Fugues n°32-08 novembre 2015
Fugues n°32-08 novembre 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32-08 de novembre 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Nitram

  • Format : (184 x 262) mm

  • Nombre de pages : 164

  • Taille du fichier PDF : 34,7 Mo

  • Dans ce numéro : image + nation, avant-goût du festival de films.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 128 - 129  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
128 129
CONSEILS D’EXPERTS_UNE PRÉSENTATION DE Le REEE LE RÉGIME ENREGISTRÉ D’ÉPARGNE-ÉTUDES S’INSTRUIRE, C’EST S’ENRICHIR Desjardins est fier d’offrir à ses membres le Régime Enregistré d’Épargne-Études (REEE) dans sa gamme de produits d’épargne. On entend souvent parler des REER et des CELI, mais très peu du REEE. Voilà un régime d’épargne visant à financer les projets d’études post-secondaires d’un enfant à votre charge ou de votre entourage. Si vous êtes la marraine ou le parrain d’un enfant, ce compte constitue le plus judicieux des cadeaux. Avec ses nombreux avantages, ce produit est un puissant outil d’épargne pour l’éducation future s’il est instauré tôt dans la vie de l’enfant. En quoi consiste un REEE ? Il s’agit d’un compte enregistré ouvert par un particulier, dit le souscripteur du régime, pour un bénéficiaire mineur. Généralement, ce sont les parents ou les grands-parents qui contribuent au régime pour leurs enfants ou petits-enfants. Notez que vous pouvez toujours contribuer à un REEE pour un enfant avec lequel vous n’avez pas de lien familial. Tout comme le CÉLI, les gains sur les sommes investies au sein du compte REEE sont libres d’impôts, mais ne sont pas déductibles, comme c’est le cas avec le REER. Le cadeau fiscal de ce régime s’opère sous la forme des généreuses subventions des deux paliers de gouvernement. Ces subventions sont déposées à même le compte. Il y a premièrement la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) qui s’élève à 20% du montant cotisé durant l’année pour un maximum de 500$ annuel et un plafond à vie de 7200$. Ensuite, vient s’ajouter l’Incitatif québécois à l’épargneétudes (IQEE) représentant 10% des cotisations jusqu’à concurrence d’un 250$ annuel et un plafond à vie de 3200$. Si l’enfant bénéficiaire provient d’une famille à revenu modeste, le Gouvernement fédéral bonifie ses versements au compte pouvant aller jusqu’à 2000$ à vie. Il s’agit là du Bon d’études canadien (BEC). DES QUESTIONS ? Toujours à l'écoute des besoins de la communauté, Desjardins souhaite obtenir vos questions ou vos suggestions de sujets qui pourront être rédigés par divers professionnels (notaire, avocat, fiscaliste, etc.) Écrivez à  : lgbt@desjardins.com pour faire part de vos suggestions. 128 FUGUES.COM NOVEMBRE 2015 0 Desjardins Il n’y a aucune limite de cotisation annuelle au sein du REEE et le régime permet un maximum de 50 000$ en versement à vie sur ce compte. Nous comprenons donc bien que la stratégie de cotisations visant à maximiser les subventions s’étale sur plusieurs années. D’ailleurs, une stratégie d’investissement sous forme de versements périodiques demeure une excellente option pour contribuer au REEE. Si votre souhait est de profiter de ces avantages pour les études de vos enfants, nièces, neveux ou filleul, parlez-en à votre conseiller Desjardins. À quel moment pouvons-nous retirer les sommes du régime pour les donner au bénéficiaire ? Lorsque l’enfant est en âge de fréquenter un établissement d’études post-secondaires (Diplôme d’études post-secondaire, CÉGEP, université) il n’a qu’à fournir sa preuve d’inscription et seront instaurés des paiements d’aide aux études (PAE). Ces sommes de PAE versées au compte chèque du bénéficiaire s’ajoutent à son revenu et sont imposables. Généralement à ce stade-ci de sa vie, l’étudiant à temps plein gagne un revenu modeste et ne paie pas d’impôt sur le revenu. Avec les PAE, le bénéficiaire pourra alors voir à payer ses frais de scolarité et ses dépenses de fournitures scolaires, de transport et de logement. Et si le bénéficiaire du régime décide de ne pas poursuivre d’études post-secondaires ? Si l’enfant ne fréquentera pas un établissement qui se qualifie, il ne pourra pas retirer les sommes pour son bénéfice. Si ce même bénéficiaire a un frère ou une sœur, il est possible d’effectuer un changement au régime en faveur d’un autre enfant ayant des liens de sang. Il faut comprendre que l’intégralité des sommes versées au REEE par le souscripteur lui appartient. Ce dernier pourra les retirer à la dissolution du régime dans le cas échéant. Dans cette éventualité, tout revenu de placement au sein du compte pourra être roulé à son REER. Les subventions sont conditionnelles aux études du bénéficiaire et seront donc retournées à Ottawa et Québec. Comment puis-je m’ouvrir un REEE ? Nous vous invitons à communiquer avec votre conseiller Desjardins pour choisir le véhicule de placement qui portera les fruits de l’épargne au sein du REEE. Une gamme de fonds communs, de portefeuilles et de certificats vous sont offerts pour ce régime. Ensuite, si vous décidez de cotiser au REEE au courant des prochaines années, vous pouvez faire l’opération en quelques clics sur Accès-D. 6 PIERRE-LUCL. BROSSEAU Adjoint au gestionnaire privé Gestion privée Desjardins 6 SIMON DÉRY Directeur, Soutien à la gestion et opérations Caisse Desjardins des Versants du mont Royal
