Fugues n°35-05 août 2018
Fugues n°35-05 août 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35-05 de août 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (178 x 260) mm

  • Nombre de pages : 222

  • Taille du fichier PDF : 90,2 Mo

  • Dans ce numéro : votre guide de survie annuel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 158 - 159  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
158 159
RÉGION DE QUÉBEC_ACTUS Racisme et homophobie DES RACINES COMMUNES AU RACISME ET À L’HOMOPHOBIE Le racisme et l’homophobie ont « beaucoup de points en commun », selon Louis-Georges Tin, militant français contre l’homophobie et le racisme, et président du Conseil représentatif des associations noires de France. Dans le cadre de la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie, le GRIS-Québec, l’Université Laval et l’Alliance Arc-en-ciel de Québec se sont unis pour organiser la conférence Réalités des personnes LGBTQ d’origine africaine et caribéenne avec comme invité spécial Louis-Georges Tin. Ce dernier est à l’origine de cette journée mondiale soulignée dans 130 pays, a précisé l’animateur de la conférence, Michel Dorais, professeur-chercheur à l’École de travail social et de criminologie de l’Université Laval. Il a choisi le 17 mai, date à laquelle l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a supprimé en 1990 l’homosexualité de la liste des maladies mentales. Ce docteur ès lettres a publié des ouvrages sur le racisme et l’homophobie, notamment le Dictionnaire de l’homophobie (2003) et L’invention de la culture hétérosexuelle (2008). COMMENT A-T-ON INFÉRIORISÉ LES NOIRS ET LES HOMOSEXUELS Dans la première partie de sa conférence, Louis- Georges Tin a démontré que « le racisme comme l’homophobie reposent sur des logiques d’infériorisation ». « En général, la meilleure façon d’inférioriser une personne noire ou homosexuelle, c’est de la comparer à une femme. Les hommes homosexuels sont souvent qualifiés d’efféminés. Ressembler à une femme, c’est censé être la pire des choses pour un homme. On dit aussi la même chose pour les Noirs. Jusqu’aux années 40-45, on disait que les hommes noirs étaient trop féminins. Beaucoup de caricatures les montraient avec des robes et des anneaux. On disait d’eux qu’ils//160 FUGUES.COM AOÛT 2018 étaient mous et alanguis comme des femmes. » Pour inférioriser encore davantage les homosexuels et les Noirs, on les a souvent comparés à des animaux. « Au Moyen Âge, on disait des relations entre personnes de même sexe que c’était des relations bestiales, contre nature. En général, on utilisait le porc comme qualificatif. Le bestiaire est aussi sollicité pour les Noirs. Par exemple, on dit souvent qu’ils sont des singes, des guenons. On a vu une quantité d’images de ce genre autrefois, et même encore aujourd’hui, par exemple pour Barack Obama ou Christiane Taubira, tous les jours dans les cours de récréation ou tous les dimanches dans les stades de football. Pour justifier la traite négrière, il fallait dire que ces personnes n’étaient pas vraiment humaines. On pouvait donc leur appliquer des traitements inhumains. » Il a aussi souligné qu’on réduisait les homosexuels et les Noirs à leur sexualité. « L’homosexuel, c’est le débauché et le pervers alors que le Noir est polygame et sur-sexuel. » Enfin, il a mentionné que des théories raciales avaient vu le jour notamment à la fin du XIXe siècle pour expliquer l’homosexuel et le Noir. « On disait que l’homosexuel et le Noir étaient des sous-races et même que l’homosexuel était une fin de race. […] On prétendait qu’on pouvait devenir homosexuel ou Noir tout en conservant sa peau blanche en les fréquentant ou en écoutant leur musique. » CAUSE SIGNIFICATIVE DE L’ÉPIDÉMIE DE SIDA Dans la seconde partie de sa conférence, Louis- Georges Tin a parlé de certaines pratiques communes de stigmatisation, par exemple les violences policières, l’interdiction de se marier pour un couple de même sexe ou interracial, et le sida. « Le sida a été désigné dès le début comme étant la maladie des Noirs et des homosexuels. Il est vrai qu’il touchait beaucoup de personnes noires ou homosexuelles. DE GAUCHE À DROITE... Brian Uwayo Dushime, président d’Arc-en-Ciel d’Afrique ; Michel Dorais, animateur de la conférence et professeur-chercheur à l’École de travail social et de criminologie de l’Université Laval ; Louis-Georges Tin, militant et président des associations noires de France, et Laurent Francis Ngoumou, doctorant en travail social à l’Université Laval. ⦿ PHOTOS ÉRIC WHITTOM Dans toute l’Europe, notamment l’Europe occidentale, le sida s’est développé énormément, et je pense que c’est pareil en Amérique du Nord, parce qu’au fond, cette épidémie ne touchait que des Noirs et des homosexuels. Ça n’embêtait pas grand monde. Les décideurs se disaient qu’on n’avait pas besoin d’alerter tout le monde. On a commencé à changer d’attitude lorsqu’on s’est rendu compte que l’épidémie touchait beaucoup de Blancs et d’hétérosexuels. Par conséquent, beaucoup de Blancs sont morts à cause du racisme et beaucoup d’hétérosexuels sont morts à cause de l’homophobie, parce que si on met du temps pour mettre en place les moyens pour lutter contre l’épidémie, le virus universel se répand universellement. Quand on veut ensuite faire les choses comme il le faut, il est déjà trop tard. » À son avis, l’épidémie de sida a touché plus dramatiquement l’Afrique en raison du manque de soins de santé attribuable à la pauvreté et la négation du problème notamment par les dirigeants politiques. « Pendant longtemps en Afrique et encore aujourd’hui, des chefs d’État, des ministres de la Santé et même des prix Nobel tenaient le discours suivant  : le sida est une maladie d’homosexuels et donc de Blancs, puisqu’il n’y a pas d’homosexuels en Afrique. Donc, si le sida tue des homosexuels ou des Blancs, bon débarras dans les deux cas. Dans des pays où le taux de contamination au VIH était de 30 à 40%, des responsables politiques irresponsables disaient que leur pays n’était pas concerné, parce que le sida était une maladie de Blancs ou d’homosexuels. Or, les dizaines de millions de gens qui sont morts en Afrique n’étaient pas tous des Blancs ou des homosexuels. » À son avis, les préjugés envers les Noirs et les homosexuels ont amplifié « de manière spectaculaire » la propagation du VIH. « On pourrait mener une étude épidémiologique pour identifier la part qui revient à la biologie et la part qui revient au social dans la diffusion de l’épidémie. Une épidémie qui se serait développée dans un contexte égalitaire n’aurait évidemment pas produit ces effets. Ce qui a tué tous ces gens qui sont morts et qui continuent à mourir, c’est un peu le virus et beaucoup la discrimination, qu’elle soit raciale ou sexuelle. » 6 ÉRIC WHITTOM
712004 ✖ P J ABONNEZ-VOUS L’INFOLETTRE HEBDOMADAIRE DE FUGUES MAGAZINES SITE WEB INFOLETTRES FUGUES.COM ✖ 806043EX 803023



