Food Magazine n°66 mai 2014
Food Magazine n°66 mai 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°66 de mai 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Silvestri Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : plats élaborés, une niche dynamique !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
PRIX DE LA MEILLEURE INNOVATION SALON INTERNATIONAL DE L:AGRICULTURE DE MEKNES 2014 " COUSCOUS COMPLET BIOLOGIQUE DARI " DARI est fière de partager avec vous le « Prix de la Meilleure Innovation et Valorisation » de produit, obtenu à l'occasion du SIAM 2014 pour son nouveau « Couscous Complet BIO ». Ce Couscous est fabriqué à base de blés cultivés selon les méthodes de l'Agriculture Biologique, permettant un meilleur respect de l'environnement et de la nature. Ce Couscous est le premier Couscous Marocain bénéficiant d'une double certification biologique selon les normes Européenne et Américaine. Cette prestigieuse distinction récompense les efforts soutenus de Recherche et Développement de DARI et constitue un encouragement supplémentaire à poursuivre la stratégie volontariste d'innovation et de valorisation de produit initiée par DARI dès son démarrage. - Certifications Biologiques- MA-810 154 Agricutture du Maroc w - info@couscousdari.com -
L’Interview Olivier Sergent, Directeur Général de MecathermJ’ai la conviction que, dès l’année prochaine, des projets verront le jour au Maroc Leader mondial dans la construction de lignes de boulangerie industrielle, Mecathermfête ses 50 ans et a récemment conclut la vente de trois lignes à un opérateur agro-industriel algérien majeur, le Groupe Benamor. A cette occasion, Olivier Sergent, Directeur Général de Mecatherm, répond à nos questions et évoque le potentiel d’industrialisation du pain sur le continent africain, où la société est présente depuis 8 ans. FOOD Magazine Présentez-nous le groupe Mecatherm. Olivier Sergent Mecathermest une société française, leader mondial dans la construction de lignes de boulangeries industrielles. Elle vient de fêter ses 50 ans et exerce ses talents sur à peu près toutes les régions du monde puisque plus de 85% de la production de Mecathermest exportée. Cette exportation se fait pour moitié en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord, qui sont les marchés historiques de Mecatherm, mais désormais aussi pour moitié dans les pays en croissance : Afrique, Maghreb, Amérique latine, Russie, Chine, etc. Mecathermest historiquement leader mondial dans la technologie pain croustillant (type baguettes ou dérivés), qui est le pain issu des pays du bassin méditerranéen et que l’on retrouve dans toutes les régions qui ont un lien historique avec la France, l’Espagne, le Portugal ou la Belgique. Mais Mecathermse développe également aujourd’hui dans les pains « soft », d’origine plus anglo-saxonne : pains de mie, buns, pains plats, bagels… Nous couvrons donc la totalité de la gamme. Selon le profil de notre client, nous pouvons vendre juste un équipement spécialisé, à intégrer dans une ligne de production, ou bien une ligne de production complète, voire un projet global avec des partenaires. Nos lignes de production de baguettes commencent à 2.500 baguettes/heure, jusqu’à 10.000 baguettes/heure. Quelles sont vos dernières innovations ? Nous avons présenté deux innovations majeures au dernier salon Europain, sur lequel nous avons eu le plaisir - c’est très significatif - d’avoir beaucoup de visiteurs du Maghreb et d’Afrique. La première innovation est une ligne de production entrée de capacité (non pas en termes de qualité mais en termes d’investissement et de capacité). Cette ligne S permet de réduire considérablement le ticket d’entrée et a rencontré un grand succès, pas seulement d’ailleurs auprès des investisseurs africains, mais aussi d’Europe et d’Amérique du Nord. D’ailleurs la première que nous avons vendue est aux Etats-Unis. La deuxième innovation, majeure, est la ligne HQ (Haute Qualité), qui permet de faire du pain de très haut de gamme à des coûts proches de ceux du pain de grande diffusion. Vous obtenez un pain avec la mie alvéolée, la croûte un peu épaisse, la sole craquante. Nous réussissons désormais à produire ce pain dans les mêmes conditions économiques que le pain dit « convenience ». Quelle est votre analyse du secteur de la boulangerie industrielle en Afrique, et plus particulièrement au Maghreb ? Aujourd’hui, si l’on parle plus particulièrement de la zone Afrique et du Maghreb, on y observe une augmentation de la taille des villes jusqu’à 10, 15 voire 20 millions d’habitants. Dans ces villes, on constate que la consommation de céréales évolue de plus en plus vers le blé, au détriment du manioc ou du riz par exemple. Plus on va en milieu urbain, plus on passe à des produits de panification, ce qui soulève un certain nombre de questions, car faire du pain est très compliqué. C’est une réaction physico-chimique difficile à contrôler, qui demande des ingrédients et un savoir-faire de très haute qualité. Enfin, cette activité ne dégage pas beaucoup de marge, d’autant plus que l’on se retrouve souvent dans des marchés contraints, avec des régimes soit de subvention de la farine ou du pain, soit de limitation du prix du pain. C’est le cas au Maroc, en Algérie, etc. Suite page 24-25 FOOD MAGAZINE N°66 15 Mai - 15 Juin 2014 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :