chercher leur bonheur partout et tout le temps. Parlant de bonheur, on ne sera pas surpris par celui évoqué dans La jeunesse est un pays étranger du Suisse Alain Claude Sulzer, récit d’une enfance et d’une adolescence à Bâle. On pourrait presque dire que la vie du jeune garçon a été facilitée par des parents aussi peu curieux de ce qu’il devenait qu’ils sont extrêmement réservés et très sur leur quant-à-soi, jusqu’à la mortification, en société. D’une certaine façon par sa famille catholique, le petit Alain Claude a vécu une jeunesse sans grand éclat. Douce et innocente. Mais où il faut se tenir droit, jusqu’à paraître guindé, comme peut l'être l’amour indéfectible à ses parents. Ce livre, qui n’est ni roman ni vraiment une autobiographie, est fait de fragments qui s’échelonnent chronologiquement sur une vingtaine d’années. Il est constitué des mille et un petits riens de la vie qui la rendent étale et paisible comme un lac. Ils nous apprennent beaucoup sur le quotidien suisse. Souvenirs lacunaires et sensations labiles façonnent un récit vivant, sensible, d’un garçon qui semble savoir où il va. Son homosexualité a toujours été là, ce qu’il découvrira un soir quand un homme nu — un danseur — se lave sous la douche  : il comprend immédiatement ce qu’il voit et ressent, un désir violent et intense dont il sait qu’il ne pourra pas mettre fin et qui ne demande maintenant qu’à éclore. La jeunesse est un pays étranger est une merveille. Ce sont des parents encore plus compréhensifs qui entourent Elio dans Appelle-moi par ton nom qui a inspiré le film du même titre. Elio est fils THE BRIGAYDE VOL. 4...suite extrêmement diversifiée chez les forces du bien  : multiplicité des orientations, des âges, des ethnies, personne de petite taille, chimère mi-homme mi-animal, et même… Stéphane, un super clown francophone (qui joue d’ailleurs un rôle central). Un récit au rythme en-levant qui ne cesse de se bonifier au fil des différents numéros. L’intrigue est solide et le graphisme toujours de grande qualité. Le présent numéro est accompagné de planches inédites. Disponible en format imprimé ou électronique  : https://www.classcomics.com ✖ BENOIT MIGNEAULT THE BRIGAYDE, NO. 4/Patrick Fillion et David Cantero. Coquitlam, B.C. (Class Comics, 2018. 81p.)//080 FUGUES.COM AOÛT 2018 d’une famille juive bourgeoise qui établit ses pénates l’été au nord de l’Italie. Chaque année, elle invite un jeune universitaire dans sa maison. Cette année-là, au début des années 80, c’est Oliver qui arrive et qui sèmera le trouble chez Elio. On peut dire de ce dernier, comme du jeune Suisse Sulzer, que la présence de ce bel Américain de 17 ans son aîné sera une révélation  : il lui fait découvrir son homosexualité. C’est dès son arrivée que l’adolescent le comprend. Pendant une grande partie du roman, le couple s’apprivoise, s’approchant et se fuyant, jusqu’au moment d’être au lit ensemble. Elio fera tout pour renouveler son expérience. Mais le jeune prof doit repartir et c’est alors la peine d’amour. Le père d’Elio comprendra bien les tourments de son fils. Les deux amants se reverront une vingtaine d’années plus tard — cette ultime partie du roman est d’une sensibilité extrême — et comprennent que leur corps n’est plus le même ni la vie de tous les jours  : Oliver est marié, séparé, a deux enfants tandis qu’Elio mène une vie sentimentale de célibataire au fil des amants rencontrés. Le romancier américain André Aciman se révèle un fin analyste du sentiment amoureux et de la tyrannie du désir. Ah ! Ce que l’amour peut être une torture ! Ah ! Que le désir peut être foudroyant ! Son roman est gracieux et son style est très précis dans la description de la sensualité des corps et de l’épanouissement des émotions. C’est beau et mélancolique. Tout autrement par son contenu et son style est le troisième livre — qui n’est pas un roman — d’Édouard Louis qui, dès sa première publication, En finir avec Eddy Bellegueule, a connu le succès. La haine de la famille y allait de pair avec la misère, le racisme, le déclassement du monde ouvrier, l’aliénation. La famille est pour Édouard Louis source de honte et d’humiliation. « Familles, je vous hais », pouvait-il crier dans ce roman et, également, dans ce portrait de son géniteur dans Qui a tué mon père. Un père auquel il n’a jamais parlé, un homme violent et alcoolique. Un père malade dorénavant, que la société discriminatoire a broyé et anéanti. Ce livre court et sec, qui nous enferme comme dans une prison, est un réquisitoire contre tout ce que la société avilit, les pauvres ; contre un système de dominants sans piété, fait par et pour les riches. C’est un ouvrage qui demande pardon au père qui a été traité de tous les noms (homophobe, raciste, fasciste…) dans En finir avec Eddy Bellegueule. Ici, Louis lui élève une statue. C’est toutefois l’hommage d’un fils contrit qui en veut au monde entier de ce qui est arrivé à sa famille. Qui a tué mon père est dédié à Xavier Dolan et sera monté l’an prochain par le talentueux metteur en scène Stanislas Nordey. ✖ BENOIT MIGNEAULT LA JEUNESSE EST UN PAYS ÉTRANGER/Alain Claude Sulzer, traduit de l’allemand par Johannes Honigmann, Paris, Jacqueline Chambon, 2018, 238 p.APPELLE-MOI PAR TON NOM/André Aciman, traduit de l’anglais (États- Unis) par Jean-Pierre Aoustin, Paris, Bernard Grasset, 2018, 333 p.QUI A TUÉ MON PÈRE/Édouard Louis, Paris, Éditions du Seuil, 2018, 87 p.
a g c On vous attend pour la Fierté ! c -nouveautéa Tous les jours de 10h à 15h a brunch st-hubert Tous ces plats incluent le café* régulier à volonté incluent le café* régulier à volonté régulier à volonté a a Oeuf et jambon en cassolette gaufre belge et poitrine de poulet croustillante a MD Marque déposée de St-Hubert S.E.C., employée sous licence. Tous droits réservés. S Oeuf bénédictine sur pain artisan 808055EX 708073



