Fragonard Magazine n°6 2018
Fragonard Magazine n°6 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de 2018

  • Périodicité : annuel

  • Editeur : Les Parfumeries Fragonard

  • Format : (190 x 230) mm

  • Nombre de pages : 146

  • Taille du fichier PDF : 12,6 Mo

  • Dans ce numéro : en coulisse avec Marie-Edith.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
Elle raconte son parcours dans le livre Au royaume de l’espoir, il n’y a pas d’hiver, paru en novembre 2015 aux Editions Robert Laffont. À travers ce récit poignant, fruit d’une aventure humaine hors du commun, elle réussit à décrire l’innommable avec humanité, partageant son intime conviction que la vie l’emporte toujours. Pour faire un don  : www.elisecare.org Toutes à l’école avec Tina Kieffer Tous les 3 mois, la journaliste Tina Kieffer se rend au Cambodge. Elle a été à l’initiative de la construction en 2006, de l’école Happy Chandara. Cet établissement situé dans une zone rurale à 12 km de Phnom Penh, propose une scolarisation de haut niveau à des petites et jeunes filles issues des familles les plus démunies du pays. Le but ? Les mener vers un métier qui leur apportera liberté et dignité. « Le déclic ? J’étais en tournage au Cambodge, lorsque je me suis rendue dans un orphelinat afin d’y déposer des vêtements. Là, j’ai rencontré celle qui allait devenir mon 5 e enfant  : ma fille Shandara » confie Tina Kieffer, qui immédiatement se sentit au-delà de concernée par la cause des petites filles de ce pays. Elle décide alors de créer une école qui leur serait dédiée. Une de ses connaissances lui propose un terrain vague en location. Tina déplace des montagnes et le 7 novembre 2006, 92 petites filles font leur rentrée en classe de CP. « Dans les pays les plus pauvres, lorsqu’une famille a la possibilité de scolariser un enfant, c’est toujours le garçon qu’elle choisit. Dès l’enfance, la fille est reléguée aux tâches domestiques, puis doit travailler pour aider les siens. Ainsi, sur tous les enfants scolarisés dans le monde, un tiers seulement sont des filles » souligne Tina Kieffer qui, à chaque année scolaire, accueille 100 nouvelles petites filles avec le but de les accompagner durant toute leur scolarité. En l’espace de quelques années, l’école Happy Chandara, s’est métamorphosée en un véritable campus abritant collège, lycée, internat, centre médicosocial et centre de formation professionnelle. Afin que les élèves puissent concrétiser leurs choix d’orientation, des stages en entreprise – une première au Cambodge –, des forums des métiers et des rencontres avec des professionnels de différents secteurs d’activités y sont organisés. Désormais, les petits garçons ne sont plus exclus de la structure, puisque les salles informatiques leur sont ouvertes chaque mercredi. « L’équipe sur place est formidable. Nous organisons régulièrement des réunions par Skype, entre chacun de mes déplacements. Moi, depuis la France je m’occupe notamment de la mise en place de nos opérations de produits partagés avec Sephora, la Flamme Marie-Claire avec l’Occitane ou d’autres marques comme Delacre qui cet hiver met sur le marché une boîte de biscuits décorée par Sarah Lavoine. Nos ressources proviennent de la vente de ces produits partagés, de dons et principalement des parrainages. » Chacun peut parrainer la scolarité d’une petite fille à partir de 20 € par mois (7 € après défiscalisation puisque 66% des dons sont déductibles des impôts NDLR). Chaque parrain est régulièrement tenu au courant via une newsletter, des photos et des vidéos de l’évolution de sa filleule. Certaines entreprises choisissent également de parrainer une classe entière. « Les parrainages sont les revenus qui nous offrent une visibilité à long terme. Nous encourageons vivement tous ceux qui se sentent concernés par notre combat à nous rejoindre via cette formule ». Actuellement Happy Chandara prépare la vie post-bac des jeunes filles issues de la première classe de CP de 2006. « Un foyer sera ouvert à la rentrée prochaine afin d’accueillir nos étudiantes qui feront leur première rentrée à l’université ». Une belle aventure, source d’un grand bonheur pour Tina Kieffer. « Elles font preuve d’une volonté remarquable. Elles s’accrochent… Et ça marche ! » www.toutes-a-l-ecole.org Tél.  : 01 46 02 75 39 portrait Fragonard magazine 83
portrait 84 Fragonard magazine Audrey Noelter Comment tu t’chappelle ? L’histoire d’un collectif solidaire À tout juste 30 ans, Audrey Noeltner est une activiste résolument déterminée à agir au quotidien pour rendre le monde meilleur. Franco-américaine, Audrey est née à Paris. Elle grandit dans le XVIII e arrondissement parisien avant de déménager à New York puis à Los Angeles avec sa famille pour la carrière professionnelle de son père. Après avoir obtenu sa licence d’urbanisme à Montréal, elle rentre en France et passe un Master à Sciences Po. Depuis plus de dix ans, elle milite au sein de différentes structures pour un monde plus solidaire. C’est à Montréal, qu’elle se sensibilise pour la première fois à la cause des réfugiés. Dès 2006, elle est bénévole pour la YMCA (Young Men’s Christian Association) où elle donne des cours de français. « On leur apprenait à parler français et à devenir rapidement autonome afin de se débrouiller dans la ville. » De retour en France, en 2010, elle souhaite poursuivre ses missions de bénévolat, et commence par donner des cours de soutien scolaire à la Maison Verte, une maison de quartier située dans le XVIII e arrondissement. Puis, elle co-crée l’association One, Two, Three… RAP ! pour que des jeunes de Paris et de la Seine-Saint-Denis apprennent ou progressent en anglais, de façon ludique par le biais de la culture Hip Hop. Révoltée face à la situation de nombreux réfugiés en France, elle décide d’agir. « Je me suis tout simplement mise à leur place. J’ai imaginé la situation inverse  : si nous étions en guerre en France, contraints de nous réfugier en Afrique, c’est à nous, la société civile de prendre les choses en main ». Audrey a donc appelé le centre d’accueil de la Porte de la Chapelle géré par l’association Utopia 56. « Je voulais donner des cours de français. Ils ont accueilli mon appel avec enthousiasme et m’ont proposé d’apprendre le français à un groupe de mineurs isolés. Il s’agissait de jeunes en provenance