UN PAS DE PLUS VERS LE LUXE Google a dévoilé au monde entier, le 29 septembre dernier, la gamme de produit qui ornera les tablettes virtuelles du Google Store pour la prochaine années à venir. Téléphones, tablette et systèmes de divertissements novateurs ; la compagnie nouvellement appeleé Alphabet n’a pas déç̧u et s’est éloignée des compromis. NOUVEAUTÉS_CONSOMMATION Techno Le principal attrait de cette conférence automnale annuelle est demeuré le même que les années précédentes  : une nouvelle gamme d’appareils Nexus. Cette année, deux nouveaux téléphones ont été dévoilés au public et avec cette stratégie misant sur la variété, Google s’assure d’attirer l’attention de clientèles différentes. À pareille date en 2014, les têtes penseuses de Google nous présentaient un Nexus 6 plutôt costaud  : six pouces d’écran et des caracteŕistiques techniques au top qui marquaient un changement de stratégie  : s’éloigner de la promesse d’un rapport qualité-prix pour flirter avec le haut de gamme. Certains acheteurs en ont profité, eux, pour s’éloigner de ce produit qu’ils jugeaient trop gros et trop cher et les chiffres de vente ont tout dit  : le Nexus 6 a été beaucoup moins populaire que son prédécesseur, le Nexus 5. 2015 marque donc un certain retour aux sources dans le cas du Nexus 5X, créé en partenariat avec LG. Un téléphone plus compact doté d’une architecture interne de moyenne gamme destiné à une clientèle intéressée à se procurer un bon téléphone déverouillé sans y laisser sa chemise. Pour 499$, le Nexus 5X vous offre une caméra 12,3 mégapixels qui, selon ce qu’on nous promet, serait équivalente à celle d’un iPhone ou d’un Samsung Galaxy récent. L’écran, haute définition intégrale, reproduit bien les couleurs et est facilement visible à l’extérieur, en plein soleil. La grande nouveauté  : le Nexus Imprint, un lecteur d’empreintes digitales, placé au dos de l’appareil, rapide et précis. Il permettra, entre autres, à certaines applications d’être plus sécurisées et à autoriser des transactions grâce au nouveau Android Pay. Pour les amateurs de téléphones luxueux, Google a collaboré avec la compagnie chinoise Huawei pour l’autre téléphone, le Nexus 6P. Cette deuxième version offre une expérience chic sans compromis. Le téléphone en entier est en aluminium, l’écran de type AMOLED est en résolution Quad HD (quatre fois la haute définition) et les caractéristiques internes sont toutes à la fine pointe, même la batterie. On nous promet une réelle autonomie d’une journée, enfin ! Le Nexus 6P partage la lentille et le Nexus imprint de la version 5X. Il est offert à partir de 699$ et s’adresse à une clientèle passionnée de technologie en moyens ou à des consommateurs qui acceptent de se soumettre à un contrat à durée déterminée chez un opérateur mobile. On prévoit un prix d’environ 200$ a ? condition d’apposer sa signature au bas d’une entente de deux ans. Google a également présenté une nouvelle tablette assemblée à l’interne (ce qui est rare !) et qui poursuit la tradition des ordinateurs Chromebook Pixel (que vous ne connaissez probablement pas). Ces ordinateurs portables étaient pensés et construits par Google avec des matériaux de grande qualité. Cette philosophie a été transposée dans une tablette de grand format, mais à un prix tout de même raisonnable. La bien dessinée Pixel C de 10,2 pouces est performante  : un des meilleurs processeurs portables est caché sous l’écran, ce qui lui permet d’accomplir des tâches généralement réservées à des ordinateurs compacts. Vendu séparément, un clavier aimanté vient compléter l’ensemble pour offrir une expérience de productivité équivalente à celle de l’iPad Air 2. Pour l’instant, aucun prix n’a été communiqué pour le Canada. Si on se fie aux habitudes de commercialisation de la firme, il pourrait être bien possible que nous devions nous passer de ce produit, faute de demande suffisante dans notre marche ?. Les deux autres gadgets présentés le 29 septembre viennent rafraîchir la gamme Chromecast, ce bidule bon marché servant à diffuser du contenu numérique sur un téléviseur et maintenant sur des enceintes stéréo. Oui, un nouveau Chromecast a vu le jour  : le Chromecast Audio qu’on peut brancher à un haut-parleur avec un simple câble audio conventionnel de 3.5 mm. Ainsi, pratiquement n’importe qui peut maintenant profiter d’une expérience multimédia de qualité à la maison. Ces deux nouvelles versions ont été particulièrement anéliorées en ce qui a trait a ? leur connectivité. À l’aide de leurs antennes intelligentes, ils gérent le signal Wifi en réduisant les risques de déconnexion et le temps de mise en cache avant de débuter la diffusion d’un film ou d’une chanson. En résulte une expérience fiable, rapide et sans tracas. 6 FRANÇOIS GAGNON



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 1Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 2-3Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 4-5Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 6-7Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 8-9Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 10-11Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 12-13Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 14-15Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 16-17Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 18-19Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 20-21Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 22-23Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 24-25Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 26-27Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 28-29Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 30-31Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 32-33Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 34-35Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 36-37Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 38-39Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 40-41Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 42-43Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 44-45Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 46-47Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 48-49Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 50-51Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 52-53Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 54-55Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 56-57Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 58-59Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 60-61Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 62-63Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 64-65Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 66-67Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 68-69Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 70-71Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 72-73Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 74-75Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 76-77Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 78-79Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 80-81Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 82-83Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 84-85Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 86-87Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 88-89Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 90-91Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 92-93Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 94-95Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 96-97Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 98-99Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 100-101Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 102-103Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 104-105Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 106-107Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 108-109Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 110-111Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 112-113Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 114-115Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 116-117Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 118-119Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 120-121Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 122-123Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 124-125Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 126-127Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 128-129Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 130-131Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 132-133Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 134-135Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 136-137Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 138-139Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 140-141Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 142-143Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 144-145Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 146-147Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 148-149Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 150-151Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 152-153Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 154-155Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 156-157Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 158-159Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 160-161Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 162-163Fugues numéro 32-08 novembre 2015 Page 164