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 1Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 2-3Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 4-5Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 6-7Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 8-9Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 10-11Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 12-13Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 14-15Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 16-17Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 18-19Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 20-21Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 22-23Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 24-25Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 26-27Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 28-29Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 30-31Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 32-33Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 34-35Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 36-37Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 38-39Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 40-41Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 42-43Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 44-45Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 46-47Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 48-49Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 50-51Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 52-53Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 54-55Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 56-57Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 58-59Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 60-61Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 62-63Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 64-65Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 66-67Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 68-69Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 70-71Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 72-73Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 74-75Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 76-77Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 78-79Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 80-81Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 82-83Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 84-85Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 86-87Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 88-89Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 90-91Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 92-93Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 94-95Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 96-97Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 98-99Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 100-101Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 102-103Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 104-105Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 106-107Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 108-109Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 110-111Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 112-113Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 114-115Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 116-117Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 118-119Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 120-121Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 122-123Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 124-125Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 126-127Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 128-129Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 130-131Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 132-133Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 134-135Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 136-137Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 138-139Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 140-141Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 142-143Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 144-145Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 146-147Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 148-149Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 150-151Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 152-153Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 154-155Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 156-157Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 158-159Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 160-161Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 162-163Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 164-165Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 166-167Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 168-169Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 170-171Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 172-173Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 174-175Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 176-177Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 178-179Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 180-181Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 182-183Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 184-185Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 186-187Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 188-189Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 190-191Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 192-193Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 194-195Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 196-197Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 198-199Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 200-201Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 202-203Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 204-205Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 206-207Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 208-209Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 210-211Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 212-213Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 214-215Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 216-217Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 218-219Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 220-221Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 222