Foot Pro n°17 mai 2006
Foot Pro n°17 mai 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de mai 2006

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Ligue de Football Professionnel

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 5 Mo

  • Dans ce numéro : basket, foot, had, rugby, volley... tous pour un.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Le monde se met à la table de la Ligue 1 Le mois dernier, la LFP a invité les diffuseurs étrangers de la Ligue 1 à Paris, le temps d’un week-end mêlant foot et gastronomie. Par Jean-Guillaume Welgryn 14 I mai 2006 footpro magazine Dîner gastronomique, dégustation de vins, brunch sur les Champs Elysées, et en dessert… un clasico. Le mois dernier, à l’occasion du match PSG-OM, la LFP et son partenaire TWI ont invité les diffuseurs étrangers du championnat à découvrir d’un peu plus près les vertus de la France et de son football. Ils étaient une dizaine, venus d’Amérique Latine, d’Asie ou d’Europe, heureux de pouvoir partager leur expérience et leurs attentes tout en s’imprégnant du savoir-faire français. La Ligue avait programmé un séjour sur mesure, agrémenté d’une « En deux ans, le montant des droits de diffusion de la Ligue 1 à l’étranger a progressé de 40% pour atteindre 7 M €. visite instructive des moyens de production de Canal+. Les diffuseurs mondiaux de la Ligue 1 ont ainsi passé l’avant match dans le car régie de la chaîne cryptée. Ils se sont extasiés de la qualité de l’organisation et des moyens mis en œuvre par la LFP pour produire le Signal International directement depuis le car, oubliant peu à peu le contexte « sportif » de la rencontre qui n’a pas manqué de les interpeller. Cette initiative inédite intervient alors que la Ligue a mis en place une politique offensive de promotion et de développement du championnat à l’étranger. En deux ans de collaboration avec TWI, filiale du groupe IMG gérant les droits TV internationaux des plus grandes institutions sportives dans le monde, le montant des droits de la Ligue 1 a progressé de plus de 40%, pour atteindre 7 M €. L’amélioration sensible de la qualité du Signal International, l’élaboration d’outils médias pour assister les diffuseurs à l’occasion des matches et l’investissement dans les nouveaux programmes (magazine de la journée, magazine de la saison) ne sont pas étrangers à cet essor. Déjà présente dans plus de 130 pays au monde la saison dernière, la Ligue 1 a gagné de l’exposition supplémentaire en touchant cette saison de nouvelles contrées à travers les postes de TV arméniens, tchèques, slovaques, slovènes, sud-coréens, suédois, ukrainiens et hong-kongais. Le championnat occupe également une place de choix en Amérique Latine au sein de Gol TV, une nouvelle chaîne 100% foot dirigée par l’ancien international uruguayen Enzo Francescoli et sur la chaîne TV Globo au Brésil, qui suit les exploits de nos Brésiliens. A ce jour, 151 pays suivent le championnat de Ligue 1. Voilà qui devrait permettre aux clubs français de déplacer encore un peu plus loin les frontières de leur notoriété.
Le meilleur speaker du football français est une ancienne gloire du Top 50 et un amoureux du RC Lens. Nous l’avons suivi un soir de match. Par Vanessa Caffin dernier, ses pairs l’ont sacré meilleur speaker du football français et ont décerné le micro d’or à la paire qu’il forme à L’an Lens avec Roger Rudynski. Vrai qu’il a une voix qui porte et une joie communicative. Vrai qu’il triche un peu aussi. Dans une autre vie, Dominique Regia-Corte, le speaker vedette du RC Lens, fut une star du Top 50 et même des charts US avec son groupe « Magazine 60 ». Dans les années 80, il chanta « Don Quichotte », mit le feu aux plus grandes salles américaines et décrocha dix disques d’or. Ça vous pose un homme ! C’est en voulant enregistrer un album pour le RC Lens qu’il a rejoint le club sang et or. Ses chansons lensoises sont devenues des tubes. « Fier d’être lensois » s’est vendu à plus de 40.000 exemplaires dans la région. Même engouement pour l’album « Fou d’Bollaert » et les deux autres qui ont suivi en 1998 (Champions les Sang et Or) et en 2000 (100 pour Sang et Or). Aujourd’hui, il planche sur un album célébrant le centenaire du club entre deux missions d’animation. Car Dominique Regia-Corte a pris du galon ! Il est désormais en charge du département « supporter, public et animation » du Racing. En parallèle, il préside la Commission d’Animation des Jeunes du centre de formation, remet tous les ans les « Gaillettes d’Or » aux jeunes joueurs lensois les plus prometteurs et fait partie de la Commission Nationale Mixte de Sécurité et d’Animation dans les Stades (CNMSA) de la LFP. Pour en savoir plus sur la plus belle voix du foot français, nous l’avons suivi le temps d’un match. Retour, heure par heure, sur le quotidien du marathonien du RC Lens. Une Voix en Nord 24H CHRONO... 15h : Dominique a peu dormi. La veille, il a traîné dans son studio d’enregistrement jusqu’à une heure du matin pour réactualiser la play-list musicale du RC Lens et y insérer quelques cartons danse du moment. A peine le temps de tout mettre en boîte que l’heure des derniers préparatifs approche déjà. Dans l’après-midi, il donne les ultimes consignes à Karine, sa précieuse assistante, ainsi qu’à Morgane et Anne-Laure, ses deux stagiaires (photo ci-dessus). Ces derniers jours, il a assisté aux répétitions des mini pom-pom girls, préparé les convocations, élaboré le conducteur... « Mais je ne suis pas seul : trente personnes travaillent dans l’ombre chaque soir de match pour prendre en charge l’animation », glisse-t-il. 16h : Dans le local sécurité du stade Bollaert, tour de verre surplombant la pelouse, Dominique fait le point sur le programme du soir avec les délégués du match et Damien Vanoise, le directeur de la sécurité. Ce soir-là n’est pas un soir comme les autres : le réalisateur du film « Quand la mer monte », primé aux Césars, va bientôt arriver, trophée en mains, pour une séance photo aux côtés d’un supporter lensois. L’émotion commence déjà à monter... 17h : Pas le temps de souffler. Une autre réunion attend déjà le speaker lensois, en compagnie cette fois de l’équipe d’animation. Toujours le même rituel : Dominique avale un sandwich, distribue le conducteur, les play-lists, réalise les tests sono et s’équipe du talkie qui le maintiendra toute la soirée en contact avec son équipe. 19h10 : C’est l’heure de rejoindre la pelouse et de débuter son show. Entre-temps, Dominique est parti à la rencontre des ramasseurs de balles (photo de gauche), de ses invités, et salué les joueurs venus s’échauffer. Mais voilà qu’il est déjà temps d’annoncer la composition des équipes, les anniversaires des fans Sang et Or et de mettre le feu aux tribunes… 22h : Dernier brief avec l’équipe d’animation. Pas question de quitter Bollaert. Pour ça, il faudra attendre que le dernier spectateur ait quitté le stade et que les lumières s’éteignent enfin. footpro magazine mai 2006 I 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :