Fugues n°32-08 novembre 2015
Fugues n°32-08 novembre 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32-08 de novembre 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (184 x 262) mm

  • Nombre de pages : 164

  • Taille du fichier PDF : 34,7 Mo

  • Dans ce numéro : image + nation, avant-goût du festival de films.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
LE GARDE ROBE DE FRÉDÉRIQUE LES MIGNONS  : L’AMOUR C’EST LA GUERRE ! FICTION UN AUTRE GENRE D’AMOUR (PARTIE 2) Sébastien oblique vers un sentier à travers les arbres ; il grimpe successivement sur deux ou trois roches, mais s’arrête rapidement. En regardant derrière lui, il voit Nicolas qui peine à le suivre, déjà à bout de souffle après quelques secondes de course. Il en a perdu, depuis le temps. Sébastien suppose que son métier de metteur en scène ne l’a pas forcé à se tenir en forme, et que son manque d’énergie actuel ne doit pas aider. « On peut marcher, si c’est mieux pour toi. » Nicolas le remercie en expirant profondément. Ils gravissent donc plus lentement les sentiers qui mènent au belvédère du mont Royal. Autour d’eux, les couples se tiennent la main et se serrent pour se protéger des premières rigueurs de l’automne. Sébastien sent que Nicolas voudrait s’essayer, mais il résiste. Il lui prendrait la main comme à une personne vulnérable qu’on aide à se relever, mais Nicolas le comprendrait autrement, et il ne tient pas à l’induire en erreur. Une fois qu’ils sont au sommet, Nicolas demande à un inconnu de prendre une photo d’eux avec la ville en arrière-plan. Tout heureux, il s’empresse de la publier sur Facebook. Ils finissent l’après-midi avec un chocolat chaud au café du chalet, puis se quittent. Le lendemain soir, comme tous les lundis soirs, Sébastien va passer la soirée chez Jérôme. Aussitôt qu’il franchit la porte, sa fréquentation le confronte  : « Alors, 040 FUGUES.COM NOVEMBRE 2015 c’est qui, ce Nicolas avec qui tu es allé marcher sur le mont Royal ? » « Un ami, c’est tout. Je n’ai plus le droit d’en voir ? » « Non, non, c’est juste que tu ne m’en avais pas parlé, et que je pensais que c’était une activité qu’on ferait, nous deux. » Sébatien enlève ses souliers et va déposer un baiser sur la nuque de Jérôme. « On peut encore le faire. » Jérôme suspend la préparation du souper en cours. « Sois honnête. C’était avec lui que tu étais quand tu disais que tu allais étudier dans des cafés ? » Sébastien baisse la tête. « Oui, c’était avec lui. C’est un de mes ex, en fait. Qui est ressorti de nulle part. » Jérôme se met à faire les cent pas. « Et tu comptais m’en parler quand ? » « Bientôt. Mais ce n’est rien de grave ! Ça ne remet pas en question notre relation. Je l’aide temporairement. C’est une mauvaise phase pour lui. » « Une peine d’amour ? » « Non... il est malade. » « Le cancer ? » « Non, non. Trouble bipolaire. Il est dans la phase creuse. Très, très creuse, comparé à ce que j’ai connu de lui. » « Et pourquoi tu devrais l’aider ? » « Je ne dois pas, mais je veux. Il est venu me voir, je ne sais pas trop pourquoi moi. Il me fait confiance. C’est temporaire. Le temps qu’il trouve un traitement. » Jérôme fait la moue. « Tu me promets que je n’ai pas à m’inquiéter ? » « Promis. » Pour bien clore le sujet, ils font l’amour avant de souper. En rassurant Jérôme, Sébastien n’en était pas sûr lui-même. Mais plus le temps passe, plus il se rafermit dans cette conviction. Tout ce qui l’a attiré chez Nicolas a disparu  : sa certitude, sa confiance en lui, son arrogance virile. Il aime passer du temps avec lui parce qu’il sait son support nécessaire, mais toute idée de sexualité est désormais exclue. Il réalise qu’il se sent bien dans ces deux rôles  : d’un côté le supporté de Jérôme, de l’autre le support de Nicolas. Il lui semble donner ce qu’il reçoit, et être d’autant plus heureux de pouvoir faire les deux. Est-ce un côté paternel qui ressort ? Il se promet d’y réfléchir plus tard – peut-être quand la relation avec Jérôme sera plus élaborée et qu’ils pourront l’envisager. L’habitude de partager son temps entre les deux continue pendant quelques semaines, en parallèle des études. Jérôme, qui a observé à ce propos un silence exemplaire, le confronte un soir alors qu’ils se mettent au lit  : « J’aimerais bien rencontrer ton ami. » Sébastien sursaute. « Pourquoi ? » « Pour comprendre. Pour voir ce que tu lui apportes, et s’il le mérite. Par curiosité, aussi. » Sébastien ne voit pas de bonne raison de refuser et accepte d’organiser la rencontre. Jérôme offre sa table, et le lendemain déjà, tous les trois se retrouvent autour d’un succulent repas qu’il leur a préparé, grand gastronome et excellent hôte. Jérôme et Nicolas se font la bise d’usage. Sébastien se dit que sa fréquentation trouvera probablement son ex froid et antipathique, mais il sait, lui, que c’est de la pure timidité. Jérôme pose des questions sur la vie de Nicolas, auxquelles ce dernier répond avec un strict minimum. Sébastien, gêné du manque de fluidité, renchérit souvent avec ce qu’il a entretemps appris de sa carrière à l’étranger. Quand il sent Nicolas sur le point de passer un commentaire autodévalorisant, il l’arrête avec un éloge. Le couple se trouve d’un côté de la table, Nicolas de l’autre. À quelques reprises Jérôme et Sébastien s’étreignent et se frôlent, et à un moment ils se prennent la main. Nicolas les regarde faire et semble de moins en moins concentré sur la conversation. Au bout d’un moment, il arrête de parler et verse une larme. Sébastien se précipite à ses côtés pour le soutenir, mais les sanglots éclatent malgré tout. « On ne se collera plus, si ça t’affecte trop. » « Mais non, vous êtes beaux à voir. Je sens tellement que je ne trouverai plus jamais ça. Je suis si nul, si incapable, si laid... » « Pour le reste, je ne sais pas, mais je te trouve plutôt mignon », intervient Jérôme. Nicolas esquisse une grimace. Ce soir-là ils s’endorment devant un film, Nicolas au milieu, souriant et paisible, étreint par les deux membres du couple à la fois. 6 FRÉDÉRIC TREMBLAY fred_trem_09@hotmail.com PHOTO_ROBERT LALIBERTÉ
ENTREHOMMES « ON VOUS TROUVERA L'HOMME DE VOTRE VIE... RENCONTREZ LE MAINTENANT ! « 514.312.7510 www.entrehommes.com DEPUIS 1996 502021



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 1Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 2-3Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 4-5Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 6-7Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 8-9Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 10-11Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 12-13Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 14-15Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 16-17Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 18-19Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 20-21Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 22-23Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 24-25Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 26-27Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 28-29Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 30-31Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 32-33Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 34-35Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 36-37Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 38-39Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 40-41Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 42-43Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 44-45Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 46-47Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 48-49Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 50-51Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 52-53Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 54-55Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 56-57Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 58-59Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 60-61Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 62-63Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 64-65Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 66-67Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 68-69Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 70-71Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 72-73Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 74-75Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 76-77Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 78-79Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 80-81Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 82-83Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 84-85Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 86-87Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 88-89Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 90-91Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 92-93Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 94-95Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 96-97Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 98-99Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 100-101Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 102-103Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 104-105Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 106-107Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 108-109Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 110-111Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 112-113Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 114-115Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 116-117Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 118-119Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 120-121Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 122-123Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 124-125Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 126-127Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 128-129Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 130-131Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 132-133Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 134-135Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 136-137Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 138-139Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 140-141Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 142-143Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 144-145Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 146-147Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 148-149Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 150-151Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 152-153Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 154-155Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 156-157Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 158-159Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 160-161Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 162-163Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 164