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 1Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 2-3Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 4-5Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 6-7Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 8-9Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 10-11Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 12-13Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 14-15Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 16-17Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 18-19Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 20-21Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 22-23Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 24-25Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 26-27Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 28-29Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 30-31Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 32-33Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 34-35Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 36-37Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 38-39Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 40-41Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 42-43Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 44-45Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 46-47Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 48-49Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 50-51Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 52-53Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 54-55Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 56-57Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 58-59Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 60-61Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 62-63Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 64-65Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 66-67Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 68-69Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 70-71Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 72-73Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 74-75Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 76-77Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 78-79Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 80-81Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 82-83Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 84-85Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 86-87Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 88-89Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 90-91Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 92-93Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 94-95Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 96-97Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 98-99Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 100-101Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 102-103Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 104-105Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 106-107Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 108-109Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 110-111Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 112-113Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 114-115Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 116-117Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 118-119Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 120-121Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 122-123Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 124-125Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 126-127Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 128-129Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 130-131Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 132-133Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 134-135Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 136-137Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 138-139Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 140-141Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 142-143Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 144-145Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 146-147Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 148-149Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 150-151Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 152-153Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 154-155Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 156-157Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 158-159Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 160-161Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 162-163Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 164-165Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 166-167Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 168-169Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 170-171Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 172-173Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 174-175Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 176-177Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 178-179Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 180-181Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 182-183Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 184-185Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 186-187Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 188-189Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 190-191Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 192-193Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 194-195Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 196-197Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 198-199Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 200-201Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 202-203Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 204-205Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 206-207Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 208-209Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 210-211Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 212-213Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 214-215Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 216-217Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 218-219Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 220-221Fugues numéro 35-05 août 2018 Page 222