d’Afghanistan et d’Érythrée. Avec des amis, nous avons assuré tous les soirs une permanence de 18 h à 20 h  : des cours improvisés dans la cuisine d’un hôtel « de sommeil ». En quelques semaines, les murs étaient recouverts de feuilles avec l’alphabet, les bases de conjugaison et de grammaire ! » Petit à petit, l’engagement d’Audrey et de ses amis a débordé du cadre  : matchs de foot, après-midis récréatives autour de jeux de société et balades à la découverte de Paris se sont enchaînés pour le plus grand bonheur de cette douzaine de jeunes gens. « Certains, issus de milieux ruraux et paysans, étaient totalement analphabètes. En quelques mois, ils ont réalisé des progrès exceptionnels. Leur capacité d’adaptation et leur envie d’apprendre sont immenses. » Audrey remarque qu’ils portaient chaque jour un grand soin à leur apparence, même s’il fallait quotidiennement laver la seule chemise qu’ils avaient. Un jour, l’un deux avait apporté un flacon de parfum. « En les voyant gaiement se disputer pour pouvoir tous s’en asperger, j’ai eu l’idée de contacter la Maison Fragonard dont je connaissais l’une des employées. Et, une dizaine de jours plus tard, nous avons été invités à participer à un atelier Apprenti parfumeur. L’expérience a enchanté chacun d’entre eux. Ils étaient tellement fiers d’avoir créé leur propre fragrance ! ». Au moment de l’écriture de ces lignes (novembre 2017), elle est à la recherche de nouveaux partenaires (locaux, bénévoles, etc.) pour poursuivre ses cours de français dans de bonnes conditions, toujours sous la houlette d’Utopia 56. Son objectif  : pouvoir accompagner les jeunes dans diverses sorties grâce à des structures, qui, à l’instar de Fragonard, seraient susceptibles de proposer des activités permettant à ces jeunes gens courageux de s’évader quelques heures d’un quotidien complexe. Pour faire un don ou proposer votre aide  : www.utopia56.com fr.ulule.com/utopia-56 utopiacoursfrancais@gmail.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 1Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 2-3Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 4-5Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 6-7Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 8-9Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 10-11Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 12-13Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 14-15Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 16-17Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 18-19Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 20-21Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 22-23Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 24-25Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 26-27Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 28-29Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 30-31Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 32-33Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 34-35Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 36-37Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 38-39Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 40-41Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 42-43Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 44-45Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 46-47Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 48-49Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 50-51Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 52-53Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 54-55Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 56-57Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 58-59Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 60-61Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 62-63Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 64-65Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 66-67Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 68-69Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 70-71Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 72-73Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 74-75Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 76-77Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 78-79Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 80-81Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 82-83Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 84-85Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 86-87Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 88-89Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 90-91Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 92-93Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 94-95Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 96-97Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 98-99Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 100-101Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 102-103Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 104-105Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 106-107Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 108-109Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 110-111Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 112-113Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 114-115Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 116-117Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 118-119Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 120-121Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 122-123Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 124-125Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 126-127Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 128-129Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 130-131Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 132-133Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 134-135Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 136-137Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 138-139Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 140-141Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 142-143Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 144-145Fragonard Magazine numéro 6 2018 Page 146