Focus Magazine n°37 jun/jui 2009
Focus Magazine n°37 jun/jui 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de jun/jui 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : SARL Focus

  • Format : (207 x 210) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 18,2 Mo

  • Dans ce numéro : ephémères curiosités.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 110 - 111  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
110 111
Focus Magazine  : Vous vivez toujours à Montpellier, on a l’impression que vous vous y sentez bien... Comment cela influence-t-il votre vie quotidienne mais aussi votre travail artistique ? « rinôçérôse »  : Vivre à Montpellier est pour nous très positif. C’est vraiment un endroit où l’on se sent bien. On a réuni ici toute une équipe, avec laquelle on aime travailller, en particulier nos musiciens (Fred Pace et Florian Brinker) et notre manager et agent Pascal Sanchez, qui, depuis Montpellier avec sa société Pi-pole fait trouner les groupes les plus inteéessants de la planéte (MGMT, LCD….)…. Les Affaires Culturelles de la ville nous soutiennent également. Un local de répétition a été mis à notre disposition. Même si on a fait des rencontres ailleurs, on aime revenir chez nous et aussi faire venir les gens ici. D’ailleurs, ils y prennent goût eux aussi(rires), et ce sont eux qui reviennent nous voir ensuite...ça nous parait important, salvateur même. Focus magazine  : La musique vous a amené à voyager de part le monde, à travers les USA avec Moby ou encore en Amérique du Sud mais aussi au Japon. Quels sont vos souvenirs de ce pays, mis en avant dans ce numéro de Focus ? « rinôçérôse »  : Le Japon, c’était un grand rêve pour nous ! Ce voyage a été possible grâce au fait que notre chanson Cubicle ait été choisie pour la pub Apple pour le I-Pod. On n’avait absolument pas idée que les retombées seraient telles. On nous a annoncé qu’on allait jouer au festival Fuji Rock (NDLR le plus grand festival rock actuel du Japon, qui, à ses débuts souffra, tout comme Boréalis à Montpellier, d’un ouragan dévastateur). L’heure nous paraissait très tôt dans l’après midi...mais en réalité nous étions très attendus. Nous avons joué devant 20 000 personnes, quelque chose d’incroyable Ce qu’on a retenu de cette tournée, c’est aussi le goût du travail et l’incroyable efficacité des japonais  : les conférences de presse qui s’enchainaient à la manière du tournage publicitaire dans le film de Sofia Coppola, « Lost In Translation », avec traducteur, script, photographe. Jean- Philippe n’est quasiment pas sorti de l’hôtel. Une autre chose nous a frappé, c’est le respect d’autrui et les préoccupations environnementales. Pendant le festival, les gens se déplaçaient avec leur cendrier portable. On ne trouve pas non plus de gobelets en plastique là bas. Sinon, au Japon, il est fréquent de sortir avec ses collègues pour boire un verre, beaucoup de verres... En soirée, on a vu des salarymen ivres mort en costard-cravate ….. On a mangé au restaurant Gonpachi 権 八, pas loin de Roppongi, dans lequel est tournée la scène de bataille dans Kill Bill. Le premier ministre Koizumi et Georges Bush s’y sont rencontrés. Nous, on avait les Yeah Yeah Yeah ‘s comme voisins de table.
Focus  : A ce sujet, dans le dernier album, vous êtes de nouveau très (bien) entourés. Comment se font ces rencontres ? Quelles rencontres fantasmatiques restent à faire ? « rinôçérôse »  : Oui c’est vrai. Comme pour Schizophonia, on a fait un album riche en collaborations. On pourrait dire qu’on fonctionne par paire d’albums. Les 2 premiers étaient plus instrumentaux, Futurinô est dans la continuité de son prédécesseur. On a de nouveau travaillé avec Mark Gardener de Ride, Bnanndes Infadels et Jessie Chaton du groupe français Fancy. De nouvelles associations, qui résultent de nos choix personnels uniquement, sont nées, avec Ninja, la leadeuse du groupe The Go ! Team qui chante sur le single Time Machine, celui qui a été choisi pour la pub Mac Donald’s. Et aussi avec les talentueux Anna Muchin du groupe montpellierain Cobson et i&fused (David Lavaysse) qui lui, figurera uniquement sur l’édition japonaise de Futurinô. Enfin, en plus de notre producteur attitré Johnny Palumbo, on a travaillé avec de nouveaux producteurs, comme l’anglais Jagz Kooner (NDLR producteur de Radio 4 et Primal Scream, qui formait le groupe Sabres of Paradise avec Andrew Weatherall) ou les italiens de Bloody Beetroots. Mais ce sont avant tout les fruits de rencontres humaines. Enfin, la collaboration essentielle c’est aussi celle de la scène et des visuels, créés par le duo de designers architectes Electronic Shadow, qu’on peut déjà découvrir dans le clip de Time Machine. Si on en avait l’occasion, on aimerait travailler avec l’artiste anglais Damien Hirst. Moi je verrais bien à sa manière, une sculpture mettant en scène une Patou découpée en tranches dont on verrait l’intérieur entièrement occupé par les circonvolutions de son cerveau (rires). On aimerait aussi faire quelque chose avec Ian Brown ou Shaun Ryder au chant. Focus  : Quel est donc ce Futurinô auquel renvoit le titre de l’album ? « rinôçérôse »  : C’est le centre de notre travail avec Electronic Shadow, Naziha Mestaoui et Yacine Ait Kaci, que vous découvrirez dans notre nouveau live. Une belle rencontre. Nos duos se sont renvoyés des images en miroir. Jean Philippe et moi même aimons les objets, les vieilles choses qui ont pour nous un supplément d’âme. Nous ne sommes pas du tout passéistes mais on a le respect de certaines choses qui traversent le temps. Eux sont à l’opposé, ils n’ont rien de matériel, ils travaillent sur le virtuel, la lumière et l’image. Nous avons plongé avec plaisir dans les nouvelles technologies. D’ailleurs ces derniers temps, on a remodelé notre site internet, appris à communiquer dans le grand flipper de réseaux sociaux. On est passé du site au myspace, du facebook au twitter, en passant par le Flicker et Youtube, etc Ce n’est plus une communication centralisée mais multicentrique, avec des couches d’informations différentes qui se superposent comme une mille-feuilles. Jean-Philippe écrit même des nouvelles d’anticipation qui développent ces thèmes, mêlant aussi les neurosciences que nous avons appréhendées durant nos études de psychologie.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 1Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 2-3Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 4-5Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 6-7Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 8-9Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 10-11Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 12-13Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 14-15Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 16-17Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 18-19Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 20-21Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 22-23Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 24-25Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 26-27Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 28-29Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 30-31Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 32-33Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 34-35Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 36-37Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 38-39Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 40-41Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 42-43Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 44-45Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 46-47Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 48-49Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 50-51Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 52-53Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 54-55Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 56-57Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 58-59Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 60-61Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 62-63Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 64-65Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 66-67Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 68-69Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 70-71Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 72-73Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 74-75Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 76-77Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 78-79Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 80-81Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 82-83Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 84-85Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 86-87Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 88-89Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 90-91Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 92-93Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 94-95Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 96-97Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 98-99Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 100-101Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 102-103Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 104-105Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 106-107Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 108-109Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 110-111Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 112-113Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 114-115Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 116-117Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 118-119Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 120-121Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 122-123Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 124-125Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 126-127Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 128-129Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 130-131Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 132-133Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 134-135Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 136-137Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 138-139Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 140-141Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 142-143Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 144-145Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 146-147Focus Magazine numéro 37 jun/jui 2009 Page 148