Focus Magazine n°87 oct/nov 2017
Focus Magazine n°87 oct/nov 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°87 de oct/nov 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : SARL Focus

  • Format : (200 x 200) mm

  • Nombre de pages : 136

  • Taille du fichier PDF : 28,9 Mo

  • Dans ce numéro : évasion à Casa Malca.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 86 - 87  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
86 87
De quelle manière es-tu inspiré par la musique et la danse ? On y retrouve les notions de mouvement, de rythme… Depuis mon enfance, la musique a toujours été présente, et je me rappelle encore aujourd’hui des vieux rythmes de sega Mauriciens du début des années 70. Pour beaucoup de cultures, la musique sert à rythmer la vie de tous les jours, ayant un rapport direct avec les différentes taches ou rituels. Pour d’autres, comme les esclaves aux Etats-Unis qui cueillaient le coton, ou sinon les prisonniers sur les « chain-gangs » qui faisaient des travaux forcés, le chant et les mélodies leur donnaient une échappatoire à la dureté du quotidien, tandis que le rythme aidait directement la cadence de leurs labeurs. Dans la culture que j’ai choisie comme mode de vie, le rythme est ce qui nous différencie des autres mouvances culturelles. Le rythme du poignet exécutant un tag au marqueur, ou du coude ou de l’épaule, avec une bombe de peinture, est capté, assimilé et compris en un regard chez nous. Tout y est sans besoin d’explication ou d’intellectualisation. C’est ce même rythme que nous captons en entendant de la musique et en regardant un danseur ou une danseuse qui rentre dans le cercle, ou sur la piste, les démarquant de la foule ou des autres b-boys et b-girls. C’est cette même notion de rythme qui nous donne une sensation d’affirmation corporelle, quand nous entendons les toutes premières mesures d’un morceau quelconque. Enfin, c’est le rythme sur lequel des MC’s posent leurs textes, apprenant à sortir et à revenir dans la cadence, comme le font les danseurs, les writers, et les producteurs de musique. Contrairement à ce qu’auraient prétendu certains « experts » venus de l’extérieur, « nos » rythmes ne sont que rarement en boucles constantes ou répétitives car ils reflètent la vie de tous les jours avec tous ses imprévus, ses contretemps. C’est de là aussi qu’interviennent les notions de la syncope, de l’improvisation et de la spontanéité, ce qui se reflète dans les freestyles au VISUELS BATTLE OF THE YEAR FRANCE 84 micro, les danseurs qui tenteraient le tout pour le tout et du jamais-fait dans les battles, ou pour moi aussi quand je suis en performance en direct, m’imbibant de l’énergie dégagé par le public, l’ambiance générale et la musique qui ficelle le tout ensemble. Je suppose que tu es très sollicité pour différents types de projets. Comment les choisis-tu ? Si la nature ou une divinité quelconque m’avait donné ce dont pour l’interprétation visuelle de ce qui se passe autour de moi, je considère avoir une responsabilité par rapport à la manière dont je l’utilise même si ce code éthique n’arrange pas toujours mes fins de mois. Je refuse systématiquement de travailler pour des marques ou des produits que je n’utiliserais jamais ou ces grandes marques liées à des choses pas très nettes. J’ai refusé cette année de participer à un événement artistique baptisé No Commission pour lequel des artistes d’aujourd’hui feraient tout pour y participer. La raison est que le sponsor principal est une marque de rhum bien connue avec des rapports un peu sombres avec Cuba. Je ne suis pas grand fan de Castro non-plus, ceci dit. Je listerais bien toutes les grandes marques pour lesquelles je ne travaillerais jamais, mais je ne voudrais pas faire du tort à certains de vos annonceurs ; -). Je m’implique aussi dans un tas de projets qui ne me rapportent personnellement pas grand-chose ou qui demandent énormément de temps car il n’y a pas grand monde pour promouvoir la culture là où le besoin est réel. Dans cette même logique, je soutiens la Battle Of The Year France comme l’international depuis des années, car quelque part la danse mène des combats analogues à l’art que je pratique, avec énormément de pression de marques ou d’organismes extérieurs qui ne perçoivent que leurs propres intérêts. Heureusement que nous avons trouvé un partenaire idéal pour la France, avec lequel nous construisons sur le long terme.
« ENTRE DEUX MONDES » GYMNASE ROGER COUDERC/MONTPELLIER 2017 Tu peux nous parler de ta dernière fresque à Montpellier baptisée « Entre deux mondes » ? Cette fresque est partie d’un malentendu entre Nicolas Callu et moi. Il ne savait pas que je n’aime pas les grandes fresques car je ne cherche pas à impressionner le public avec la taille mais plutôt le toucher avec son contenu. Il était prévu que je peigne une fresque pendant une semaine début août dernier, quelque part sur Montpellier avant d’entamer ma résidence d’artiste dans sa galerie. Je cherchais plutôt un mur de trois mètres de haut et de neuf à douze mètres de large maximum, un format horizontal et donnant sur le trottoir directement pour une meilleure accessibilité au public. Nicolas avait déjà fait un plan sur le gymnase avec Seno et comme il le dit lui-même, il pensait « Grand artiste, grand mur », réalisé durant le Battle Of The Year. Le fait qu’il s’agisse du gymnase Roger Couderc, un centre culturel, sportif et éducatif qui accueille des jeunes, a donné du sens au projet. Il était prévu que je réalise la fresque avec l’artiste espagnol Aryz mais notre différence de générations et la tradition de muralisme latino-américaine bien éloignée de la culture writing de New-York ont freiné cette collaboration. Il y aurait eu comme un outsourcing à l’inverse qui se produit où nous attendons que des artistes peignent des grandes façades d’immeubles pour pas grand-chose, tandis moins qu’une société de peinture en bâtiment habillerait d’une couleur uniforme sur la même façade pour beaucoup plus. Beaucoup ne sont même pas payés, faisant ça pour se faire un nom, pour se faire une carrière en galerie peut-être, tandis que ces fresques sont utilisées comme cache-misères, ou comme une forme « d’Elastoplast social », des pansements non-adaptés aux profonds problèmes socio-économiques ou aux fractures culturelles qui contribuent à une dégradation de nos sociétés. Je ne vais pas raconter ce qui est esquissé sur cette fresque que je n’ai toujours pas terminée, vu sa taille et le fait que je n’ai pas l’habitude de m’attaquer à des surfaces aussi grandes, sauf peut-être le Planétarium Galilée en 2002. Mais peut-être que les autres points que j’aurais soulevés dans cette réponse donneront au public des pistes de réflexion.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 1Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 2-3Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 4-5Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 6-7Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 8-9Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 10-11Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 12-13Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 14-15Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 16-17Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 18-19Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 20-21Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 22-23Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 24-25Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 26-27Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 28-29Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 30-31Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 32-33Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 34-35Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 36-37Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 38-39Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 40-41Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 42-43Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 44-45Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 46-47Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 48-49Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 50-51Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 52-53Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 54-55Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 56-57Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 58-59Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 60-61Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 62-63Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 64-65Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 66-67Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 68-69Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 70-71Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 72-73Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 74-75Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 76-77Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 78-79Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 80-81Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 82-83Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 84-85Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 86-87Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 88-89Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 90-91Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 92-93Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 94-95Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 96-97Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 98-99Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 100-101Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 102-103Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 104-105Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 106-107Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 108-109Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 110-111Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 112-113Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 114-115Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 116-117Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 118-119Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 120-121Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 122-123Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 124-125Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 126-127Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 128-129Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 130-131Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 132-133Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 134-135Focus Magazine numéro 87 oct/nov 2017 Page 136